Magazine Concerts & Festivals

Jane Doe and the Black Bourgeoises + Kate & Joe BB @ Ferme du Biéreau- Louvain-la-Neuve, le 6 mai 2015

Publié le 06 mai 2015 par Concerts-Review

Jane Doe and the Black Bourgeoises + Kate & Joe BB @ Ferme du Biéreau- Louvain-la-Neuve, le 6 mai 2015

Premier concert du cycle ROCK'N'GIRLS organisé par IAD Music à la Ferme du Biéreau.

Une double affiche de premier choix: Jane Doe and the Black Bourgeoises + Kate and Joe BB!

En mars, tu avais manqué le spectacle de Kate and Joe BB au Montmartre, pour rien au monde tu ne voulais louper cette seconde session.

Le girl's band mené par l'allumeuse effrontée, Miss Kate Burningbabe ( Karin Clercq en mode vamp, te souffle un initié) qui a lu le Jésuite Robert Southwell ( 16ès.)..

As I in hoary winter's night
Stood shivering in the snow,
Surprised I was with sudden heat
Which made my heart to glow;
And lifting up a fearful eye
To view what fire was near,
A pretty babe all burning bright
Did in the air appear..., compte d'autres spécimens aptes à damner un saint, jésuite, bénédictin, franciscain ou du style ermite: la mystérieuse Kim BellyBee (Quynh Anh Pham) , Hannah Blackbeat ( la comédienne Gaëlle Swann aux drums), Jane BunyBass ( alias Céline Chappuis, sévissant e.a. avec Goldenboy, à la basse) et la dernière embrigadée, Jill BloodyBend (alias Alice Vande Voorde, guitare et claviers).

Leur trip c'est une version electroclash des mésaventures de Bonnie Parker et Clyde Barrow d'inspiration Gainsbourg/Bardot, un peu moins de la variante de la même époque, signée Georgie Fame.

Détail, Kate Burningbabe ne nous la jouera pas Kate Moss pour personnifier Bonnie Parker topless.

Le script raconte l'histoire de Kate et Joe BB, des personnages aussi fuyants et anti-conformistes que Betty et Zorg les protagonistes de 37°2 le matin de Djian.

... une Ford Taunus troue le brouillard et Kate and Joe loin des cities s'inventent une vie version eighties... dit la pub.

En intro, façon Gainsbarre ' Kate and Joe BB's song'...c'est l'histoire de...

On t'arrête, ne chantonne pas ..C'est l'histoire d'une trêve que j'avais demandée
C'est l'histoire d'un soleil que j'avais espéré... ça me refile des boutons!

Toutes ces nanas fringuées de cuir moulant et portant lunettes de soleil ont le don d'émoustiller la gent masculine qui vient se coller face à la scène.

Tout aussi subversif, Kate susurre ' Professionnelle', Jill étant passée derrière les claviers.

Jill, chère enfant, t'es vachement petite, faut que j'ajuste la machinerie à ma taille, voici le narratif 'Vis pas ta vie à demi'.

T'aimais Thelma et Louise, Pierrot le Fou, Les Valseuses, tu vas adorer Kate et Joe BB.

Un sourire narquois annonce une chanson d'amour ' Egoïste', l'ombre de Jacques Duvel plane.

On enchaîne sur un dialogue ménager, featuring Kate und Hannah, 'Like a dream', heureusement ta tendre moitié se tapait une leçon de fitness, elle aurait constaté ' c'est nous tout craché', surtout en entendant le coup de France-Ukraine à la télé.

Introspection: ' Do I love you?', puis retour dans le désert, presque le même que celui de Capdevielle, ' Joe's song' sur fond surf .

Sais pas pourquoi, c'est Chris Isaak qui s'impose à ton cerveau.

Quelques considérations philosophiques, la jeunesse c'est beau, l'expérience c'est mieux.

Oui, madame!

'Croque la pomme', le paradis est loin désormais, soudain Kiss se pointe 'I was made for lovin you'.

Merci pour cet orgasme collectif, qu'elle dit.

Merde, on est sur YouPorn!

La cover qui tue, 'Alabama song' de K.Weill/ Brecht, puis un nouvelle séquence des Pétroleuses, le punk track ' Wanted Joe BB' .

Un brin de mélancolie avec 'Lost' et après avoir apostrophé un Gaulois grivois en lui demandant sil avait un beau cul, ce qui a le don de refroidir les ardeurs, les girls entament 'Quality Street', une adaptation libre de 'J'aime regarder les filles' de Patrick Coutin.

La parodie 'J'en peux plus d'être une star' achève ce set sémillant.

Un bis, en route vers le whisky bar pour une seconde tournée, 'Alabama Song' repris par tous les clients du zinc.

Jane Doe and the Black Bourgeoises

Un petit temps déjà que t'avais plus fréquenté la clique de Julie Meganck , au Propulse 2014, depuis, un enfant est né, au propre comme au figuré, le figuré étant une seconde plaque, 'Popaganda'.

Et les bourgeoises noires, du changement?

Bineta Saware se consacre désormais à Dario Mars, Françoise Gérin assure les choeurs, seule, Dan Diaz tient toujours la basse, à la guitare on découvre le séraphin Angel Ognito (Inc.Ognito), aux claviers Fabian Djamys Desmedt et Nicolas Scamardi aux drums.

Un fond sonore western spaghetti présage l'arrivée imminente de Jane Doe et compagnie.

Trois coups secs sur une cowbell, la chasse est ouverte, 'The Hunt'.

Du hard à touche féminine style The Runaways ou Suzy Quatro, époque '48 Crash', le timbre dramatique de Julie et les riffs fauve du chérubin présagent le meilleur.

Un orgue Manzarek lance ' It's all about risky'( when the wolf is coming down), on a laissé le petit chaperon rouge chez mère-grand, le loup avait sorti des crocs acérés.

'Boyz rock it' et 'Bad gurlz' en mode glam sulfureux.

Ce cocktail est crapuleux, tu bois, bois et bois tant et plus et t'en veux encore.

Une première reprise, à la fois osée, le Zep c'est pas destiné à n'importe qui, et efficace ' Immigrant song' précède 'Runaway'.

Je me débarrasse de mes pompes... hyperhidrose, you know, voici, 'She's a bitch' terminé à genoux.

Ce titre et ses lignes de basse lourdes impressionnera toujours.

Un roulement de tambour ébauche 'Country Zombie' un nouveau dirty rock brûlant.

Des fans de Suarez à LLN?

La suivante est pour eux, sortez les pinceaux, ' Paint it black'.

T'as toujours eu un faible pour cette plage signée Jagger/Richards, même pour la version de Marie Laforêt.

Jane attaque ( c'est mieux que Louise) 'Popaganda', un nouveau glam sautillant rappelant Joan Jett.

Quelle présence scénique, elle vient frimer à 15 cm des photographes qui s'en donnent à coeur joie.

Il m'a sucé le sang, I'm 'Vampirized', cet orgue à la Jim Jones va tous nous rendre fous!

Dédié aux bavards.

Euh, RickyBilly n'est pas ici!

Le catchy ' Talkin Machine' précède 'Driver'.

Direction Daytona le pied écrasé sur la pédale de gaz.

Les filles s'éclipsent, le bolide termine en roue libre, l'ange finit dans la fosse avant de remonter sur scène, car une surprise est prévue au programme, Jane Doe, les précieuses ridicules et toute la famille Kate Burningbabe en piste pour un 'Kids in America' ( Kim Wilde) d'anthologie.

Miss Kate draguant effrontément le brave Dan Diaz.

Au revoir, les petits loups.

LLN en veut plus , démarrage en slow surf avant l'explosion ' Dead flesh and coyote' et une dernière pour la route, ' Sh'e's a bitch' bis!


Superbe soirée.

Le mardi 12/05/15: Les Panties + Blackie and the Oohoos pour le second ROCK'N'GIRLS.

photos Kate and Joe BB: Gregory Navarra

Jane Doe: Michel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte