Magazine Cuisine

Un Cos peut en cacher un autre

Par Daniel Sériot

Il est fréquent de lire ou d’entendre des amateurs dire que Bordeaux n’a pas de terroir, au sens de la définition fine (petites superficies) des Bourguignons. En Médoc des études récentes et détaillées, ont mis en évidence des natures lithologiques assez variées au sein d’une même propriété, et de plus en plus, la délimitation des parcelles, tient compte de ces aspects. Par exemple à Saint Estèphe,  qu’y a-t-il de commun entre des vignes plantées sur des graves assez grossières et des vignes situées sur des terrains marno-calcaires? Et l’influence de ses sols et sous-sols en fonction des conditions météorologiques du millésime?

Saint Estèphe : Cos d’Estournel  2002

La robe est profonde, avec un fin liseré de couleur violine à sanguine, le nez  est assez puissant et expressif avec des parfums de mûres et cassis écrasés, de boites à épices, et des notes de café et de chêne qui ne masquent pas les fruits, l’attaque est assez sphérique, avec des nombreux tannins parfaitement enrobés, de l’ampleur, de la puissance dans ce vin, aux saveurs de fruits noirs bien mûrs, l’acidité sous jacente équilibre ,fort justement une finale persistante, épicée, un peu tannique, d’une bonne profondeur, aux fruits gourmands. Un style un peu rive droite Noté 16,5 +

Saint Estèphe : Cos Labory 2003

La robe, d’une bonne profondeur, laisse apparaître des reflets de couleur sanguine, le nez est ouvert, et d’une bonne intensité, avec des parfums d’épices douces, de prunes évoluant vers des arômes de pruneaux, au fur et à mesure de la dégustation, de cerises, et une petite note d’écorces d’oranges, le vin laisse percevoir  ,en entrée de bouche  des tannins assez élégants et mûrs, les sensations sont ascendantes, avec en milieu de bouche une structure tannique un peu plus ferme, qui charpente bien le vin, les fruits sont mûrs et gourmands, la finale ,d’une bonne persistance, est épicées, plus masculine que féminine, aux fruits assez opulents, avec une acidité assez basse, mais bien présente, et une petite pointe d’astringence en ultime sensation (qui disparaîtra ). Noté 16,5

100_1859


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines