Magazine Cuisine

Deux vins de la rive droite

Par Daniel Sériot

Ces deux bouteilles ont été dégustées à mon domicile, avec des amateurs, les bouteilles ont été achetées en « primeurs » et conservées dans une cave climatisée à 12°

Le vin du millésime 2004 a été dégusté 4 fois en 3 mois,  à chaque fois le vin, servi en carafe, a été dégusté sur 48 heures, il s’est toujours fort bien présenté, même en début de dégustation, il s’agit incontestablement d’une réussite en rive droite, dans le millésime, et ces flacons du millésime 2004 ont toujours été appréciés par les différents dégustateurs ( le vin a, toujours, été servi à l’aveugle ). Le millésime 2001 est construit avec une recherche de finesse qui contrebalance, ici, l’aspect puissant que les argiles donnent aux vins, sans jamais de sensation de faiblesse dans toutes les bouteilles goûtées.

Pavie-Macquin 2004

La robe est foncée, profonde au centre du verre, avec un fin liseré de couleur sanguine, le nez est intense et séduisant avec des arômes de mûres sauvages écrasées, de cerises noires, d’épices douces, de notes de truffes noires qui s’esquissent, et d’élevage ( un rien présent), l’entrée en bouche estautoritaire, avec des tannins serrés parfaitement enrobés par une chair veloutée, le vin s’étoffe dans un milieu de bouche, compact, dense, aux fruits purs et mûrs, portée par une acidité impeccable, la finale longue, intense, aux fruits gourmands, épicée , réglissée, est minérale ( saline ) dans ses ultimes sensations. Un vin superbe, de plus en plus en place. Noté 17+

Pavie-Macquin2001

La robe est soutenue à profonde, avec des reflets de couleur pourpre, l’olfaction est expressive élégante et fine, avec des saveurs de fruits rouges (cerises, et mûres ), de cannelle, et des notes de truffes noires, plus soulignées que sur la bouteille du millésime 2004. L’attaque est suave, moelleuse, avec des tannins à la texture dense, au grain velouté, le vin s’étoffe, avec une chair délicate, assez serrée, en milieu de bouche, les fruits sont mûrs mais frais, la sensation d’une puissance sous-jacente est parfaitement tempérée par une construction respectant le millésime, la finale est longiligne, étirée, d’une belle précision aromatique (fruits et épices), d’une bonne intensité, parfaitement équilibrée, et minérales (notes salines ) . Noté 17. Un vin féminin à fort caractère, dira un dégustateur, à l’aveugle.

Daniel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines