Magazine Cuisine

Le riesling alsacien dans toute sa gloire

Par Mauss

Mes amis connaissent mes côtés excessifs dont le plus discutable reste celui-là :

"En matière de vins blancs, il y a le riesling, puis rien, puis les autres".

Si me faut argumenter sur ce jugement totalement subjectif, j'ajoute souvent qu'il s'agit là d'un cépage ne requérant pas de malo et qui, comme tout cépage exclusif (c'est à dire non soumis à un assemblage) ne supporte guère la médiocrité. Comme le pinot noir, le graal équivalent en rouge, le riesling exige plus qu'ailleurs une recherche permanente de l'excellence.

C'est dire à quel point il dépend à la fois d'une terre, d'un homme de l'art, et de vinification loin des tripatouillages qu'on trouve facilement ici ou là.

On trouve ses plus beaux représentants en Alsace, en Allemagne (surtout sur la Moselle) avec aussi de belles tentatives en Autriche et une rareté chez Aldo Vajra au Piémont. Il y en a sans doute aussi dans le nouveau monde, mais j'avoue là une méconnaissance totale des plus beaux noms en la matière. Nul doute qu'ici on me dira mon fait :-)

Le drame de l'Alsace, c'est qu'après guerre, le riesling alsacien est devenu un "vin de comptoir" parisien, avec une charge bien trop forte de soufre qui a laissé des traces dans bien des têtes au point que cela a créé une désaffection pour ce qui doit redevenir un grand vin. Quand on vous dit que ce cépage ne supporte pas la médiocrité…

Remonter la pente n'a guère été facile, d'autant plus qu'une nouvelle facilité s'est trop vite développée : la quantité de sucre résiduel, flatteuse à souhait, mais si néfaste à table !

Mais comme sous la Gaule romaine où un petit village d'irréductibles a sonné le tocsin, il y a eu quelques maisons qui ne se sont pas laissées aller à de tels excès, dont Trimbach qui tient, avec deux de ses crus de référence, la cuvée Frédéric Emile et le sublime Clos Sainte-Hune, les meilleures places sur le podium des plus beaux vins blancs au monde.

Donc, dimanche soir, un passionné comme il y en a peu, Monsieur Marc Rinaldi, avait réuni à l'Auberge de l'Ill de la famille Haeberlin, 24 invités autour de 4 maisons tenant le haut du pavé en Alsace. Les mariages "vins & mets", très étudiés, permettaient à tout un chacun de déguster sur chaque plat 3 crus différents en origine ou en millésime : un travail plus que remarquable effectué par Serge Dubs, un des "Meilleurs Sommeliers du Monde", membre du GJE, et un sommelier n'ayant jamais quitté l'Auberge de l'Ill où il a passé et passe encore, sa vie professionnelle.Un cas.

Cela s'appelle un moment rare, d'une grande générosité, et une leçon de choses comme on en a peu, finalement. La plupart des vins étaient issus de magnums.

Je vous mets ci-dessous le menu de la soirée :

Apéritif servi avec l'amuse-bouche et la mise en bouche
Riesling la Vanne 1865 Cave personnelle de Paul et Marc Haeberlin

De la cave privée d'Hubert Preiss :
Riesling Preiss Henny 1976
Riesling Preiss Henny 1967
Riesling Preiss Henny 1947

Domaine Albert Mann: vins servis avec le bar de ligne

Magnum de Riesling FURSTENTUM Grand Cru 2002
Magnum de Riesling FURSTENTUM Grand Cru 1996
Magnum de Riesling FURSTENTUM Grand Cru 1994

Domaine Weinbach Famille Faller: vins servis avec la mousseline de grenouilles

Riesling Grand Cru Schlossberg Cuvée Sainte Catherine 2002
Riesling Grand Cru Schlossberg Cuvée Sainte Catherine 1992
Riesling Cuvée Sainte Catherine 1990
Domaine Zind Humbrecht: vins servis avec le ragout de homard

Magnum de Riesling 1994 Rangen
Magnum de Riesling 1989 Rangen
Magnum de Riesling 1988 Rangen

Maison Trimbach: vins servis avec le suprême de volaille

Magnum de Riesling Cuvée Frédéric Emile 1990
Magnum de Riesling Clos Sainte Hune 1995
Magnum de Riesling Clos Sainte Hune 1990


Vins servis avec la terrine de foie gras d'oie

Albert Mann Riesling Schlossberg Grand Cru l'Epicentre 2007
Trimbach Riesling Clos Saint Hune VT Hors choix 1989

Vins servis avec la gourmandise aux fraises des bois

Domaine Weinbach Riesling Grand Cru Schlossberg SGN 2004
Zind Humbrecht Riesling Brandt VT 1989

Merci Marc Rinaldi, merci à ces producteurs de référence, merci à l'Auberge de l'Ill. Comme introduction au nouveau salon professionnel qui se tenait le lendemain au Parc des Expositions de Colmar, ce fut simplement géant. Bravo à cette initiative en espérant qu'elle sera suivie dans les années à venir et saura trouver des extensions, grâce au CIVA, dans les grands pays importateurs.

dub
Messieurs Rinaldi, Jean-Pierre Haeberlin et Serge Dubs 
bin
Les vins de la soirée
  


 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mauss 1569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines