Magazine Culture

Instant vécu chez un cocu

Publié le 30 avril 2015 par Dubruel

~~d'après LE COLPORTEUR de Maupassant

À Argenteuil, le dimanche, j'allais canoter. Le soir, je partais dîner à grands coups d'aviron À Chatou, Epinay ou Bezons. Après le dessert, ma yole remisée, Je rentrais à pied à Paris. C'était tout le bonheur de ma vie.

Au retour, presque à chaque fois, Un colporteur, un de ces voyageurs de la nuit, Rentrait chez lui, En faisant route avec moi. Ce dimanche-là, l'un d'eux s'arrêta Et me cria : -" Hé ! Bonsoir, monsieur. " Je répondis : -" Bonsoir. " Il reprit : -" Vous allez loin comme ça ? " -" Je rentre chez moi, Rue d'Iéna. " " Moi, j'habite à Asnières. " Lui et moi. Nous marchâmes de concert.

Il me confie :-" J'aurais déjà dû rentrer hier Pour me réapprovisionner À la boutique que tient Simone, Ma femme, car la vente a été bonne. Mais j'ai été retardé Par une ultime livraison. "

Les premières maisons D'Asnières apparaissaient. -" Me voilà presqu'arrivé. Voulez-vous monter boire un vin chaud Avec ma femme, si elle se réveille ? Oh ! Elle n'aime pas que j' la réveille !

J'habite au sixième ; c'est un peu haut Après une dure journée. " Il chercha sa clef et nous sommes entrés. -" Je vais réveiller ma femme. " Il l'appela : -" Femme !...Femme !... " Elle ne répondait point. Il frappa à sa porte à coups de poing, Pas de réponse. Il attendit un moment. Puis calmé, il reprit : -" Bah !... Enfin... En attendant, je vais chercher le vin. Attendez-moi un instant. "

Comment cette femme ne s'était-elle pas réveillée Au bruit des coups frappés ? Soudain j'ai entendu parler Dans la chambre. Puis on a remué. J'ai vu tourner la clef. Mon cœur battait. La porte s'entrouvrit. Je reculai. Une main la tint entrebâillée, Et je vis deux yeux qui me regardaient. Un grand gars, vêtu à la hâte, Nu pieds, sans cravate, Ses souliers à la main, bondit Vers la sortie Et disparut dans l'escalier.

Je m'assis Et attendis le mari. Il est remonté Portant deux bouteilles, et m'a demandé : -" Elle dort toujours, ma femme ? " Il l'appela de nouveau :-" Femme, femme !... " Comme elle ne répondait toujours pas Et ne remuait pas, Le colporteur m'expliqua : -" Voyez-vous, c'est qu'elle n'aime pas ça Quand je reviens dans la nuit Pour boire un coup avec un ami. " -" Alors, vous croyez qu'elle ne dort pas ? " -" Pour sûr qu'elle dort pas. "

Il semblait mécontent : -" Tant pis, trinquons maintenant ! " Je bus un verre, puis me levai. Lui, regardait la porte d'un air fâché : -" Faudra bien, la chérie Qu'elle ouvre quand vous serez parti. " Ce poltron furieux, je le contemplais Sans trop savoir pourquoi. Il m'avait parlé d'elle avec tendresse, ...Et il allait la battre avec rudesse !

Il cria encore une fois : -" Simone, réponds-moi. " -" Hein, quoi ? " -" Tu ne m'as pas entendu rentrer ? " -" Non, je dormais, fiche-moi la paix. " -" Ouvre, Simone. " -" Quand il sera parti ! J'aime pas que tu amènes des hommes Chez nous pour boire la nuit. "

Je me remis en route vers Paris Et songeant que je venais de voir ici Une scène de l'éternel drame Qui se joue partout entre mari et femme.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine