Magazine Cuisine

Bordeaux 2009 à l'UGC - Saint Emilion (2)

Par Daniel Sériot

Saint Emilion

Les vins de la rive droite sont riches en alcool, ce qui dans le contexte de cette dégustation où les vins étaient servi trop chaud n’a pas favorisé leur approche. Les propriétés, qui comportent un bon pourcentage de Cabernets francs ont produit des vins plus équilibrés, même si les raisins ont été cueillis bien mûrs (Angélus par exemple). Figeac avec une majorité de Cabernets Sauvignon et de Cabernets francs a réussi à élaborer un vin d’une bonne fraîcheur dans le contexte du millésime. La difficulté de ce millésime solaire, en rive droite, résidait dans le fait d’avoir une fenêtre étroite, pour obtenir des bonnes maturités des pépins et des peaux, alors que les jus étaient souvent déjà très riches en sucre.

WGA 042

Les robes sont profondes, avec des liserés de couleur sanguine à pourpre

Angelus

Le nez, intense et séduisant, évoque, les fruits noirs ( cerises, mûres et cassis), la boite à épices, avec des notes florales et de réglisse. La bouche est riche, concentrée, moelleuse, très charnue, volumineuse, ample, avec des tannins mûrs et très enrobés, rehaussée de fruits expressifs et gourmands. La finale est longue, pleine, fondante, bien équilibrée, savoureuse et complexe ( fruits, épices, zan). Noté 18,5


Beauséjour Bécot

L’olfaction, est nette et expressive, avec des arômes de cerises légèrement kirchées , d’épices douces, et des notes réglissées. La bouche est veloutée, charnue, avec un corps dense, et assez sphérique. La finale est persistante, soutenue, assez fondante, avec des saveurs épicées et réglissées, et des fruits au second plan. Noté 17


Berliquet

Le nez est fin et assez intense, avec des parfums floraux (violette), et de petites baies rouges et noires finement épicées. La bouche est longiligne, avec des tannins fins et mûrs, bien tramés habillés par une chair délicate. La finale est étirée, d’une bonne fraîcheur, veloutée, fruitée et épicée. Noté 16

WGA 046

Canon

L’olfaction avenante, évoque la violette, les cerises agrémentée d’épices douces. La bouche est veloutée en attaque, les tannins se raffermissent dans un centre, bien construit, plein et fruité. La finale est persistante, d’une bonne fraîcheur, avec des tannins assez fermes, fruitée, florale et épicées, mais n’a pas la douceur tactile de nombreux autres vins. Noté 16,5


Canon La Gaffelière

La violette, les fruits noirs mûrs ( dont la cerise), les épices variées, et des notes de zan s’invitent dans une olfaction soutenue et nette. La bouche est sensuelle, avec des tannins fins et mûrs, au grain très velouté, qui se trament serrés et dense dans un milieu de bouche, très finement texturé rehaussé de fruits gourmands. La finale est persistante, allongée fondante, bien dessinée, savoureuse (fruits épices et fleurs). Noté 17


Figeac

Le nez, net et expressif évoque la rose, la violette, avec des notes épicées. La bouche est longiligne, les tannins fins habillés par une chair délicate sont un peu plus fermes dans un centre, plein et dense, agrémenté des fruits mûrs (sans excès). La finale est élancée, très persistante, d’une bonne fraîcheur, velouté soulignée par des fruits juteux finement épicés, avec des notes florales. Noté 17,5


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines