Magazine Culture

Déception et abandon du mois d'avril

Par Lecturissime

Déception et abandon du mois d'avril

"Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d'une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s'épanouir le sentiment amoureux le plus pur - et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l'héritier Boisvaillant tant espéré.
Comme elle l'a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s'apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n'a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches.
Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l'enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s'éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles...
Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d'un sentiment qui balayera tout."

Autant j'avais aimé "Pietra viva", autant celui-ci m'a ennuyé. La froideur que de nombreux lecteurs reprochent à l'auteur m'est ici apparue clairement. Rares sont les émotions qui transparaissent derrière le vernis des convenances, et pourtant le thème aurait pu être l'objet d'une psychologie plus fine. L'auteure s'attache surtout au langage du corps reflet des désirs sans doute mais ne témoignant pas nécessairement des sentiments. J'ai trouvé certains thèmes relativement prévisibles : comme cet amour maternel qui sauve l'enfant, car un enfant non câliné dépérit, de même qu'une femme non aimée meurt doucettement. De même cette image facile du corset qu'on serre et que l'on desserre par envie de liberté ? Et cette photographie qui glace les convenances n'est-elle pas un cliché de plus ?... Et cette fin encore plus convenue... Bref...Je suis passée à côté.

Déception et abandon du mois d'avril

Un jour, Camilla reçoit six cartons de vingt-cinq kilos qui contiennent toute son enfance. Entre un ours en peluche et un globe terrestre, la photo d'une jeune fille, petite et menue : celle de sa vraie mère avec un bébé dans les bras. Camilla a été adoptée peu après sa naissance par un couple d'Américains. Aujourd'hui elle a vingt et un ans et décide de partir en Corée à la recherche de sa mère.
Au fil d'une enquête aux multiples bifurcations, chacun livre sa version de l'histoire bouleversante de cette lycéenne de seize ans devenue mère, les rumeurs, les secrets, les tragédies, le mystère de l'identité du père. Peu à peu Camilla remplit les blancs de son passé, qui se confond avec celui de cette petite ville portuaire où elle est née, et toute sa vie s'en trouve changée.
Un roman riche en harmoniques, à l'imaginaire poétique et émouvant, enraciné dans la réalité sociale de la Corée d'aujourd'hui.

Je n'ai rien trouvé d'extraordinaire dans le destin de cette enfant adoptée qui cherche ses origines, sujet lu et relu. De plus la narration à la première personne aplatit le propos en raison d'une absence de style.

Déception et abandon du mois d'avril

Quand Cheeta prend la plume pour raconter ses mémoires, il est le plus vieil animal de cinéma vivant (76 ans et des poussières...) : pensionnaire d'une maison de retraite de luxe à Palm Springs (Californie), il a entamé une carrière de peintre abstrait, mais n'a rien oublié de son enfance dans la jungle africaine ni de sa carrière à Hollywood.

Devenu une star dès le premier Tarzan (1934), Cheeta porte un regard caustique et sans concession sur Hollywood, dont il va rendre compte des moindres travers. Ses années de gloire, les potins des stars, les studios et leurs mœurs dissolues, son addiction à l'alcool ou à la drogue (sa première banane lui rappelle a posteriori sa première dose de cocaïne). Drôle, léger, rythmé, divertissant, c'est le Hollywood Babylon de Kenneth Anger vu par un singe.

Cette saga est aussi le récit d'une " ascension sociale ", avec son lot d'amertumes, de cruautés et d'humiliations, subies par un enfant perdu qui restera toujours un parvenu (troublant parallèle entre le singe et l'acteur Weissmuller, unis par une amitié quasi amoureuse !) L'auteur de cette fresque caustique sur les rapports hommes-animaux, dans la lignée de Vercors ( Les Animaux dénaturés) ou de Roy Lewis ( Pourquoi j'ai mangé mon père) parvient même à faire oublier qu'il s'agit des paroles d'un singe !

J'avais déjà des réticences car un singe qui parle, cela va à l'encontre de mon esprit rationnel qui reste limité et hermétique à tout ce qui sort du naturel et du scientifiquement prouvé (les aliens, les elfes, Dieu, etc ...) Sauf que l'attachée de presse était enthousiasme et que sa fraîcheur m'a convaincue. Mais non, le singes qui parlent, ça ne fonctionne décidemment pas avec moi !

Déception et abandon du mois d'avril

Présentation :

" Peu de temps après que les mouches à miel eurent colonisé Chicago, les papillons monarques furent saisis d'un étrange comportement. [...] Au lieu d'aller vers le sud rejoindre leurs quartiers d'hiver, ils se dirigèrent vers le nord. " C'est ainsi que s'ouvre le roman, fable imaginative et pourtant étrangement familière, tenant à la fois de Calvino et des Monty Python.

Face à la soudaine déroute de toutes sortes d'espèces volantes, le génial LoveStar, vibrionnant et énigmatique fondateur de l'entreprise du même nom, invente un mode de transmission des données inspiré des ondes des oiseaux, libérant d'un coup l'humanité, pour son plus grand bonheur, de l'universelle emprise de l'électronique. Et développant au passage quelques applications aussi consuméristes que liberticides... Avec des hommes et des femmes ultra connectés payés pour brailler des publicités à des passants ciblés, le système ReGret, qui permet " d'apurer le passé ", ou le rembobinage des enfants qui filent un mauvais coton. Autre innovation, et pas des moindres, en faveur du bonheur humain : les âmes sœurs sont désormais identifiées en toute objectivité par simple calcul de leurs ondes respectives.

Quand Indriði et Sigríður, jeunes gens par trop naïfs et sûrs de leur amour, se retrouvent " calculés ", ils tombent des nues : leur moitié est ailleurs. Les voilà partis, Roméo et Juliette postmodernes contrariés par la fatalité, pour une série de mésaventures cocasses et pathétiques, jusqu'à ce que leur route croise celle de LoveStar lui-même, en quête de son ultime invention...

Mon avis :

Cette fois-ci c'est différent, il s'agit plus ou moins d'un romans d'anticipation, relatant des innovations qui pourraient voir le jour dans les siècles à venir. Mais là aussi je dois diagnostiquer une allergie prégnante... Laure avait beaucoup aimé, j'ai donc craqué. Je n'aurais pas dû, mon allergie est trop ancrée pour espérer guérir...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lecturissime 4403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines