Magazine Cuisine

Week-end des Grands Amateurs, Prélude...

Par Daniel Sériot

Après avoir reçu plusieurs courriers et courriels de l'Union des Grands crus de Bordeaux qui m'invitaient à cette grande dégustation du millésime 2007, organisée le samedi 5 juin 2010, je décide d'accepter cette charmante invitation proposée contre la somme modique de 56 €, enfin pas tout à fait... l'obtention d'un billet demi-tarif me semblait préférable! J'ai donc sollicité des amis cavistes afin d'obtenir ce fameux Sésame. Ce qui fut fait et bien fait.
Je débute ma dégustation, méthodiquement, (tous les vins sont systématiquement recrachés), et dès 10 heures. Je me prévois des pauses dans un petit salon où se trouve une fontaine à eau. Je dépose mon verre sale avant de me diriger vers ce lieu et en reprend un propre à mon retour. Ma dernière pause a lieu vers 16h15, 16h30... A mon retour, il n'est plus aucun verre sur la table réservée à cet effet!
Je demande où en disposer à une personne qui semblait être chargée de la gestion des plateaux. Elle me répond qu'à 16h30, ordre est donné de ne plus en fournir, puisque les invités sont avinés et qu'un seul verre pour toute la durée de la dégustation suffit largement. Vous l'avez compris, il y a là tout le charme et la courtoisie d'une organisation qui nous invite, moyennant finance, et qui est impatiente de nous voir partir avant la fermeture du salon, prévue à 18 heures.
Je réussis néanmoins à récupérer un verre qui servait de porte-crayons. Je le nettoie tant bien que mal. Et je termine la dégustation des Sauternes 2007, la dizaine qu'il me restait à redécouvrir, à l'exception du Climens qui n'était plus en dégustation.
Je constate que les crachoirs ne sont plus vidés et pleins, superbe bouillon de culture qui vous explose à la figure quand vous vous libérez du divin nectar... Les nombreux dégustateurs encore présents gardent tous des joues gonflées comme des ballons de baudruche, on se croirait dans un aquarium rempli de diodons (les poissons porcs-épics!)...
Je n'ose imaginer que l'amateur acheteur qui fréquente cette manifestation n'aurait pas un profil suffisamment oriental pour être respecté comme il se doit. Serions-nous victimes d'une nouvelle maladie contagieuse, un mal qui répand la terreur depuis la fin du mois de mai : la hong kongïte aiguë!
Daniel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines