Magazine Culture

Livre : Compagnonnage en Beaujolais aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, par Yves Brondel

Par Jean-Michel Mathonière

Livre : Compagnonnage en Beaujolais aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, par Yves Brondel

COMPAGNONNAGE EN BEAUJOLAIS AUX XVIIIe, XIXe ET XXe SIECLES, PAR Yves BRONDEL
Editions du Poutan, 38, rue des Catalpas 69400 GLEIZE
ISBN : 978-2-918607-62-5. Format 23 x 16,5 cm. 142 pages. Prix : 23 €
Ecrit par le compagnon charpentier du Devoir Yves BRONDEL en collaboration avec Odile CIMETIERE, ce livre nous fait découvrir la vie compagnonnique passée et présente d'une petite province située au nord de Lyon et aux confins de la Bourgogne.

L'auteur tenait depuis longtemps à la faire connaître, d'autant plus que, né au coeur du Beaujolais, à Denicé, en 1953, il fut adopté sous le nom de Bourguignon, ce qui le contraria : "Le choix de mon nom fut la cause de mon premier sentiment d'indignation au sein du monde compagnonnique ! Non parce que la tradition me semblait désuète, mais parce que la veille de mon adoption, les anciens décidèrent de m'affubler du patronyme de "Bourguignon". Ils estimaient qu'en raison de sa modeste superficie, le Beaujolais ne pouvait être considéré comme province. Or, sans être particulièrement chauvin, je restais très attaché à ma terre natale. J'en connaissais bien les spécificités et traditions, et fus très contrarié de cette décision. L'adolescent que j'étais alors ne pouvait imaginer que les compagnons, ces grands voyageurs, soient frappés à ce point d'obscurantisme géographique !". Il prit sa revanche en 1976 lorsqu'il fut reçu compagnon charpentier sous le nom de Beaujolais le Bon Coeur... et se fit connaître en participant à de grands chantiers dans sa province, mais aussi en Guyane française ou en publiant l'excellent livre Lucarnes en 1985.

Par ce nouveau livre, Y. Brondel nous fait découvrir des hommes et leurs réalisations, tantôt de grands chantiers, tantôt de modestes traces de leur activité sur les stèles des cimetières ou les linteaux sculptés de leur habitation. Les hommes, ce sont des compagnons de tous métiers. L'auteur donne en annexe une impressionnante liste de ceux qui portèrent le surnom de Beaujolais ou d'une commune beaujolaise : 60 charpentiers du Devoir, du Devoir de Liberté ou des Devoirs ; 32 menuisiers des deux rites ; 11 charrons et carrossiers ; 15 tisseurs-ferrandiniers ; 9 boulangers et cuisiniers ; 12 maréchaux-ferrants ; 9 tailleurs de pierre Etrangers et du Devoir ; 4 plâtriers et peintres ; 4 doleurs du Devoir et 4 tonneliers-foudriers du Devoir de Liberté ; 4 couvreurs ; 5 cordonniers-bottiers et 18 compagnons de métiers divers (tanneurs, serruriers, bourreliers, maçons, etc.). Il en restera d'autres à découvrir au fil des dépouillements d'archives.

Yves Brondel a présenté plus en détail certains d'entre eux et ces biographies, illustrées de photos inédites, restituent la diversité des parcours de plusieurs charpentiers et tailleurs de pierre. Une part importante est donnée à Pierre François GUILLON, Mâconnais l'Enfant du Progrès, un " proche voisin" du Beaujolais puisque né à Romanèche-Thorins en Saône-et-Loire mais dont le rayonnement de sa fameuse école de trait dépassa les frontières de sa commune durant un demi-siècle (en annexe figure la liste des élèves qui la fréquentèrent de 1872 à 1921). Des informations intéressantes sont aussi données sur la famille MATRAT, une dynastie de compagnons charpentiers du Devoir de Liberté. D'autres biographies de charpentiers se suivent avec les compagnons NEAUD, ARNAUD, MINOT, LARGE, AUCAGNE, CHERVET, FARGEOT, etc. Leurs réalisations dans la région témoignent aujourd'hui encore de leur savoir-faire.

Une autre partie du livre est consacrée aux tailleurs de pierre. Nous sommes en Beaujolais sur le territoire des compagnons Etrangers, les tailleurs de pierre du rite de Salomon, qui travaillèrent dans les carrières. Malgré peu d'archives disponibles, Yves Brondel nous fait découvrir leurs traces à travers des sculptures où apparaît leur emblématique spécifique. Il consacre aussi un chapitre à la famille LAMBOROT, d'où sont issus les compagnons passants tailleurs de pierre Jean-Marie et Jean-Claude, dont l'activité fut importante au sein de l'Association ouvrière des compagnons du Devoir, durant le dernier demi-siècle.

Laissons encore la parole à l'auteur avec deux extraits de son dernier chapitre "Compagnonnage, quel avenir ?". Le premier nous montre son ouverture : il n'y a pas un compagnonnage qui serait celui d'Y. Brondel, mais bien une mosaïque de sociétés toutes respectables dans leurs différences et leur identité :

"Le Compagnonnage beaujolais n'est jamais qu'une image en réduction du compagnonnage national, avec ses qualités et ses défauts, ses avatars et ses controverses. Cette petite rétrospective permet donc de tirer quelques leçons pour le futur.
Une constante dans l'histoire : ce compagnonnage est constitué d'hommes (et de femmes depuis peu !) qui exercent des métiers différents, sont issus de milieux très divers (en général plutôt modestes) et jouent un rôle tout aussi varié dans la société. Ce brassage peut ou devrait contribuer à l'enrichissement de chacun. Mais il est également sujet de discorde ! Car chaque compagnon, en fonction de sa culture, de son éducation, de son métier et de ses aspirations, a une perception différente du mouvement. Il n'existe donc pas de Compagnonnage type, mais "des" compagnonnages à multiples facettes." Nous ne pouvons qu'approuver ce regard tolérant et constructif dès qu'il s'agit d'études historiques.

Justement, en matière d'histoire, Y. Brondel déplore que celle du Compagnonnage soit si mal connue des compagnons eux-mêmes : "En ce début de XXIe siècle, on constate avec stupeur et tristesse que de nombreux compagnons ignorent l'histoire de leur mouvement. La transmission n'a pas été faite ou mal faite, ou mal comprise, et une partie des compagnons se veut désormais iconoclaste. Humeur du temps ? Désir classique d'effacer le passé pour imprimer sa propre marque ? Quelle que soit la réponse, on ne peut que le regretter, car dans la plupart des cas, cette connaissance leur permettrait d'appréhender avec plus de justesse et de clairvoyance les temps présents. Mais les principaux ennemis du Compagnonnage ne sont-ils pas justement les compagnons eux-mêmes ? La modernité n'a que faire de la mémoire. (...)"

En conclusion : un petit livre bien documenté (malgré quelques inexactitudes sur l'interprétation de vieux usages, tel le surnom La Résistance, qui a surpris l'auteur), dont devraient s'inspirer d'autres compagnons ou historiens, car l'avenir est davantage à ces monographies fouillées qu'à des études générales sur le Compagnonnage. Le regard porté en profondeur sur les compagnons d'un métier ou d'une région permet ainsi de relativer beaucoup d'affirmations sur le fonctionnement des Devoirs d'autrefois et de découvrir des épisodes oubliés de leur histoire.

Livre : Compagnonnage en Beaujolais aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles, par Yves Brondel

L'homme pense parce qu'il a une main. Anaxagore (500-428 av. J.-C.)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Michel Mathonière 17310 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines