Magazine Cuisine

Deux vins de la rive droite au gré des envies

Par Daniel Sériot

Certaines bouteilles sont ouvertes au gré de nos humeurs et de notre bon plaisir, sans recherche particulière d’accords mets/vins. Nous gardons à l’esprit d’éviter des associations incompatibles. Les deux vins commentés aujourd’hui ont accompagnés, un dîner impromptu lors de la visite d’une amie en fin de journée. Ils ont été servis avec un lapin cuisiné avec une sauce  au vin rouge, et agrémenté de pruneaux. Ils ont été proposés sans mise en carafe, dégustés pour eux-mêmes, puis pour le premier vin bu au cours du repas. Le second vin été goûté sur une durée de 24 heures.

Pavie_macqion_4

Saint Emilion : Pavie Macquin 2006

La robe est profonde, avec un liseré de couleur sanguine à violine au bord du disque, l’olfaction est nette, intense et fraîche, avec des arômes de cerises et de mûres, d’épices douces, et des notes de réglisse et d’élevage quasiment fondu. L’attaque est soutenue, avec des tannins élégants et racés très bien enrobés par une chair serrée, le milieu de bouche est corsé, sphérique dans son dessin, avec des fruits juteux et mûrs. La finale est persistante, fraîche, bien mise en valeur par des fruits expressifs et gourmands, finement épicée et réglissée, et des notes salines en ultime sensation. Noté 17, note plaisir 17,5

CPA__2_

Côtes de Castillon : Clos Puy Arnaud 2005

La robe est soutenue à profonde, avec des reflets de couleur pourpre à sanguine, le nez évoque des fruits très mûrs (pruneaux, cassis, et cerises noires), et les épices, avec un élevage en retrait. La mise en bouche laisse entrevoir une matière très veloutée presque soyeuse, les tannins sont mûrs et fins, le centre est plein et charnu souligné par des fruits très murs, un peu compotés. La finale est allongée, fruitée, épicée, avec des tannins toujours aussi finement texturés, mais une sensation d’alcool (malgré une température de service adaptée), et un manque d’acidité gustative limite le plaisir. En l’état 15,5, note plaisir 14,5. Une deuxième dégustation sera nécessaire pour valider le ressenti de cette bouteille.

 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines