Magazine Cuisine

Saint Emilion 2008 à l'UGC (fin)

Par Daniel Sériot

Nous achevons notre tour d’horizon, à l’Union des Grands Crus, par une série de grande qualité, avec pour les meilleurs vins commentés, des vins mûrs, et pourtant sans aucune lourdeur, dans ce millésime, si atypique, dans sa météorologie détaillée, et qui a fini par donner naissance à des vins aboutis, vraiment d’une belle fraîcheur, et qui vont , à mon avis, bien se comporter à table. Des vins, que je considère, pour les meilleurs, comme supérieurs à ceux des millésimes 2007 et 2006.

Château La Tour Figeac

L’olfaction est pure, avec une violette séductrice suivie d’arôme de mûres écrasées, de très beaux tannins veloutés, avec une trame plutôt serrée, habillée par une chair moelleuse, des fruits éclatants, beaucoup de présence en milieu de bouche, sans perdre en finesse, belle allonge aux fruits purs, d’une excellente plénitude, et fraîche. Noté 91-93

Château Larcis Ducasse

Un nez d’une très grande séduction, avec au premier plan des notes florales variées (dont la violette ), puis apparaissent les mûres sauvages écrasées, dominant d’autres fruits noirs, l’attaque est enjôleuse avec tannins de grande race ( trame serrée et toucher velouté à soyeux), de la chair, des fruits purs et intenses, un centre compact, avec néanmoins une finesse remarquable, la finale est longue, fondante, mais fraîche, d’une gourmandise exquise. Un grand Larcis, très proche de 2005, dans un style plus classique. Noté 94-96 (voire plus en fin d’élevage)

Larmande

Le nez est un peu fermé, après agitation quelques arômes de fruits rouges apparaissent, associé à ceux du chêne, tout est tendre dans ce vin, qui se développe très délicatement en bouche, les fruits sont frais, et d’intensité modérée, la finale de longueur moyenne est fraîche, avec un fruité tempéré. Noté 86-87+

Château Pavie Macquin

Nez, intenses, crémeux, avec des arômes de cerises noires et de mûres écrasées, d’épices douces, dès l’entrée en bouche, le vin en impose, avec des tannins compacts, mais au toucher velouté, le vin s’installe rapidement en milieu de bouche, avec beaucoup de chair, des saveurs fruitées intenses, densité et concentration ; les tannins restent parfaitement enrobés, la longue finale est puissante, savoureuse, sans aucune rigidité tannique, saline, d’une excellente fraîcheur. Noté 95-97 

Troplong Mondot

Nez intense et expressif de petits fruits noirs ( mûres et cerises noires écrasées) associés à des épices douces, beaucoup de présences, et de densité en bouche, avec des tannins serrées et bien habillés par une chair assez ferme, les fruits sont bien mûrs, et intenses, du volume et de l’amplitude dans un milieu de bouche assez puissant , la finale est très persistante, plutôt fraîche, avec une palette aromatique des plus séduisantes. Noté 92-94

Trottevieille

Le nez est fin avec des arômes de cerises de groseilles, et des notes d’élevage, beaucoup de fraîcheur en bouche avec des tannins fins et veloutés, le vin monte délicatement en milieu de bouche, avec harmonie, et une bonne constitution, la finale est tonique, avec des fruits, frais, salivants, longiligne dans son dessin, et saline. Noté 90-92


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines