Magazine Culture

British oscar top 10

Publié le 22 février 2015 par Pomdepin @pom2pin

Avec un sens de l’originalité pétaradant (et surtout un état d’épuisement intense après une semaine de vacances scolaires qui a rendu mon imagination aussi fertile qu’un désert lunaire), je fais dans la facilité et l’actualité réunies, avec un top 10 des acteurs et actrices britanniques qui ont gagné un oscar pour un premier rôle (donc pas les seconds rôles ou les scénaristes et réalisateurs). Pour ne pas fâcher les cinéphiles avertis, c’est un top 10 chronologique, pas qualitatif. Vous seriez surpris du nombre d’acteurs et surtout actrices britanniques oscarisés. J’aurais pu citer aussi Maggie Smith ou Olivia de Haviland, plus une tripotée d’autres mais il fallait bien choisir. J’ai volontairement ignoré certains qui ne sont pas passés à la postérité, ou d’autres qui ne sont que très vaguement britanniques.

10-Vivien Leigh dans Gone with the Wind (autant en emporte le vent) en 1938 et A street car named desire. Ça commence bien, puisque les traductions françaises correspondent à peu près à la version originale. Je garde un souvenir éprouvant de Gone With the Wind, que ma grand mère regardait religieusement tous les étés quand j’allais en vacances chez elle. C’est sûrement un chef d’œuvre, mais ça m’ennuie profondément. A 10 ans, je trouvais ça terriblement niais, et très long. Contrairement à ce que je croyais, Vivien Leigh était une vraie petite boute-en-train, qui a déclaré: « la comédie est beaucoup plus difficile que la tragédie, c’est tellement plus facile de faire pleurer les spectateurs que de les faire rire ».

MSDGOWI EC001

9-Audrey Hepbrun en 1953 pour roman holiday…c’est fou, encore un titre qui a été traduit correctement! J’imagine que tout le monde connait, ça se passe de commentaire. Ça tombe bien, je sais que c’est un film que je devrais trouver genial et romantique, mais je n’aime pas le romantisme, sauf le vrai, celui du 19ème quand tout finit dans un bain de sang ignoble…Audrey Hepbrun était aussi une comique, décidément, puisqu’elle a dit  » je crois que rire est la meilleur facon de perdre du poids, je crois que les femmes joyeuses sont les plus belles ». C’était une immense actrice, je ne dis pas, mais je suis la preuve vivante et ronde que rire ne vaut pas un bon régime.

IMG_1363

8-Alec Guinness en 1957 dans The bridge on The river Kwai. D’après GeekAdo c’est un véritable scandale, Alec Guinness aurait dû avoir un oscar pour Star Wars et uniquement Star Wars. Encore un souvenir de mes vacances d’été, mais cette fois, c’est mon papi qui regardait! Alec Guinness, en plus d’agiter vaguement des néons de couleur en robe de chambre, pour le plus grand plaisir de GeekAdo était aussi très modeste : « en fait, je suis un acteur de seconds rôles qui a réussi par chance à jouer des premiers rôles toute sa vie ».

IMG_1364

7- Ben Kingsley dans Gandhi en 1982. Là, c’est moi qui suis outrée, Ben Kingsley n’a gagné qu’une fois! Attention, il a été anobli par Elizabeth, on est obligé de l’appeler Sir Ben, sinon on risque une amende. Sir Ben (je n’y arrive pas, c’est le nom du caniche d’une copine…) est un acteur exceptionnel, loin du method acting promu par certains: « si je dois jouer un poissonnier, je ne vais pas aller travailler dans une poissonnerie pendant trois mois. Regarder des poissons morts dans les yeux ne va pas améliorer mon jeu d’acteur ».

IMG_1365

6-Daniel Day Lewis gagne l’oscar du meilleur acteur tous les matins au petit déjeuner. Il a commencé en 1989 avec my left foot, puis en 2007 pour there Will be blood, en 2012 pour Lincoln. C’est un acteur au talent immense, qui respire la joie de vivre, mais intérieurement, très intérieurement. Ça ne l’empêche pas d’être lucide: « les acteurs feraient mieux de ne pas donner de interviews ».

IMG_1366

5-Jeremy irons en 1990 dans Reversal of fortune. Évidemment, pour mes filles, c’est un méchant, puisqu’il a fait la voix de « scar » dans le roi lion. Avant de réussir, il jouait de la guitare devant les cinémas, on sent le début d’une vocation. D’ailleurs, ça correspond bien à sa philosophie: » je ne crois pas à la vertu du travail. Si quelque chose demande des efforts, je préfère attendre que ça arrive tout seul ».

IMG_1367

4-Emma Thomson en 1992 pour Howards end. Sur mon canapé, les avis sont partagés sur ce film. Je pense que c’est un chef d’œuvre extraordinaire, je ne m’en lasse pas. Maricheri et L’Ado trouvent que c’est un excellent somnifère. Par contre, on est tous d’accord Emma Thomson est absolument géniale, y compris dans QI et en interviews. Elle a un sens de l’absurde et de l’auto dérision que j’adore (pour Nanny Mc Fee par exemple, elle assure s’être inspirée des western spaghetti). En parlant d’un autre film dont le nom m’échappe mais ça fait déjà deux heures que je parcours Wikipedia pour ce fichu top 10 et ça va bien comme ça, Emma Thomson a dit:  » j’ai une scène où, en pleine crise de nerfs, je suis en haut d’un escalier et j’agite une bouteille de brandy vide, et bien sur, c’est ce que je fais vraiment chez moi, alors, c’était facile à jouer! »

IMG_1368

3-Helen Mirren en 2006 pour son portrait remarquable de Lizzie dans the queen. Attention, on doit dire Dame Helen Mirren, il fallait bien l’anoblir un peu, alors qu’elle est une anti monarchiste convaincue, elle passe son temps à jouer les têtes couronnées, de Elizabeth I à Elizabeth II. Dame Helen a si souvent joué la reine que Harry l’appelle mamie! Mais elle est beaucoup plus originale que la vraie : »quand j’étais enfant, je croyais aux fées. J’y crois toujours, et aux leprechauns aussi. Mais je ne crois pas en Dieu. »

IMG_1369

2-Kate Winslet en 2008 pour the reader. Quand elle arrête de faire de la natation au milieu des icebergs, Kate Winslet est une très bonne actrice, qui n’a pas l’air traumatisé par les faux compliments: « quand les gens me disent que j’ai un joli visage, je sais que c’est une façon hypocrite de dire « dommage que ça se gâte en dessous du cou ».

IMG_1370

1-Colin Firth en 2010 dans le King’s speech. Lui, aussi, c’est un spécialiste de natation, mais en chemise à jabot, ce qui a ému des générations d’anglaises. A part sa capacité à se jeter dans le moindre cours d’eau venu en faisant des effets de manches (en dentelles), Colin Firth est un petit comique: « quand je chante, j’ai la voix à mi chemin entre celle d’un ivrogne s’excusant et les bruits d’une tuyauterie bouchée. »

IMG_1371

To be continued…

Les photos viennent de Wikipedia.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pomdepin 10255 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines