Magazine Cinéma

Festival du film de Marrakech Maroc. Un solide programme.

Par Michcine

affiche 2

En 2007, le metteur en scène Milos Forman et président du Jury de la septième édition rendait hommage au Festival par ces mots:
"Un Festival offre une sélection orientée qui apporte au public une connaissance internationale du cinéma autour de différentes cultures. C’est ce qui fait la force du Festival International du Film de Marrakech."
Pour cette huitième édition, le Festival rendra hommages à plusieurs cinématographies:
- 40 ANS DE CINÉMA BRITANNIQUE
- LA RUSSIE D’ANDREI KONCHALOVSKY
- 50 ANS DE CINÉMA MAROCAIN
- LE MEILLEUR DE YOUSSEF CHAHINE
40 ANS DE CINÉMA BRITANNIQUE : ENTRE DEUX PALMES D’OR… SI LE VENT SE LÈVE
Festival du film de Marrakech Maroc. Un solide programme.
Après le Maroc, pays honoré en 2004, l’Espagne mise à l’honneur en 2005, l’Italie en 2006, puis la cinématographie égyptienne en 2007, le Festival rendra hommage cette année à la Grande Bretagne, une cinématographie singulière qui a su résister face à la domination du cinéma hollywoodien grâce à un particularisme des genres qu’il s’est approprié ; la comédie, le réalisme social et le fantastique ; et de grands maîtres tels Alfred Hitchcock ou Ken Loach qui se sont imposés hors de ses frontières.
Une rétrospective d’une quarantaine de films, depuis « If » de Lindsay Anderson (Palme d’or en 1968) jusqu’au film de Ken Loach « Le Vent se lève » (Palme d’Or 2006) sera proposée aux festivaliers.
De plus, dans le cadre de la section FLASHBACK ; qui rendait hommage l’année dernière aux cinéastes disparus Michelangelo Antonioni, Ingmar Bergman et au producteur Tunisien Ahmed Baha Attia ; le Festival a décidé cette année de rendre hommage en douze films à trois cinéastes emblématiques de la production anglaise :
hitch

ALFRED HITCHCOCK
Seront notamment projetés : STAGE FRIGHT (LE GRAND ALIBI), THE BIRDS (LES OISEAUX), FRENZY…
STANLEY KUBRICK
A CLOCKWORK ORANGE (ORANGE MÉCANIQUE) et BARRY LINDON pourront être redécouverts par les festivaliers
JOSEPH LOSEY
Les chefs d’œuvre THE SERVANT et THE GO-BETWEEN (LE MESSAGER) seront notamment projetés.
LA RUSSIE D’ANDREI KONCHALOVSKY Cette rétrospective, qui sera reprise à Paris en Janvier 2009, est l’occasion pour le Festival de Marrakech de montrer, au travers de la talentueuse carrière Internationale d’Andrei Konchalovski, la spécificité de son regard, tendre, ironique et lucide sur « sa » Russie.
Sept films seront proposés aux festivaliers, dont son dernier opus, « Gloss » :

Konchal

1967 – THE STORY OF ASYA KLYACHINA
(L’histoire d'Assia Klyatchina qui aimait mais jamais était mariée)
Avec Iya Savina, Lubov Sokolova, Alexander Sourine
1969 – A NEST OF GENTLEFOLK (Le nid de gentilshommes)
Avec Irina Kuptchenko, Leonid Kulaguin, Beata Tyshkevitch
1970 – UNCLE VANYA (Oncle Vania)
Avec Innokenty Smoktounovsky, Sergey Bondartchouk, Irina Kuptchenko
1978 – SIBERIADE (Siberiada)
Avec Vladimir Samoïlov, Evgeny Perov, Sergeï Chakourov
1991 – THE INNER CIRCLE (Le cercle des intimes)
Avec Tom Hulce, Lolita Davidovitch, Alexander Zbruev
L’histoire vraie d’un officier du KGB qui fut le projectionniste personnel de Staline de 1939 jusqu’à la mort du dictateur.
1994 – RIABA MA POULE
Avec Inna Tchourikova, Alexander Sourine, Guennady Egorïtchev 
2002 – LA MAISON DE FOUS (House of Fools)
Avec Yulia Vïsotskaya, Soultan Islamov, Stanislav Varkki
En 1996, les patients d’un asile psychiatrique situé à la frontière russo-tchétchène se retrouvent livrés à eux-mêmes lors de la guerre en Tchétchénie.
2007 – GLOSS
De Yulia Vïsotskaya, Irina Rosanova, Alexeï Serebryakov
50 ANS DE CINÉMA MAROCAIN
Festival du film de Marrakech Maroc. Un solide programme.
En 1958, Mohamed Osfour, un autodidacte, rompu aux différents métiers de cinéma grâce à ses nombreuses collaborations dans des productions internationales tournées au Maroc, réalisait son rêve : montrer au public marocain des salles populaires de Casablanca, son premier long métrage, « Le Fils maudit ».
Une initiative qui va être fêtée cette année comme le point de départ de la filmographie marocaine parvenue à ses cinquante ans (1958 – 2008), même si, à proprement parler, on peut faire la distinction entre l’histoire du cinéma marocain et l’histoire du cinéma au Maroc : le pays a en effet connu très tôt l’expérience des tournages internationaux et la présence du spectacle cinématographique.
La filmographie marocaine fête cette année son jubilé d’or dans un contexte particulier, marqué par une grande dynamique qui caractérise l’ensemble de la profession cinématographique. Conséquence d’un long parcours de tâtonnements, de recherches, de traversée de désert et fruit d’une maturation qui lui ont permis de se doter d’outils et de stratégies au service d’une production cinématographique nationale de plus en plus visible, progressant à rythme régulier, reconnue et appréciée à travers le monde.
LE MEILLEUR DE YOUSSEF CHAHINE Cette huitième édition a tenu à saluer l’immense talent de ce cinéaste disparu récemment, présent dès sa première année, et auquel le Festival avait déjà rendu hommage en 2004. Un ami du Festival, qui a toujours soutenu par sa présence et celle de son travail, notre manifestation.
Dans le cadre de cet hommage posthume, le Festival projettera les films suivants :
1950 – BABA AMIN (Papa Amin)
Avec Hussein Riad, Faten Hamama, Kamal Al-Shennawi, Marie Munib
?
1958 – BAB EL HADID (Gare centrale)
Avec Youssef Chahine, Hind Rostom, Farid Shawky, Hassan El Baroudy
.
1968 – AL NASS WAL NIL (Un jour, le Nil)
Avec Vladimir Ivachov, Imad Hamdi, Zalah Sulficar, Igor Vladimirov
1964. Assouan en Egypte. Après deux ans d’un travail titanesque, l’ancien cours du Nil va être fermé. L’inauguration du grand barrage ouvrira une nouvelle ère tout en inondant définitivement les terres ancestrales.
1969 – AL ARD (La terre)
Avec Mahmoud Al Meligi, Ezzat Al Alayli-Nagwa Ibrahim, Hamdi Ahmed
1973 – AL OUSFOUR (Le moineau)
Avec Salah Kabil, Ali El Scherif, Mahmoud El Meliguy

1978 – ISKANDERIYA LIH ? (Alexandrie pourquoi ?)

Avec Mohsen Mohiedine, Farid Chawki, Naglaa Fathi
1942. Tandis que les troupes de Rommel se rapprochent d’Alexandrie, un jeune étudiant s’évade à travers le théâtre et le cinéma. Rêvant d’Hollywood, il met en scène ses propres pièces et revues théâtrales.
1982 – HADDUTA MISRIYA (La mémoire)
Avec Mohsen Mohiedine, Oussama Nadir, Leila Hamada, Ragaa Hussein
alexandrie pourquoi

1989 – ISKANDERIYA, KAMAN W KAMAN (Alexandrie encore et toujours)
Avec Youssef Chahine, Amr Abdel Guelil, Hussein Fahmy
1994 – AL MOHAGER (L’émigré)
Avec Khaled El Nabawi, Yousra, Michel Piccoli
1997 – AL MASSIR (Le destin)
Avec Nour El Cherif, Laïla Elwi, Mahmoud Hemida, Khaled El Nabawi
2004 – ISKANDERIYA-NEW YORK (Alexandrie… New York)
Avec Mahmoud Hemida, Ahmed Yehia, Yousra El Lozy, Hala Sedki
A l’occasion d’un hommage qui lui est rendu à New York, un réalisateur égyptien retrouve son amour de jeuness
FONDATION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH

Président : Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid
Vice Présidents Délégués : M. Nour-Eddine Saïl et M. Faïçal Laraïchi
Directrice du Festival : Madame Mélita Toscan Du Plantier
Administrateur trésorier : M.Azeddine Benmoussa
Secrétaire Général : M. Jalil Laguili 
SITE OFFICIEL DU FESTIVAL
www.festivalmarrakech.info 



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Michcine 21497 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte