Magazine Cuisine

Primeurs 2009 : Saint Julien

Par Daniel Sériot

Saint Julien 2009

La dégustation  a été une véritable partie de plaisir avec des vins frais, juteux, aux tannins veloutés, voire soyeux, fondant par la qualité de la chair qui les habille. Si l’on raisonne globalement les vins de la rive gauche sont remarquablement réussis, rarement il m’a été donné de déguster certains  vins quasiment incrachables à ce stade de la dégustation, avec beaucoup de fraicheur et d’équilibre.

Les robes sont profondes avec quelques variations de densité, en fonction des maturités recherchées par les châteaux.

Beychevelle

Nez de fruits mûrs (cassis en jus), et floral avec une dominante de violettes, la bouche est construite sur une trame tannique veloutée, fine qui structure le vin avec naturel en gardant tout au long de la dégustation cette qualité de tannins, les fruits sont frais et bien mûrs, du goût, de la présence dans une finale persistante et aérienne. Noté 92-93

Branaire

L’olfaction est un peu discrète, mais très florale à l’agitation, avec des parfums de petites baies noires, l’élevage est présent mais au deuxième plan. Très beaux tannins racés et fins qui soutiennent le vin avec justesse, de la fraîcheur, des fruits mûrs et gourmands, la finale bien dessinée, est nette, précise, soutenue et juteuse. Noté 93-94+

Gruaud Larose

La robe est très profonde, le nez est intense, avec des parfums de soupe de fruits noirs écrasés, d’épices douces et de réglisse, la bouche est riche, puissante, tout en gardant une trame tannique serrée au grain velouté, beaucoup de mâche, dans un centre énergique, les fruits sont purs et très expressifs, la finale est très persistante, intense, avec des saveurs fruitées salivantes et soutenues finement épicés. Un vin rarement goûté à ce niveau Noté : 94-95+

Lagrange

Le nez évoque le cassis écrasé, les épices, la résine, et des notes de mûres. D’agréables sensations de baies forestières sont présentes dans  toute les phases de la dégustation, les tannins élégants et veloutés sont perceptibles dès l’attaque, un rien plus fermes en milieu de bouche, qu’ils structurent avec une juste autorité, la finale est longue, très parfumée, aux fruits rutilants, pure. Noté 92-94

Langoa Barton

L’olfaction est séduisante, fraîche, très florale en première intention, avec des arômes de cassis un peu croquant, les tannins sont un rien plus saillants que ceux des autres vins, les sensations sont ascendantes, avec beaucoup de fraîcheur dans l’expression des fruits, le centre est bien charpenté, avec élégance la finale d’une bonne persistance est juteuse, fruitée assez longiligne. Noté 91-92

A suivre....

Daniel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines