Magazine Cuisine

Evolution du Guide Rouge Michelin

Par Mauss

Cela fait longtemps que nous n'avons parlé de cette institution française si particulière : le Guide Rouge de la Maison Michelin.

Oliv a mis sur LPV un lien intéressant sur un article d'une grande mesure au sujet du nombre des macaronnés au Japon : ICI.

Depuis notre voyage de grande intensité au Japon qui a été relaté ici et sur le blog du Grand Jacques, nos lecteurs ayant quelques années d'ancienneté (oui, il y en a), savent à quel point nous étions sceptiques quant aux critères d'attribution de ces macarons allant de * à ***.

Soyons clairs : le Michelin perd gentiment de son influence, de son importance, et sans ces marchés extérieurs florissants, il n'est pas sûr que la seule édition française puisse maintenant payer les fins de mois de tous ses salariés. Internet est passé par là avec de multiples sites où des particuliers, comme des critiques professionnels, mettent en ligne des expériences qui ont une valeur pratique réelle.

On reviendra juste sur un point : il ne nous semble pas normal qu'à l'étranger on ne considère, pour l'attribution des macarons, que le seul contenu de l'assiette alors qu'en France, en Italie, en Espagne, en Allemagne, au Luxembourg, en Suisse, en Belgique et aux USA (et même chez les Britons), le cadre, l'histoire, la cave, la politique (oui !) même jouent un rôle majeur quoiqu'en disent les patrons du Guide Rouge.

Pourquoi deux poids deux mesures ?

On n'évoquera même pas les injustices criardes qui font que l'amateur a un mal fou, sur les seuls Champs-Elysées, à trouver de réelles justifications à une maison qui n'a qu'un seul macaron (Le Laurent) et une autre qui en a trois (Ledoyen).

La maison-mère suit-elle d'aussi près ce qui se passe dans cette filiale comme elle le faisait il y a 20 ou 30 ans ? On en doute sérieusement.

Pas grave : en fait, ce Guide Rouge garde une réelle valeur pour les * et certains **. De nos jours, on cherche avant tout une belle convivialité, un service souriant, et des plats qui ne nécessitent pas l'usage d'un dictionnaire pour les comprendre, surtout quand on a des intitulés à rallonges ! Et je ne parle pas des prix : sujet trop délicat :-)

dp

Un *** d'exception : allez, quizz du mois !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mauss 1569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines