Magazine Cuisine

Une dégustation à Puisseguin (2)

Par Daniel Sériot

Les vins blancs du début du repas, sont un éloge du Chardonnay bourguignon, et sans aucunes fausses notes, après la première série consacrée au Chablis de Dauvissat, la deuxième série ( les vins sont servis par paire ) propose deux Meursault village, qui tiendront parfaitement leur place, ce qui n’est guère surprenant compte tenu du pédigree de leur géniteur. Des vins d’une remarquable fraîcheur, dans deux millésimes différents

Meursault Roulot LesTessons Clos de mon Plaisir 2006

La robe a une teinte jaune pale, le nez est élégant avec au premier plan des arôme de noisettes grillées, puis floraux , et de fruits blancs (pêches), de la fraîcheur dès la mise en bouche, d’une belle délicatesse, le vin s’installe progressivement en milieu de bouche, en prenant de la consistance, et de la chair, la finale d’une bonne persistance est finement fruitée, tendue, saline. Un vin droit Noté 16

Meursault Coche-Dury 2005

La robe est jaune clair, le nez est encore un peu fermé, mais le vin finit par dévoiler des parfums de menthe fraîche, d’agrumes, de fleurs en plus de ses légendaires notes grillées, l’attaque est tonique, beaucoup de vivacité, mais avec, en contrepoint, des fruits expressifs (accompagnés de saveurs miellées), une matière assez serrée, boostée par une acidité gustative nette qui dynamise le vin et donne un caractère rectiligne, tendu, à la finale, persistante, citronnée, salivante, saline. Noté 16,5


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines