Magazine Cuisine

D’Auvenay Criots-Bâtard-Montrachet 2000

Par 20divin

Convié à déguster ce grand et très rare vin,(moins de 300 bouteilles produites sur cette année 2000) avec pour suivant un Richebourg du domaine de la Romanée Conti, c’est avec beaucoup d’attentes et d’espoirs de toucher au sublime que je me rends chez mon hôte, un sourire radieux ayant pris place depuis l’après-midi sur mon visage.

Ce grand cru est implanté sur la commune de Chassagne-Montrachet, situés à une altitude allant de 240 à 250 mètres les sols issus du issus du Jurassique (175 millions d’années) sont épais calcaires et argileux.

La superficie du domaine Auvenay est de seulement 6 ares (600m²) pour ce grand Cru; il en découle une production confidentielle.

La bouteille, très lourde laisse voir dans la masse du verre teinté des bulles d’air emprisonnées.

Le bouchon très imbibé nous fait craindre le pire, difficile de l’extraire, il se cassera en deux lors de sa sortie.

Apparemment pas de goût de “bouchon”, le vin se livre peu, tout le contraire du fabuleux Meursault goutte d’Or bu l’année dernière à la même période.

La crainte commence à poindre , nos sourires se figent légèrement.
Il reste une heure avant le début de la dégustation et nous le passons en carafe, à l’air libre.

La couleur est déjà évoluée, le jaune est éclatant.

Nous profitons de l’attente pour nous occuper de l’ouverture du Richebourg 1998 DRC dont le nez est une caresse, une promesse de délicatesse, une invitation au bonheur.

Nous retrouvons ce Criots dans nos verres.

Après agitation, le nez s’exprime sur des notes d’agrumes, de léger grillé et d’une pointe miellé.
L’impression de profondeur déjà ressentie sur les vins de ce domaine reste présente ici, la complexité est évidente, l’aération lui est profitable, c’est indéniable.

Les craintes d’une déception s’évanouissent au contact du liquide mis en bouche.

L’expression aromatique en bouche reste extrêmement pure, avec un toucher de bouche exceptionnel comme sur tous les vins de ce domaine.

L’impact minéral et la puissance de ce vin resteront mémorable pour ma part.
La longueur et persistance sont toutes deux au niveau attendu.

Le vin n’a cessé de se bonifier au long de sa dégustation.

Par son évolution dans le verre je pense qu’il gagne à être encore attendu et qu’il sera encore meilleur dans quelques années.

Au final, c’est un vin superbe auquel il manquait un brin de complexité pour être absolument fantastique.

Très belle émotion qui fait oublier sur l’instant qu’un grand seigneur, nous attends patiemment sûr de son fait dans sa bouteille à l’étiquette célèbre.

Je mesure la chance immense qu’il m’est donné de déguster cette bouteille si dure à se procurer par sa rareté et son prix très élevé.

Un grand merci à Alain pour sa générosité.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


20divin 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines