Magazine Cinéma

Bernie Mac, un pur motherfucker

Par Cineblogywood @Cineblogywood
Artistes : C'est ce dimanche, à Chicago, qu'ont été célébrées les obsèques de Bernie Mac. Diverses personnalités ont assisté à la cérémonie, dont Samuel L. Jackson qui venait de tourner avec lui Soul Men. Un texte de Barack Obama a été lu. Le comédien, né le 5 octobre 1958, est mort samedi dernier d'une longue maladie des poumons, la sarcoïdose.Rendu célèbre aux States avec le Bernie Mac Show, Bernard Jeffrey McCullough (son vrai nom) a atteint la consécration internationale avec Ocean's 11 et ses suites. Sur grand écran, on l'a également vu dans Charlie's Angels, les Anges se déchaînent, Bad Santa ; je l'ai adoré dans Black/White, le remake (inversé) sympa de Devine qui vient dîner ce soir, avec Ashton Kutcher, et dans Transformers pour son petit rôle de vendeur d'autos. Il a participé à plusieurs films de Spike Lee, dont Kings of Comedy, consacré à des stars du stand-up. En hommage, en voici un petit extrait dans lequel Bernie Mac explique l'importance du mot "motherfucker" chez les Blacks américains. Et de raconter ce que vous pourriez entendre en passant près de trois-quatre brothers, dont l'un se plaint de ne pas avoir récupéré l'argent qu'il a prêté... Motherfucking hilarious !Anderton

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cineblogywood 2265 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines