Magazine Cinéma

[Critique série] ORANGE IS THE NEW BLACK – Saison 2

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique série] ORANGE IS THE NEW BLACK – Saison 2

Titre original : Orange is The New Black

Note:

★
★
★
★
★

Créateur : Jenji Kohan
Réalisateurs : Jodie Foster, Michael Trim, Phil Abraham, Andrew McCarthy, Allison Anders, Daisy von Scherier Mayer, S.J. Clarkson, Jennifer Getzinger, Constantine Makris
Distribution : Taylor Schilling, Michael J. Harney, Kate Mulgrew, Lorraine Toussaint, Jason Biggs, Uzo Aduba, Danielle Brooks, Natasha Lyonne, Taryn Manning, Selenis Leyva, Adrienne C. Moore, Dascha Polanco, Kimiko Glenn, Nick Sandow, Yael Stone, Samira Wiley, Laura Prepon…
Genre : Drame/Comédie/Adaptation
Diffusion en France : Netflix France
Nombre d’épisodes : 13

Le Pitch :
Incarcérée dans la prison de sécurité minimale pour femmes de Litchfield pour avoir transporté une valise d’argent de la drogue, Piper Chapman voit son séjour allongé pour parjure. Son ancienne complice a été libérée et son engagement amoureux avec Larry Bloom a pris fin. De plus, le semblant de cohésion sociale dans la prison est mis à rude épreuve par l’arrivée d’une vieille connaissance de Red, une trafiquante de drogue surnommée Vee…

La Critique :
La fin de la saison 1 a redistribué les cartes, la matrone Red a perdu de son influence en même temps que sa place en cuisine suite à un dernier sale coup de Pornstache, le monde amoureux de Piper s’est effondré et elle a mis les choses « aux poings » avec la fanatique Pennsatucky qui était devenue sa pire ennemie. C’est dans ce contexte que débarque la saison 2 dans laquelle différents personnages sont lancés dans l’inconnu. Il n’est pas toujours simple quand la première saison d’une série est de très bonne facture, d’avoir une seconde saison du même niveau (voire encore mieux). Et c’est le tour de force que réalise Orange is the new black. Plus sombre, elle est paradoxalement plus drôle aussi. Le petit plus ? L’arrivée d’un méchant d’envergure. Bon, il y avait bien Pornstache qui est un vrai salopard, Pennsatucky était devenue incontrôlable et vindicative et la lesbophobie obsessionnelle de Healy, pourtant bienveillant au premier abord, avait rendu celui-ci antipathique. Mais on n’avait pas ce grand méchant que toutes les séries nous offrent. On pourrait faire le parallèle avec Antwon Mitchell, un des grands salopards de la série The Shield, dans sa manière de se réapproprier la cause noire pour fédérer un gang. Et c’est exactement ce que représente Yvonne Parker alias Vee. Vee est une cumularde. Une brute déloyale et manipulatrice comme personne. Elle révèle par exemple le côté obscur de détenues attachantes comme la gentille Taystee, son ancienne protégée.

orange-is-the-new-black-netflix-stock

Dans un tel contexte, on pouvait s’attendre à une saison plus sombre (bien qu’on ne peut pas dire qu’on avait envie de rire tout le temps lors de précédente), et c’est effectivement le cas. Cela dit, nous avons droit tout de même à des séquences bien plus légères, comme l’épisode spécial Saint-Valentin ou encore l’épisode qui relate ce concours de conquêtes entre Nicky (Natasha Lyonne) et la lesbienne « camionneuse » Big Boo (jouée par l’excellente actrice et musicienne de jazz Lea DeLaria, qu’on avait vu dans un tel rôle dans l’épisode de Friends où l’ex-femme de Ross se marie), les deux détenues les plus sexuellement actives de la prison. L’autre bouffée d’humour vient de la venue de Brook Soso, archétype de la militante hippie, extrêmement bavarde, et qui mettra du temps à être prise au sérieux (elle n’est pas aidée non plus par son patronyme, qui sonne comme « so so », ce qui veut dire « pas terrible » en anglais). On reconnaît encore la patte pleine d’humour de Jenji Kohan, même dans les moments plus dramatiques. La redistribution des cartes entre les détenues à la fin de la saison 1 a permis à des personnages secondaires d’être mis en avant, comme Red avec qui Vee et en guerre froide, Taystee et son amie Poussey, Crazy Eyes, Big Boo, Black Cindy voire Rosa la détenue malade qu’on apercevait juste à la saison 1, et de mettre en avant tout le talent d’actrices prometteuses, avec une mention spéciale à l’excellente Uzo Aduba, qui campe cette détenue dont la santé mentale est plus que sujette à question. On découvre certains personnages sous un jour nouveau comme Morello et sa conception particulière de l’amour. La série va aussi s’attacher à montrer de plus en plus l’extérieur de la prison et l’univers des gardiens et de l’administration. On découvre notamment un talent caché du fonctionnaire Caputo et son groupe Side Boob (on peut entendre ses chansons sur le Bandcamp du groupe), ou encore son penchant pour une jeune gardienne jouée par Lauren Lapkus (Jurassic Word). Comme pour la saison 1, c’est une série collective et non centrée uniquement sur le personnage de Piper, en dépit du premier épisode de cette saison, 100% Piper Chapman, réalisé avec brio par Jodie Foster.
La série va explorer de nouvelles thématiques comme la violence conjugale, les difficultés d’accès aux soins pour les détenus, ou encore la prise en charge de détenus atteints de démence sénile. C’est aussi cela qui fait la force de ce show : mêler le comique au tragique dans un univers qui ne prête pas à la rigolade, tout en dénonçant des faits de société et avec la tendresse de Jenji Kohan pour tous ses personnages, même secondaires, tous valorisés à part égale. La première saison avait révélé une série prometteuse, la seconde, qui la surpasse, installe Orange is the new black dans le paysage des fictions carcérales marquantes.

@ Nicolas Cambon

Orange-is-the-new-black-season-2
Crédits photos : Netflix France


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines