Magazine Cuisine

Margaux 2008 (fin)

Par Daniel Sériot

Certains vin sont intemporels, pas du tout dans les objectifs actuels, à savoir cueillir totalement mûr. Si les extractions sont légères, avec des raisins qui ne sont pas entièrement mûrs (peaux et pépins), on obtient des jus légers, tendres, sans dureté tannique, sans beaucoup de « vin » en contrepartie. Serait-ce la fameuse finesse margalaise tant vantée par certains dégustateurs rompus aux vins anciens ? J’aurai tendance à le comprendre ainsi, et de nombreuses propriétés semblent camper sur cette conception.

Marquis de Terme

Tout est dans la finesse, dès l’olfaction de petites baies rouges, une entrée en bouche tendre, veloutée, presque caressante, le vin s’installe doucement dans le milieu de bouche un ton au dessus de son entrée, les fruits reste frais, la finale de construction longiligne, assez aérienne, sans dureté, fraîche et fruitée. Un vin, un peu hors du temps. Noté 88-90 ; mais totalement en dehors du style actuel

Montbrison

L’olfaction laisse entrevoir des parfums de fruits frais, avec des notes florales, de la douceur en entrée de bouche, une finesse tannique de bon aloi, dans une construction générale tempérée et « classique », la finale conserve une bonne fraîcheur fruitée, sans raideur tannique. Noté 87-88

Prieuré Lichine

Un nez fin, net, de fruits frais, une entrée en bouche tendre, le vin prend un peu de densité en s’installant en milieu de bouche, les fruits sont frais et expressifs, les tannins restent assez élégants, la finale de longueur normale, est assez savoureuse, mais avec des tannins plus fermes. Noté 87-89  A Revoir

Rauzan-Gassies

Un nez peu expressif de fruits rouges, un bouche souple, très légère, très linéaire dans sa construction, presque lisse, une finale, dans la continuité, des fruits frais, d’intensité modérée .Noté 84-86

Rauzan-Ségla

Le nez un peu discret associe des arômes fruitées et des notes végétales (poivrons rouges), l’entrée en bouche est assez riche, avec des fruits bien définis, une trame tannique assez bien enrobées, mais le milieu de bouche certes consistant, laisse entrevoir des tannins plus fermes, qui se prolongent dans une finale persistante, fruitée, mais un peu végétale. Noté 88-90

Siran

Des arômes toastés associés à des fruits rouges et noirs sont perceptible à l’olfaction, l’entrée en bouche est convaincante avec de la chair, et des fruits mûrs, mais les tannins se durcissent dans un milieu de bouche, assez étoffé, la finale de longueur normale est assez savoureuse, mais un peu tannique. Noté : 87-89


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines