Magazine Concerts & Festivals

Denai Moore - Witloof Bar du Botanique- Bruxelles, le 13 avril 2015

Publié le 13 avril 2015 par Concerts-Review

Denai Moore - Witloof Bar du Botanique- Bruxelles, le 13 avril 2015

Le 6 avril, sortie du premier album, 'Elsewhere', de Denai Moore, cataloguée révélation soul depuis ses précédents EP's et une participation remarquée sur le titre 'The Light' de SBTRKT.

Pas de support prévu au Witloof, la jeune Londonienne ( 22 ans), Jamaïcan roots, se présente vers 20:15, flanquée d'un trio de musiciens pas plus âgés qu'elle. Aux drums/drumpad: Joe Goss, un brave gosse coiffé de sa petite casquette - à la basse, keys, programming: Joss Ifan Brightwell et aux claviers + backing vc., une timide et mignonne jeune personne se faisant appeler Keeva ou Caoibhe.

Trois claviers pour la soul ballad 'I swore'.

Denai, what are your influences?

Lauryn Hill, Feist, Bon Iver...avec un brin de James Blake.

Profondeur, mélancolie, jolies harmonies vocales, brillante entrée en matière.

Elle ramasse une guitare électrique pour attaquer ' Feeling'.

Bruxelles est touché de plein fouet par ce timbre envoûtant et cette fraîcheur juvénile.

'Last time', la plage clôturant l'album, persévère en mode slow-tempo avec accompagnement minimaliste, la voix suffit pour captiver la quarantaine de curieux squattant les catacombes du Bota.

A l'acoustique, après avoir pris de nos nouvelles, ( ça va? = how are you all doing?) et affirmer this is my first headline show, this is an old one, 'Flaws'.

Ouille, un pain et un sourire radieux!

Exit les copains, solo, ' Never gone' d'une voix souple et modulable.

Ja, JP?

Goed...dat dacht ik ook!

La vidéo pour le single 'Blame' a été filmée en Islande, a gorgeous soul waltz habillée d'apprêts électroniques.

Elle reprend place derrière les touches et propose l'auguste 'Detonate'.

'Absent', une histoire de fracture, de relation chancelante. Il émane une sorte de morosité des titres proposés par la jeune Londonienne.

'Elsewhere' le titletrack de l'album confirme le bien-fondé du propos précédent.

L'obscur 'No light', ponctué d'un mouvement ample avant le retour à la quiétude, achève ce set attachant.

Thank you.

Un bis, solo, a piano ballad, ,'Gone', gravée sur son premier EP.

Fragile et touchant!

Photos Jp Daniels/Concert Monkey

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte