Magazine Cuisine

Jamais sans ma neige à Angers!

Par Olif
IMGP6562.JPG
Retour en Anjou, pour une ultime compilation d'impressions sur le Salon des Vins de Loire et sur celui des Greniers Saint-Jean. Pas du réchauffé, il faisait tellement froid en ce début février, mais du digéré, assimilé, petit à petit régurgité.
Troisième fois que je translate à l'Ouest jusqu'en Anjou l'hiver, deuxième fois que j'y emmène la neige avec moi, que l'on m'annonce à chaque fois comme étant un événement exceptionnel ici. La première fois, c'était à Savennières en 2006, une dégustation encore gravée dans toutes les mémoires. Cette fois-ci, juste une poudrée. Pas de quoi effrayer le montagnard à la voiture bien chaussée. Mais un froid de canard, humide comme une poulette enamourée et encore plus mordant qu'un pitbull enragé, le jour du retour.
IMGP6561.JPG
Après une soirée vigneronne d'exception, autour d'un cep, le dimanche matin fut vécu comme une Renaissance. Celle des AOC, qui tenait salon aux Greniers Saint-Jean. Déjà commentée en grande partie ici, en ce qui concerne le Roussillon, remontons progressivement, mais plutôt lentement,  vers le Nord, avec un passage (trop) rapide auprès de Julie Balagny, de Terre des Chardons, le temps de goûter à la Clairette  de Bellegarde 2007, mais pas celui de revenir pour les rouges. Une prochaine fois! Sympathique rencontre avec Louis-Marie Michel, de Zélige-Caravent, en Pic Saint-Loup, dont toutes les cuvées goûtées sont vraiment épatantes. Un soyeux incomparable en bouche, velouté et frais, rendant les vins inimitables, à la fois "tactiles" et très digestes.  Toujours en Pic Saint-Loup, Christophe Beau, du domaine Beau Thorey, qui propose des vins d'un naturel confondant, dont un étonnant Bogus 2007, à base de Muscat de Hambourg et une cuvée Ultime 2006, au charme roturier des teinturiers.
Place au Rhône, pris à contre-courant, en commençant par Michèle Aubéry, du domaine Gramenon, déjà évoqué  ici. Puis Stanislas Wallut, qui bichonne les Vieilles vignes du domaine de Villeneuve pour en tirer une unique cuvée de Châteauneuf, mais quelle cuvée en 2006! Papale! Chez Mathieu Barret, le Cornas est loin d'être dégueulasse. Deux belles cuvées (Brise Cailloux et Billes noires), très syrah, encore très jeunes (2006 ou 2007, je n'ai pas retenu le millésime). Un sans faute chez Jean-Pierre Monier dont le rarissime Saint-Joseph blanc 2007 hantait encore ma mémoire depuis la veille au soir. Que du très bon, malheureusement difficile à trouver pour l'amateur. Belle découverte que les vins du domaine de la Fourmente, en compagnie de Rémi Pouizin, officiellement membre de Renaissance des appellations depuis un an. Une gamme très homogène, plein de belles cuvées, avec pour point culminant les superbes Grains sauvages, de vieux grenaches vinifiés sans soufre et pourtant magnifiquement domestiqués.
Après un verre de Poulsard, pour la soif, du côté de chez Stéphane Tissot, puis un deuxième chez Jean-Etienne Pignier, de Montaigu, Jura, loin de la digue, place à quelques vins de Loire, histoire d'honorer l'autochtone. Que du bon chez Christian Chaussard, vigneron aux Nérons, dont les vins gagnent en précision et en définition de millésime en millésime. Chauchau, l'homme aux bretelles, qui s'éclate comme un petit fou avec sa gamme de négoce se déclinant joliment en "You are so ..." quelquechose. Des vins vraiment épatants! Un style différent, mais tout aussi bon, chez le voisin de Jasnières, Eric Nicolas, du domaine de Bellivière, dont les 2007 sont sur le fil du rasoir, tendus comme des arcs. De biens beaux vins également aux Loges de la Folie, de Montlouis, avec un Velvet craquant, idéal sur un plâtrée de patates, et des blancs secs 2007 d'une grande droiture.
Côté Loire, la grande émotion venue de ce Grenier, ce sera sans nul doute "l'OVNI" Xavier Caillard, qui fait goûter des chenins 99 et 2002, longuement élevés, en fûts puis en bouteilles, ainsi qu'un rouge 2001. 60 mois d'élevage pour ce superbe 99, botrytisé en partie, qui a des airs de Mr Noly de Philippe Valette: confit, très mûr, long et immense en bouche. Faisons confiance à l'ami PhR pour nous en dire plus à ce sujet très bientôt.
La Loire, ce sera évidemment le thème central du Salon qui se tient à partir du lendemain, au parc des expositions d'Angers. Même que cela s'appelle le Salon des vins de Loire. Flashback: c'était il y a tout juste deux ans. Les flashes crépitent encore devant mes yeux. Je suis la VIP du salon. Champion du monde des blogs d'amateurs français de vins! Un Wine Blog Trophy, le premier décerné. Il trône toujours sur ma cheminée, ça ne fond pas comme ça le plexiglas. Cette fois, je suis venu en spectateur pour assister, entre autres, au triomphe de Jim Budd, qui n'avait pas hésité à mettre une chemise de circonstance, celle du journaliste qui a les crocs et qui a envie de se lâcher sur un blog, ce que ne lui permet pas totalement la presse traditionnelle où il travaille. Il succède ainsi à deux des membres du Jury: Philippe Rapiteau, toujours prompt à dégainer sa Pipette, et Fabrice Le Glatin, qui vient tout juste de passer au 2.0 avec Vinsurvin.
IMGP6588.JPG
Félicitations également aux deux jeunes loups Julien Pichoff et Damien Bonnabel, qui vont bientôt nous aider à trouver un vin. Leurs chemises ne sont pas aussi photogéniques que celles de Jim, mais ils ont aussi les crocs et leur blog n'est pas mal non plus.
Parmi les belles sensations viniques de ce salon, une bien sympathique confirmation que les vins vendéens de Samuel Mégnan, du domaine Aloha, qui, l'R de rien, jouxtaient ceux du domaine de l'R, de Frédéric Sigonneau. Et puis les vins de La Pépière de Marc Ollivier, en Muscadet, une gamme irréprochable, d'un rapport qualité-prix imbattable.
Beaucoup d'autres vins goûtés et de vignerons rencontrés, qu'il serait fastidieux d'énumérer (mais bon, juste quelques noms, comme ça, pour le plaisir: René Mosse, Marc Houtin, Clément Barraut, Jo Pithon, Antoine Sanzay, Guillaume Keller, Philippe Delesvaux, Jérôme Saurigny, Emile Hérédia, Joël Ménard, Eric Morgat, Stéphane Pz, ...) et encore plus de vins pas dégustés et de vignerons pas rencontrés, par manque de temps et par saturation aussi, un peu. Pour le coup, là, il sera vraiment fastidieux de les énumérer, tous ceux qui ont été loupés. La prochaine fois, il faudra prévoir encore plus large question timing.
Dehors, la poudre blanche a fondu, mais le fond de l'air reste frais. Douce fraîcheur angevine...
IMGP6545.JPG
Olif

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olif 15671 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine