Magazine Cuisine

Hommage à Durfort-Vivens

Par Mauss

Avant d'écrire sur la soirée d'hier samedi où la famille Chambriard a offert à des amis bordelais de superbes crus du millésime 1990, je me dois de dire à quel point, ce margaux classé de la famille Lurton, branche "Gonzague", quasi systématiquement relégué par tous les critiques dans les limbes du 1855, a été une magnifique découverte dans le millésime 2009. Le fiston me dit que Michel Bettane en a écrit grand bien dans les millésimes récents : j'ai des lectures en retard !

L'étiquette, si particulière, apporte en sus une petite dose d'émotions et voilà bien l'exemple type d'un cru qu'il faut déguster d'abord à l'aveugle, tant son image est loin - en tout cas pour bibi - de ce qu'il nous a offert à cette soirée  où le Palmer 75 a, lui aussi, cassé la baraque.

oijpo
Cherchez le vite : un margaux d'anthologie !  Je profite de ce billet pour présenter un autre vin, offert par mon pote Laurent Vialette, à la brasserie du Grand Hôtel, et dont le RQP est certainement le champion absolu de la carte des vins de cette maison faisant face à l'opéra de Bordeaux. 
rty
 
drf
… oui ! un Bergerac méritant d'être qualifié de "bijou".  J'ai vraiment des amis sympas :-) Merci à eux !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mauss 1569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines