Magazine Côté Femmes

Bibliographie sur les mangas et réflexion sur la BD

Publié le 17 juin 2008 par Julie Pascau

trois_ombres

Voici une bibliographie sur les mangas, pour compléter les fiches d'Agnès Deyzieux sur le site du CDDP d'Aquitaine.

Juste un mot perso en passant sur les mangas et la BD.

Avant de faire mon stage en librairie spécialisée en BD et mangas, je pensais que la BD était devenue ringarde pour les adolescents et que l'avenir appartenait aux mangas. Je me suis donc mise à lire beaucoup de mangas pour me rendre compte personnellement du phénomène. Je trouve cela super, sauf que des fois, les séries étant très longues, on se lasse parfois au milieu. Mais bon, il y a beaucoup d'auteurs de qualité et c'est quand même ce qui est principalement acheté par les jeunes.

Très peu d'adolescents achètent de la BD franco-belge (sans oublier les comics comme Courtney Crumrin) : les acheteurs de ce type de produits ont en général plus de la vingtaine (mis à part quelques exceptions). Donc, du coup, je me suis repenchée sur la culture BD actuelle (j'ai toujours été une grande vorace en BD). J'ai analysé les dernières sorties, lu quelques prix d'Angoulême comme la Marie en plastique (super drôle, le combat entre Lénine et Marie), Là où vont nos pères ou Trois ombres (j'en ai presque pleuré à la fin, un vrai chef d'oeuvre!!) et je me suis dit : on ne peut pas remplacer le fonds BD au CDI uniquement par les mangas, même si c'est ce qui est le plus demandé par les élèves (je sais bien que personne n'avait envisagé quelque chose de la sorte! je caricature un peu). Le problème qui suscite cette question est que les mangas sont très gourmands en argent et place : séries très longues, format livre... Si on veut acheter quelques séries complètes plus quelques titres isolés pour faire découvrir des nouvelles séries, et que son budget est limité, il faut bien amputer ailleurs... et souvent cela se fait sur le fonds BD traditionnel. D'autant plus que le choix en matière de mangas est abyssal et que c'est un crève-coeur que de se limiter à quelques titres. D'ailleurs, le débat reste ouvert pour savoir si on préfère acheter quelques séries complètes ou plusieurs séries soit courtes, soit inachevées. Moi j'ai préfèré la première option, à savoir commencer 5 ou 6 séries, que je complèterai au fur et à mesure des années, après consultation du désir de mes élèves. En effet, ils préfèrent connaitre l'histoire en entier plutôt que de lire plein de débuts d'histoire qu'ils ne peuvent pas finir par manque de moyens financiers... Bref, les mangas, c'est bien et à la mode, mais il n'y a pas que ça...

Ensuite l'avantage de conserver un fonds actuel et attrayant de BD tient dans les visées pédagogiques : il est plus facile de faire venir un auteur BD dans son établissement qu'un auteur de mangas (au niveau distance et traduction). Mais aussi parce que les histoires sont structurées différemment, les personnages ont une autre dimension. Peut être le travail intéressant à faire avec les élèves est justement de comparer en séquence pédagogique les styles des deux supports, mangas et BD franco-belges, voire des comics, pour comprendre ce que cela révèle en terme de civilisation, d'état d'esprit, narration...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Julie Pascau 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog