Magazine Culture

The Velvet Underground #5-Squeeze-1973

Publié le 13 juin 2011 par Numfar
The Velvet Underground #5-Squeeze-1973

The Velvet Underground #5 :

Doug Yule : chant, guitare, basse, claviers

Si Doug Yule n’a pas été invité à la soirée d’intronisation du Velvet au Rock’n’Roll Hall Of Fame en 1996 et qu’il reste généralement détesté des fans purs et durs du Velvet c’est pour une seule et bonne raison : il a eu l’impudence de sortir un album solo sous le nom du Velvet Underground.


On peut comprendre pourquoi le manager Steve Sesnick mise tout sur Doug Yule depuis qu’il l’a fait entrer dans le groupe : il est un très bon chanteur, un multi-instrumentiste de talent et surtout il est très mignon et plaît beaucoup aux filles.

Un seul petit défaut  : il n’a pas le génie visionnaire d’un Lou Reed ou d’un John Cale.

Au printemps 1972, Lou Reed quitte son emploi de comptable qu’il avait depuis son départ du Velvet et part en Angleterre enregistrer un premier album solo, accompagné par certains membres de Yes comme Steve Howe ou Rick Wakeman.

Un album sans surprise, composé presque exclusivement d’inédits du Velvet et qui n’obtient aucun succès.

Quant à John Cale, il enregistre depuis 1970 une série d’albums expérimentaux, en collaboration avec Terry Riley ou en solo, au succès confidentiel.

En été 1972, Doug Yule enregistre seul, avec l’aide du batteur de Deep Purple, Ian Paice, un album qui est supposé sortir en octobre 1972.

A cette occasion, Doug Yule monte un nouveau Velvet composé de Rob Norris (guitare), George Kay (basse) et Mark Nauseef (batterie futur Elf, Gillan et brièvement Thin Lizzy), qui tourne d’octobre à décembre 1972, mais la sortie de l’album est repoussé et le groupe, lâché par Steve Sesnick se sépare dans l’indifférence générale.

Décembre 1972, sortie du deuxième album solo de Lou Reed “Transformer”, produit par David Bowie, comprenant le tube “Walk on the wild side” et qui va faire de Lou Reed une star du rock internationale.

En mars 1973, John Cale publie son quatrième album “Paris 1919”, qui va également connaître un certain succès.

Dès lors, le Velvet Underground passe du statut de groupe maudit à celui de groupe mythique, légendaire, et ses disques se vendent enfin confortablement.

Février 1973, Polydor publie enfin (uniquement en Europe) le dernier album du Velvet : “Squeeze”, produit par Doug Yule.

Little Jack

Crash

Caroline

Mean old man

Dopey Joe

Wordless

She'll make you cry

Friends

Send no letter

Jack & Jane

Louise

(Doug Yule)

Musiciens additionnels :

Ian Paice : batterie

Malcolm (Duncan?) : saxophone

Tout d’abord, soyons clair : Ian Paice n’a jamais fait partie du Velvet Underground.

Il n’est là que comme musicien de studio en congé de Deep Purple.

"Squeeze" fut tiré à peu d’exemplaires, réédité il me semble, en France dans les années 80, mais jamais réédité en CD, il est donc très difficile de se le procurer, à part illégalement sur internet.

Il a depuis été effacé du catalogue officiel du Velvet.

Nous avons affaire ici à un bon album solo Doug Yule, sans grand génie je précise, mais qui n’aurait jamais dû porter le nom sacré du Velvet .

L’album influença pourtant le groupe de Glen Tillbrook et Chris Difford qui se baptisèrent “Squeeze” et dont le premier album fut produit par John Cale.

---

Lou Reed va connaître une longue carrière de rock star, même si pour moi ses meilleurs titres sont ceux enregistré par le Velvet.

John Cale va continuer ses expériences musicales bon gré mal gré, une carrière sans concessions, sans rechercher le star system tant désiré par Reed.

Sterling Morrison a raccroché définitivement la musique pour devenir professeur, rejoignant occasionnellement ses anciens amis sur scène, et qu’il retrouvera en 1992.

Maureen Tucker, après une longue absence, a démarré une carrière solo très rock’n’roll au début des années 80 et qui malgré un succès confidentiel possède une base de fans extrêmement fidèle.

Nico a continué sa carrière solo démarrée en 1965, en enregistrant occasionnellement, généralement en collaboration avec John Cale.

Elle meurt en 1988 d’une hémorragie cérébrale après une chute de vélo.

Doug Yule, malgré sa trahison, rejoint le groupe de Lou Reed en 1974 pour l’album “Sally Can’t Dance” et la tournée qui suivit.

En 1976, il forme le groupe “American Flyer” mais se retire du monde de la musique après leur deuxième album en 1977.

Après des années de silence il réapparait en 2002 avec un album solo live : “Live In Seattle” et a récemment publié un album avec le groupe RedDog en 2009 : "Hard Times".

---

C’est Andy Warhol qui a permis au Velvet d’exister, c’est sa mort qui va provoquer une reformation miraculeuse,  impensable pourtant à l’époque.

© Pascal Schlaefli

Urba City

Juin 2011


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte