Magazine Culture

Berezina de Sylvain Tesson

Par Sylvie

RECIT DE VOYAGE

http://i-exc.ccm2.net/iex/500/2012563804/866570.jpg

Editions Guérin

Voici le premier pous que je lis du célèbre auteur de récits de voyage....après être revenue d'un magnifique voyage en Russie. Rien de mieux qu'une récit sur la retraite de Russie pour se replonger dans la grandeur de ce pays grandiose...

Une belle découverte ! Le récit de voyage rocambolesque (suivre le chemin de la retraite de Russie de Moscou à Paris....en side car et bicorne s'il vous plaît avec une ptites bandes de copains français et russes) se double d'un récit historique sur l'un des plus grands massacres de l'Histoire et d'une réflexion sur la signification de l'héroïsme dans notre société affaiblie par la course à la consommation. Un moyen aussi  de railler notre puissance française défaillante et notre bonne conscience "droitdelhommiste" face à la figure poutinienne....

On apprend plein de choses sur l'épopée napoléolienne (qui se souvient que la Berezina est une rivière biélorusse !) : les différentes étapes de la retraite de Smolensk à Vilnius, la fuite de Napoléon proche de Vilnius pour Paris en traineau, sa "séance de psychanalyse historique" avec le Grand Ecuyer Caulaincourt...

L'occasion pour Tesson de beaux passages sur la magie qui fait qu'un million d'hommes suit un leader jusqu'à une mort certaine...

Loin d'être manichéen, Tesson vénère la civilisation russe tout en admirant de loin le génie de Napoléon....et en même temps une époque où rien n'était fade mais tragique et héroïque....

Ce qu'on admire le plus, c'est cette plume incisive qui ne fait pas dans la dentelle ! et avec en plus un bel humour...

Jugez en plutôt par ces quelques lignes....

"Notre hôte s'était installé à Moscou vingt ans auparavant, lassé de la France, e ses régulations, des charcutiers poujadistes, des socialistes sans gêne, des géraniums en pots et des ronds-points ruraux. La France, petit paradis peuplé de gens qui se pensent  en enfer, administré par des pères-la-vertu occupés à brider des habitants du parc human, ne convenait plus à son besoin de liberté. ...Il préférait négocier avec des businessmen à têtes de brutes plutôt qu'avec des barracudas d'HEC qui n'avaient jamais l'idée de lui proposer une cuite au sauna après la négociation du contrat"

Une belle leçon d'aventure et d'héroïsme loin des poncifs médiatiques de la Russie actuelle !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvie 700 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines