Magazine Culture

[Voyage Tokyo n°2] En route pour Tokyo DisneySea !

Publié le 09 juin 2015 par Antoine Dubus @Ashendir
[Voyage Tokyo n°2] En route pour Tokyo DisneySea !On se retrouve pour un nouveau récit de mon séjour à Tokyo. Cette fois-ci il s'agit du deuxième jour et comme Thomas rêvait d'aller au parc Tokyo DisneySea, nous y avons consacré toute une journée, et nous ne l'avons pas regretté. Ce n'est certes pas typiquement japonais mais c'est le seul parc DisneySea au monde, et en tant que grands fans de l'univers Disney, nous nous devions d'y aller. Toute la magie était au rendez-vous !

_________________________________

Le premier réveil...

Première nuit à Tokyo, et une expérience plutôt (très) mitigée. J'étais épuisé par le voyage et le décalage horaire mais même avec ça j'ai eu énormément de mal à dormir. La raison principale : un bruit continu venant du filtrage de l'air. Il fallait que je demande à l'accueil ce qui se passait dans notre chambre mais, au réveil, notre première envie était d'aller prendre le petit-déjeuner. Il se passait dans une salle relativement modeste avec deux grands buffets : un salé (avec onigiri, soupe miso, saucisses, salades, etc.) et un sucré (céréales, confitures, pain au chocolat, etc.). J'ai voulu tester le salé mais je suis vite revenu au sucré, trop habitué à avoir un goût de confiture dans la bouche de bon matin. Il y en avait vraiment pour tous les goûts et même si nous étions souvent les seuls occidentaux dans la salle, il y avait des fourchettes, couteaux et cuillères à foison ! Les serveuses étaient ô combien polies et serviables, elles ravitaillaient sans cesse les buffets et annonçaient (en japonais) ce qu'elle venait de faire avant de nous saluer. Bon, par contre, les croissants et pains au chocolat made in Japan, ce n'est vraiment pas ça, même nos congelés sont meilleurs...

Après le petit-déjeuner nous sommes allés demander à l'accueil un renseignement sur le bruit de la nuit. Nous ne nous doutions pas qu'il serait si difficile de nous faire comprendre. L'hôtesse ne parlait pas un mot d'anglais, on essayait tant bien que mal de lui mimer notre problème. Elle réussit finalement à comprendre et entreprit de traduire sur internet sa réponse pour nous l'imprimer afin que nous puissions la lire en anglais ( n'y a-t-il pas de robots interprète au pays du soleil levant ?). Au final il s'agissait d'un problème général qu'ils ne pouvaient résoudre pour le moment. Je m'y suis donc fait. Il fallait à présent partir pour Tokyo DisneySea et la chance était avec nous puisqu'un temps superbe nous accueillait à l'extérieur !

Tokyo DisneySea, nous voilà !

Après une trentaine de minutes en métro, nous arrivons à l'entrée du monde Disney. Une grande station sert de pont d'embarquement pour les différents parcs et les hôtels. On prend nos tickets et on attend sur les quais, les yeux écarquillés devant les métros aux fenêtres en forme de tête de Mickey ! Aucun doute, on est bien au Japon, le pays où Disney est élevé au rang de religion. La ligne de métro Disney comprend 4 arrêts : L'entrée (avec le parking), le Disneyland Tokyo (l'équivalent du Disneyland Paris), les hôtels Disney et le Tokyo DisneySea, notre destination !

Il faut savoir que l'entrée d'un parc coûte environs 50€, les deux sont donc à 100€ comme pour Disneyland Paris et Walt Disney Studios, sauf qu'il serait hasardeux de comparer nos studios Walt Disney à Tokyo DisneySea qui est infiniment plus grand, complet, magique, abouti, bref, c'est un véritable deuxième parc où une journée ne suffit pas pour tout faire. Thomas avait déjà eu l'occasion d'aller à Disneyland Tokyo donc nous n'y avons pas mis les pieds. Selon ses dires, c'est un très bon parc mais très similaire à Disneyland Paris donc peu dépaysant comparé à Tokyo DisneySea qui prend place autour d'un immense volcan bordé d'eau. On y retrouve l'univers d'Aladdin, mais surtout de la Petite Sirène dont le royaume, Atlantica, est accessible en sous-sol du parc ! J'y reviendrai.

Avant de commencer les attractions nous avons fait un petit tour dans les magasins pour nous trouver des chapeaux pour la journée : Thomas a jeté son dévolu sur des caches-oreilles Mickey tandis que j'ai acheté un énorme chapeau pop-corn ( les pop-corn sont aussi élevés au rang de religion, au Japon, j'expliquerai pourquoi). C'est fou le choix que les magasins du Tokyo DisneySea proposent ! Chaque magasin dispose d'articles différents et on retrouve rarement les mêmes à la différence d'autres parcs Disney. Nous avons fait un tour dans un magasin Duffy (la fameuse peluche de Mickey, made in Japan), et nous avons été étonné de voir qu'au Japon il était accompagné de deux autres peluches, sa compagne Shelly May (assez rare dans les autres parcs Disney) et Gelatoni (l'ami de Duffy, inventé pour le public japonais et présent nul part ailleurs). Nul doute que nos amis bridés ont trouvé un bon filon dans ces peluches, on les voyait absolument partout, en sac, en chapeau, en porte-monnaie, en pin's, Duffy, Shelly May et Gelatoni ont envahi littéralement Tokyo ! Le magasin était rempli d'accessoires et vêtements pour personnaliser ses peluches, de quoi remplir les poches déjà bien pleines de Disney.

La première partie du parc était dans un style très méditerranéen parfaitement reproduit avec des restaurants et cafés en terrasses, un plan d'eau entouré d'une rangée d'hôtels mitoyens, des pierres apparentes, des balcons, des couleurs chatoyantes, des toits en tuiles, des lampadaires d'inspiration française, bref, Tokyo était déjà loin ! Une partie du lac était en travaux mais cela ne nous a pas empêché d'apprécier les magnifiques vues que nous offrait le parc. A un moment, nous avons aperçu la Tour de la Terreur et là... bouché bée, je n'ai pu m'empêcher de sortir mon portable ! Juste magnifique ! Un bâtiment tout en raffinement avec des couleurs harmonieuses qui attirent l'oeil et un style à la fois baroque et oriental, tout ce qu'il y a de plus somptueux.

C'est alors qu'on tomba sur une immense tête de Woody, de Toy Story. Ni une ni deux, on décide de s'y aventurer malgré les 3 heures d'attente prévues. Ça ne rigole pas au Japon, nous étions quasiment à l'ouverture du parc ! Alors, comment s'occupent nos amis japonais dans une file d'attente ? Et bien la plupart font comme nous : ils mangent ou ils sortent leur smartphone et ils jouent... le couple devant nous jouait d'ailleurs à un jeu qui ferait virevolter un cerveau d'occidental tellement ça bougeait dans tous les sens ! Pendant que nous attendions, un employé du parc, qu'on croyait être un homme de ménage, est venu passer le balais près de nous. Balais voir balai, en réalité il réalisait un spectacle humoristique pour nous aider à patienter. Il avait un générateur de sons accroché à la ceinture qui produisait des bruits comiques à chacun de ses mouvements. Une sorte de petit sketch semi-improvisé qui nous a bien fait rire.

La file commençait bien avant la tête de Woody mais une fois entrés à l'intérieur, nous étions comme des jouets sur le plancher d'une chambre d'enfant, tous les objets étaient gigantesques, l'immersion fonctionnait très bien. L'attraction en elle-même ressemblait à celle de Buzz l'éclair à Disneyland Paris : par deux, on était déplacé sur un char avec des sortes de pistolets et on devait viser les différentes cibles à mesure qu'on avançait dans ce qui ressemblait à une fête foraine, les jeux étaient variés et tous très dynamiques, l'attraction était une des plus longues que j'ai faites dans un parc à thème ! Le Tokyo DisneySea a vraiment les moyens de nous faire rêver.

Nous avons ensuite continué notre petite balade du parc, contents de pouvoir enfin se dégourdir les jambes. Au fur et à mesure que nous avancions, nous nous demandions si nous étions bien au Japon tant les décors rappelaient notre chère Europe. Il y avait énormément de monde mais le parc était tellement grand ( crée sur une île artificielle étant donné le manque de place aux alentours de la capitale nippone) qu'il n'y avait jamais d'embouteillage. Beaucoup de familles étaient venues se plonger dans l'univers Disney, mais également beaucoup d'adolescents et jeunes adultes en quête d'un monde enchanteur. Nous avons croisé très peu d'occidentaux et une famille de français, c'était la première fois vraiment que je voyais ce que ça faisait d'être étranger dans un pays. Et je dois dire que le Japon a le don pour vous le rappeler vu le manque de traductions disponibles.

L'heure avançait et les estomacs commençaient à réclamer victuailles ! En continuant notre périple dans les décors rêveurs de DisneySea, nous nous sommes retrouvés à l'intérieur du volcan ! Et là, grosse claque dans la figure. Les décors étaient vraiment très soignées, l'univers de Jules Verne était parfaitement retranscrit, ça ne faisait pas tchip du tout. Il y avait d'ailleurs deux attractions qui portaient les noms de ses oeuvres : Voyage au centre de la Terre et Vingt milles lieues sous les mers. Nous avons fait cette dernière en fin d'après-midi, il s'agissait en fait d'un sous-marin dans lequel nous étions enfermés et qui nous faisait découvrir des monstres et plantes sous-marines. Dommage que nous ne comprenions rien à ce qui se disait, mais visuellement c'était assez impressionnant. J'avais vraiment le sentiment que nous étions sous l'eau.

Il faut que je vous parle du restaurant. Déjà, nous l'avons choisi sur un coup de coeur, nous sommes passés devant une sorte d'immense grotte aménagée, faisant penser à un laboratoire de scientifiques et avons vu qu'il s'agissait bien d'un restaurant. On s'empresse d'y entrer et là on se rend compte qu'il s'agissait un peu d'une cantine, on choisit nos plats en passant nos plateaux sur un rail, jusque là rien d'extraordinaire. On décide de tester de nouvelles saveurs ( très spéciales pour le coup... tout était en japonais donc je ne pourrai pas vous dire les noms des plats). Et au moment du paiement, j'ai eu ma petite frayeur. J'arrive donc avec mon plateau rempli des plats que j'avais choisis, je commence à payer, et là je vois mon plateau qui s'en va, une serveuse l'avait pris et était partie avec ! Je m'empresse de finir de payer et je cours après jusqu'au moment où je la vois en train de mettre mes couverts, mes serviettes, ma boisson sur mon plateau puis s'aventurer entre les tables pour nous trouver une table. Thomas était dans la même situation, si bien que nous étions là, à suivre nos plateaux portés par d'autres personnes... c'était un peu déstabilisant d'autant qu'en France nous nous serions occupés de toutes ces choses nous-mêmes. Il ne s'agissait même pas d'un restaurant gastronomique, bien au contraire ! Et pourtant, au Japon, même le peuple à visiblement le droit d'être servi comme un roi.

Le repas en lui-même était copieux mais les saveurs très particulières, je suis content d'avoir testé mais je ne reprendrai pas la même chose la prochaine fois. Petite précision : le verre sur le plateau, ce n'est pas du Coca Cola mais du café glacé et les petits pots servent à y verser du lait semi-concentré... nous ne le savions pas jusqu'à ce que nous goûtions, naïvement nous pensions que c'était du coca vu l'apparence. C'est particulier mais pas dégoûtant, même si ça tranche vraiment avec nos petits expresso bien chauds. Le restaurant était extrêmement sombre, j'ai adoré personnellement, on était à l'intérieur d'une immense grotte, éclairés par quelques lumières subtilement placées ici-et-là. Ça participait de l'ambiance globale.

Une fois les ventres bien pleins, direction le royaume d'Ariel, Atlantica ! Thomas était très excité à l'idée d'y aller. Sur le chemin nous avons aperçu au loin Agrabah, on se serait cru en Arabie tellement les décors étaient réalistes. C'était sublime ! Arrivés devant l'entrée du royaume de Triton, les statues d'Ariel à l'extérieur et de son père à l'intérieur nous accueillaient, puis nous devions descendre de plusieurs mètres pour arriver enfin dans le royaume aquatique. Wouah ! L'ambiance changeait totalement, les musiques étaient celles de La Petite Sirène, le plafond donnait l'impression d'être sous l'eau et les décors inspirés des fonds marins nous plongeaient ( c'est le cas de le dire) dans l'habitat des poissons, méduses et autres requins. Il y avait pas mal d'attractions, surtout pour les plus jeunes, mais ça ne nous a pas empêché de les essayer. D'ailleurs, lors de l'une d'entre elles, nous nous sommes rendus compte de la robotisation des japonais... c'était frappant, les employés du parc devaient faire des grands sourires et des signes de la main lorsque les manèges démarraient et pendant toute leur durée. C'était un peu déstabilisant mais ça nous a bien fait rire au final puisque certaines avaient du mal à cacher leur lassitude.

Des manèges, je l'ai dit, mais également des boutiques et un grand restaurant se trouvaient dans cette partie sous-marine de DisneySea. Nous y sommes restés un bon moment, Thomas a d'ailleurs trouvé un t-shirt d'Ariel magnifique tandis que j'ai craqué sur... un caleçon Ursula ! Une fois sortis du royaume d'Ariel, nous nous sommes dirigés vers la partie futuriste du parc. Ici aussi les décors nous ont bluffés, ils étaient réalistes et absolument pas too much, le tout se fondait très bien dans le parc. Le gros bâtiment que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus abrite une sorte de Star Tours mais avec beaucoup plus de sensations. C'est peut-être l'attraction que j'aie préféré de tout le parc. Avant l'attraction une introduction nous immerge dans l'univers qui nous attend ( malheureusement toujours en japonais), nous sommes les passagers d'un grand vaisseau ! La salle est très grande, l'écran l'est tout autant, ça bouge beaucoup, on ressent de l'eau sur notre visage ainsi que des courants d'air frais. Même le décors de la salle retranscrit les coups que le vaisseau se prend, les lumières clignotent, les appareils électriques explosent, quelque chose vient transpercer le plafond, et pendant ce temps à l'écran on a l'impression de chuter de plusieurs mètres à grande vitesse. Bon, ce n'est pas de la sensation forte comme la Tour de la terreur par exemple, mais ça joue bien son rôle. Moi qui déteste les grands-huit, cette attraction m'a amplement comblé.

Cette aventure accomplie non sans heurts, nous avons décidé de nous poser un petit moment dans ce coin du parc avec notre petit extraterrestre rempli de pop corn aux fraises. Thomas avait en effet acheté ce grand réceptacle à pop corn et avait donc reçu un ticket à utilisé à l'un des multiples stands de pop corn du parc pour nous le faire remplir gratuitement. La carte de DisneySea indiquait d'ailleurs l'emplacement de tous les stands disséminés un peu partout, chacun ayant sa saveur particulière : il y avait des pop corn salés, sucrés, mais aussi à la fraise, au curry, au poivre ( gné ?...), au caramel etc. C'est là que nous avons commencé à nous rendre compte du goût des japonais pour les pop-corn... après tout, j'avais un chapeau en forme de paquet à pop-corn géant sur la tête.

Après cette petite pause nous sommes partis en direction d'une attraction " tranquille ", une petite balade sur l'eau, le soleil commençait à se coucher, c'était le moment idéal. Puis nous sommes partis en direction d'Agrabah, que nous avions vaguement aperçu en début d'après-midi. Nulle doute que l'ambiance la nuit y était bien différente. Les éclairages somptueux, les lumières de toutes les couleurs, DisneySea rayonnait avec et sans l'aide du soleil. Lorsqu'on entre dans Agrabah on se retrouve au milieu d'une très grande place avec autour de nous tout un tas de magasins, d'attractions et de restaurants, tous dans une ambiance très orientale, évidemment. Aucune sensation forte ici, mais un spectacle avec le génie d'Aladdin en guest star ! Malheureusement nous n'avons rien compris comme tout était en japonais, mais ça restait du comique de situation donc on arrivait à suivre tant bien que mal le déroulé de l'histoire.

Après avoir enchaîné quelques autres petites attractions d'Agrabah, nous sommes partis en direction du point d'eau central, où allait se dérouler le défilé nocturne. Le DisneySea ferme tous les jours à 23h, il était déjà bien tard, mais avant que le spectacle commence nous nous sommes aventurés dans le château qui borde le lac. C'est une grande bâtisse entièrement visitable et qui regorge de secrets. Un long couloir nous explique que le château est rempli d'énigmes, un petit flyer nous indique l'emplacement de celles-ci, et même si nous ne les avons pas toutes faites, c'était un plaisir de les découvrir au gré de notre visite. A un moment nous sommes arrivés dans une grande salle circulaire avec en son centre plusieurs navires de guerre miniatures. Malheureusement il n'y avait qu'une seule personne qui jouait à ce moment là donc nous n'avons pas eu la chance d'assister à une belle et grande bataille, mais le principe semblait bien amusant.

Plus loin, l'observatoire suscitait toutes les curiosités. La salle était très jolie, elle était réalisée de telle sorte qu'on croyait voir véritablement le ciel et ses multiples constellations. En son coeur, un mécanisme nous permettait de faire bouger les planètes autour du soleil, les enfants avaient l'air de bien s'amuser, pendant que nous nous régalions avec les yeux. De peur de louper le début du spectacle nous sommes rapidement sortis et avons tenté de trouver un emplacement où nous aurions une bonne vue sur le lac. Malheureusement tout le parc s'était regroupé sur les bords du point d'eau, mais nous avons quand même trouvé une bonne place sur les murailles du château. Le spectacle pouvait commencer !

Quelle claque ! Les chars sur l'eau, les lumières qui se reflètent, les musiques, le mini-film diffusé sur le cône flottant, les effets spéciaux et autres pyrotechnies qu'on voyait apparaître ici et là. C'était un spectacle d'une grande beauté, avec un travail remarquable au niveau de la coordination, des costumes, et surtout des sons et lumières. Je ne voudrais surtout pas vous spoiler donc je ne vais pas en dire plus mais si un jour vous y allez, ne ratez surtout pas ce spectacle, certains passages sont vraiment surprenants, on ne s'y attend pas. Cependant, la réaction des japonais nous a surpris, alors que nous pensions entendre des applaudissements et des félicitations... rien. Absolument rien ne se passa, si bien que Thomas et moi étions les seuls à applaudir. Nous nous sommes vite arrêtés compte tenu du silence ambiant. On avait l'impression de mal faire, que c'était malpoli d'applaudir à la fin d'un spectacle. Ou bien les japonais n'avaient pas trouvé ça aussi extraordinaire que nous, ou bien ce n'est tout simplement pas dans leur culture d'applaudir. Sur le coup, nous nous sommes sentis un peu triste pour les comédiens et l'équipe technique qui venaient de fournir un important travail pour nous émerveiller, mais après tout, nous imaginer sourire devait suffire à leur contentement.

Le spectacle fini nous avons continué de nous promener dans le parc, et nous avons bien fait puisqu'un feu d'artifice venait de retentir au loin. Nous nous sommes posés au niveau de l'entrée d'Atlantica pour l'admirer et clôturer cette magnifique journée en beauté. Avant de quitter DisneySea, qui ne fermait qu'une heure après, nous avons fait quelques attractions ici-et-là, le parc se vidait donc les files d'attentes étaient très courtes voir inexistantes. Malheureusement nous sommes arrivés trop tard le soir pour faire l'attraction du volcan qui était réservée aux derniers possesseurs de Fast Pass. J'avais hésité toute la journée à la faire, la carte indiquait que c'était une attraction à très fortes sensations, et je dois dire que je suis un peu peureux dans les montagnes russes. Tant pis, ça devait être un signe du destin !

______________________________

Cette journée restera certainement gravée dans nos mémoires. En grands fan de Disney que nous sommes, nous n'oublierons jamais ce parc qui est, pour nous, l'un des meilleurs parc Disney. Ses décors, ses attractions, son spectacle, ses ambiances, l'attitude du personnel et l'extrême propreté de DisneySea font de ce lieu un endroit magique, complètement coupé du monde. Nul doute que la nuit allait prolonger encore un peu ce petit moment de rêve... Je vous retrouve très bientôt, chers amis, pour la suite de nos aventures à Tokyo, cette fois-ci dans un environnement nettement plus japonisant !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antoine Dubus 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines