Magazine Cinéma

Vendredi 27 février, Muhammad Ali’s Greatest Fight de Stephen Frears à l’Institut Lumière

Publié le 23 février 2015 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

Dans le cadre des rencontres Droit, Justice et Cinéma, l’Institut Lumière propose un film inédit de Stephen Frears, produit par HBOMuhammad Ali’s Greatest Fighten Sélection Officielle au Festival de Cannes 2013. Le film sera projeté vendredi 27 février à 14h30 et sera présenté par Thierry Frémaux. En présence de Bertrand Tavernier et de Mathilde Philip-Gay, Maitre de conférence à l’Université Jean Moulin Lyon 3.
Stephen Frears avait présenté ce film il y a juste un an à l’Institut Lumière, et avait marqué le festival Sport, Littérature et cinéma 2014.

Toutes les informations pratiques sur  www.institut-lumiere.org

Après avoir révolutionné l’univers de la série TV depuis les années 1980, la chaine privée HBO est devenu un allier incontournable des plus grands cinéastes anglo-saxons, en produisant des fictions novatrices, exigeantes, sur des thématiques fortes. Ces films d’un nouveau genre sont sélectionnés dans les plus grands festivals internationaux, à l’image de Muhammad Ali’s Greatest Fight, aux côtés du film de Steven Soderbergh Ma vie avec Liberace à Cannes en 2013  
muhammad-ali-s-greatest-fight-1
 Muhammad Ali’s Greatest Fight
De Stéphen Frears
USA, 2013, 1h37, coul.,
avec Christopher Plummer, Frank Langella

En 1966, Mohammed Ali annonce publiquement son refus de porter l’habit militaire et de partir au Vietnam, alors que l’engagement américain au Vietnam n’est pas encore contesté. Le 20 juin 1967, Ali est lourdement condamné à cinq ans de prison et à la déchéance de son titre. Il engage alors un combat judiciaire acharné qui le mènera jusqu’à la Cour suprême des Etats-Unis, seule habilitée à annuler la décision dont il est victime. La décision frappant Ali est d’autant plus absurde qu’à 25 ans le boxeur se trouve au sommet de son art…

Huit ans après The Queen, Stephen Frears met une fois de plus sa précision et sa rigueur classique  au service d’une approche originale d’un épisode de l’histoire récente: Le combat juridique et politique de Mohammed Ali vu côté coulisses, dans les couloirs et les antichambres  de la Cour Suprême. Comme Spielberg dans Lincoln, Frears montre comment l’Histoire se construit en articulant les grands mouvements des peuples, les convictions  d’un homme et les tractations des élites. Les bureaux  lambrissés de Washington sont un ring où s’affrontent deux grand vétérans du théâtre et du cinéma américain: Frank Langella et Christopher Plummer. La grande idée de Frears : Mohammed Ali n’est ici pas incarné  par un acteur, il n’existe à l’écran qu’à travers des images d’archives. Il appartient déjà à la grande Histoire.

   « Un coup de projecteur braqué sur un détail révélateur de l’histoire récente combinant images d’archives et fiction (…) Frears traite un de ses motifs de prédilection, la manipulation et le retournement de Goliath par David. De la belle ouvrage ». Positif

Stephen Frears ne s’intéresse pas aux combat sportif du champion mais à la bataille judiciaire qu’il mena à Washington contre la justice américaine et dont il sortit victorieux en 1971, par décision de la Cour suprême. En posant sa caméra au sein même de la Cour et en s’intéressant à la vie et aux débats à huis clos qui vont opposer ou réunir les neufs juges de cette grande institution, Stephen Frears a trouvé un angle passionnant. Il signe un film engagé qui s’interroge sur l’histoire américaine, le pouvoir judiciaire et ses liaisons dangereuses avec le politique.

Le film de Frears se déroule en 1971 à Washington, dans les coulisses de cette instance compétente sur tous les cas relevant de la Constitution ou des lois américaines. Son président, le conservateur Warren E. Burger (Frank Langella), proche ami du président Richard Nixon, veut obtenir l’unanimité sur l’affaire. Il tente de convaincre ses pairs, parmi lesquels John Harlan (Christopher Plummer), Potter Stewart (Barry Levinson) et Thurgood Marshall (Dannu Glover). Pour lui, le boxeur doit être condamné, et même enfermé.

muhammad-ali-s-greatest-fight-2

FICHE TECHNIQUE

  • Réalisateur : Stephen Frears
  • Interprète : Benjamin Walker , Christopher Plummer , Frank Langella , Danny Glover
  • Scénariste : Shawn Slovo
  • Image : Jim Denault
  • Montage : Mick Audsley
  • Production : Scott Ferguson
  • Source : HBO & Rainmark Films

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 15243 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines