Magazine Cinéma

La liste de schindler - 10/10

Par Aelezig

z06

Un film de Steven Spielberg (1994 - USA) avec Liam Neeson, Ben Kingsley, Ralph Fiennes, Embeth Davidtz (N.B.)

Le plus effroyable et le plus parfait de tous les films sur la Shoah.

L'histoire : Seconde guerre mondiale. Cracovie, Pologne, occupée par les nazis. Les juifs sont expulsés de chez eux et conduits dans un ghetto. Là, ceux qui sont bien portants sont destinés à divers travaux d'intérêt général, tandis que femmes, enfants, vieillards et malades craignent pour leur avenir, les pires rumeurs commençant à circuler. Oskar Schindler, homme d'affaires d'origine morave, fréquente les nazis à qui il offre des cadeaux et des sourires en veux-tu en voilà, pour obtenir d'eux ce qu'il veut. Et il décide un jour de monter un projet fou : pour sauver les juifs du ghetto jugés incapables de travailler, et qui seront vraisemblablement bientôt tués, il monte une usine pour fabriquer des marmites et des batteries de cuisine ; après s'être obtenu le soutien, prudent, d'Isaac Stern, qui ne comprend pas très bien où il veut en venir, il récupère auprès des nazis des travailleurs en les faisant passer pour des spécialistes en métallurgie, en chaudronnerie, etc... Sur place, il les forme en urgence, et il réussit à faire tourner ladite usine. Parallèlement, il continue de faire croire à ses "amis" nazis qu'il gagne plein d'argent sur le dos de ces sales juifs... Bientôt pourtant, les affaires se corsent. Les Allemands vident le ghetto, les valides partiront dans des camps de travail, les autres sont mis dans des wagons pour on ne sait où... On vient chercher les juifs de Schindler...

z10

Mon avis : Je savais que ce film était génial, mais je ne l'avais pas vu depuis des années et en le revisionnant, je le trouve encore plus beau, encore plus fort. PARFAIT. Extrêmement dur, sans aucune concession, sans aucun effet tire-larmes non plus, juste la réalité et la confrontation machiavélique de deux hommes, dont l'un fut berné par l'autre et sauva la vie de 1200 juifs. L'interprétation des trois acteurs principaux est une pure merveille.

L'histoire est vraie, et elle est incroyable. Ce Schindler avait un courage, une détermination absolument dingues. Et le génie de la manipulation ; côtoyant d'un côté ces pauvres ouvriers juifs, terrifiés, épouvantés, et de l'autre les nazis, riant avec eux et leur payant des coups à boire. De quoi devenir schizophrène ! D'autant que Schindler n'avait pas en face de lui un militaire lambda, mais un vrai psychopathe, totalement imprévisible, pour qui la vie d'autrui n'avait aucun sens.

Le film dure un peu plus de trois heures et pourtant, on est scotché, captivé, horrifié. Et tellement admiratifs de cet homme, de ce Schindler. Heureusement que de tels personnages existent, de temps à autre, pour nous rappeler que la force et la bonté peuvent réellement exister. Se rappeler de lui quand nous doutons de tout... Un jour peut-être nous aurons notre Schindler, qui viendra nous sauver de la décadence programmée ! Hum... ça fait un peu messianique, mon histoire. Mais ce Schindler, vraiment...

z09

Scène après scène, Spielberg nous raconte son histoire avec une maestria folle, un sens du rythme, du suspense, de l'image... Aucun temps mort, aucune longueur, aucun détail inutile, aucune erreur. Un chef-d'oeuvre.

Parmi les séquences qui m'ont le plus marquée :

- quand Schindler va récupérer Isaac, déjà enfermé avec les autres dans un wagon, et qu'il réussit à faire arrêter le train en maugréant que c'était un scandale d'avoir failli lui enlever son comptable ;

- quand des employés dans un hangar trient les effets des juifs qu'on a emmenés, les vêtements d'un côté, les chaussures d'un autres, les bijoux qu'on examine de près pour voir s'ils ont de la valeur... et soudain on leur apporte un sac de dents ; les dents en or qu'on a arrachées aux victimes ;

- la petite fille perdue pendant le massacre du ghetto, avec son manteau rouge ; une petite fantaisie spielbergienne dans ce film en noir et blanc pour que l'on suive, dans toute cette horreur qui crie et qui gesticule, le parcours de cette petite enfant anonyme, comme le fait Schindler du haut d'une colline, impuissant et qui, malheureusement, se souviendra d'elle plus tard, dans des circonstances ô combien tragiques ; à noter que cette petite fille a existé, elle était connue dans le ghetto avec son manteau rouge, et elle a survécu à l'holocauste ; elle est la cousine d'un certain... Roman Polanski.

- l'hôpital du ghetto où le médecin et les infirmières, sachant que tout est perdu, euthanasient leurs patients, préférant qu'ils partent en douceur que de tomber dans les mains de tortionnaires ;

z08

- la scène où l'officier allemand chronomètre un des ouvriers de Schindler et en conclut qu'à ce rythme-là, il aurait dû produire bien plus d'articles que ce qui est sur la table ; épouvante de l'ouvrier, regard ironique du Kommandant, qui l'embarque pour être "sanctionné"... et Schindler qui arrivera encore à le récupérer, celui-là aussi, en montant encore de toute pièce un mensonge énorme qu'il fera gober à son interlocuteur ;

- la théorie du pouvoir que Schindler explique à Goeth, éberlué ; non, le pouvoir ce n'est pas de pouvoir de tuer qui on veut n'importe quand ; c'est au contraire de ne pas tuer, de pardonner : la beauté du geste, et la terreur du soumis qui ne sait pas si on l'épargnera ou pas. Le pardon !  Quelle insolence ! Et il arrive à le convaincre, notre nazi qui, soudain pris de doute, se met à "pardonner" à un ou deux juifs qu'il aurait abattus à bout portant la veille. Il s'entraîne devant le miroir (scène de folie !) mais on sent soudain dans son regard un léger doute. Hélas, le naturel reprendra en effet très vite le dessus...

- la terrible séquence où un nouvel "arrivage" arrive au camp et que pour faire de la place, on trie les prisonniers entre bien portants et maladifs ; on les met tout nus, dehors, sur fond de musique, pour qu'ils défilent devant les médecins ; et les femmes se piquent les doigts pour tirer une goutte de sang dont elles vont se maquiller les joues pour avoir bonne mine ! Hallucinant... Pour finir la scène, tous les enfants qui eux, on l'aura compris, sont définitivement inutiles, montent dans les charrettes et poussent des cris de joie en partant car on a dû leur faire croire qu'on les emmenait en balade ; et les mères qui comprennent et se ruent vers eux, en dépit des coups que leur portent leurs gardiens...

z07

Et il y aurait à dire encore et encore et encore... Jamais on a fait un film aussi complet et aussi intelligent sur le sujet.

Les confrontation Neeson / Fiennes sont d'une beauté absolue. Deux regards bleus, où tout passe. L'intelligence, la sérénité, la détermination, la compassion, mais aussi la séduction du premier vis-à-vis de son interlocuteur. La froideur, la cruauté, le doute, la folie, du second...  

C'est renversant. Je n'ai pas assez de mots pour exprimer la rage en moi face à l'ignominie humaine.

Tout le monde, presse et public, crie au génie, et je me joins au choeur. Les Cahiers, bien sûr, ne peuvent s'empêcher de faire leur petite crise de mauvaise foi : "Un tel débordement de vertus positives ne peut conduire qu'à l'accablement, à l'écoeurement, à la lassitude, surtout que ça dure plus de trois plombes"

Le film a gagné sept Oscars.

Steven Spielberg n'a pas reçu de salaire pour ce film : cela aurait été le "prix du sang" a-t-il dit. Respect.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines