Magazine Culture

On the Level

Publié le 04 novembre 2016 par Polyphrene
I knew that it was wrongI didn't have a doubtI was dying to get back homeAnd you were starting out
I said I better hurry onYou said, we have all dayYou smiled at me like I was youngIt took my breath away
Your crazy fragrance all aroundYour secrets all in viewMy lost, my lost was saying foundMy don't was saying do
Let's keep it on the levelWhen I walked away from youI turned my back on the devilTurned my back on the angel too
They ought to give my heart a medalFor letting go of youWhen I turned my back on the devilTurned my back on the angel too
Now I'm living in this templeWhere they tell you what to doI'm old and I've had to settleOn a different point of view
I was fighting with temptationBut I didn't want to winA man like me don't like to seeTemptation caving in
Your crazy fragrance all aroundYou secrets all in viewMy lost, my lost was saying foundMy don't was saying do
Let's keep it on the levelWhen I walked away from youI turned my back on the devilTurned my back on the angel too
They ought to give my heart a medalFor letting go of youWhen I turned my back on the devilTurned my back on the angel too
On the LevelC’en encore une scène de séparation que campe ici Léonard Cohen, et sa description, lucide et délicate à la fois, est une sorte de résumé (auto)biographiqueen forme d’autocritique. Il évoque ainsi sa fascination pour la beauté, la fantaisie, le dynamisme d’une personnalité extravertie et le contraste avec son caractère introverti (encore que… au fil de ses chansons, il se livre plus qu’on ne pourrait le penser). Il raconte comment, dès le début, il était conscient de l’inéluctabilité de l’échec mais la tentation était trop forte… Et la tentation, en elle-même, n’est-elle pas délicieuse au point qu’on ne souhaite surtout pas qu’elle disparaisse ? Il lui fallut bien du courage, de la force, ou une grande souffrance, pour s’en éloigner, et se réfugier, pendant de longues années, dans un temple (en fait le monastère bouddhiste de Mount Baldy). Est-ce la vie monacale, ou est-ce l’âge qui lui a apporté ce que l’on appelle, avec une pointe de regret, la sagesse ?Cette sagesse qui permet le repos de l’âme progressant vers le détachement.Cette sagesse que façonne le temps par l’enlisement des pulsions et l’érosion des sentiments. You want it darker?Now, you get it !ALN
Honnêtement
Je savais que j’avais Sans aucun doute, tortJe mourrais de rentrerEt toi d’aller dehors
Tu disais « On a le temps »Je disais « Dépêchons »Tu souriais comme à un enfantA ma stupéfaction
Partout ton parfum de folieTes secrets bien en vueMon « Surtout pas » disait « Vas y »« Trouvé » disait mon « Perdu »
Soyons clairs et soyons francs :En me séparant de toiJ’ai tourné le dos au SatanEt à l’ange tout à la fois
Mon cœur mérite une médaille d’argentPour s’être défait de toiQuand j’ai tourné le dos au SatanEt à l’ange tout à la fois
Maintenant, je vis dans ce TempleOù tout c’qu’on doit faire est prévuA mon âge, bien sûr, on contempleLes choses d’un autre point de vue
J’ai combattu la tentationSans vouloir vraiment gagnerUn homme comme moi n’aime pas voirLa tentation lâcher
Partout ton parfum de folieTes secrets bien en vueMon « Surtout pas » disait « Vas y »« Trouvé » disait mon « Perdu »
Soyons clairs et soyons francs :En me séparant de toiJ’ai tourné le dos au SatanEt à l’ange tout à la fois
Mon cœur mérite une médaille d’argentPour s’être défait de toiQuand j’ai tourné le dos au SatanEt à l’ange tout à la fois
(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Polyphrene 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines