Magazine Cuisine

Deux vins de la rive droite en accord mets/vins

Par Daniel Sériot

Nous avons choisi pour accompagner des brochettes d’agneau, aux herbes et aux épices douces, un vin de la rive droite du millésime 2003, qui a été, d’une bonne fraîcheur, et d’un très bel équilibre. Ce millésime solaire, se prête aisément à ce style de plat et l’accord a très bien fonctionné. Il est d’ailleurs à noter que les vins de la rive droite en 2003 sont richement dotés en alcool, et présente des caractères, parfois un peu sudistes, mais certains conservent suffisamment de fraîcheur pour être bus, avec plaisir, au cours d’un repas.

Pour servir de partenaire, à un canard fermier, cuit à basse température, nous avons ouvert un Pavie Macquin 2001, le moelleux et le fondant de la chair du canard se sont délicieusement accordé avec la texture, la puissance et le velouté du vin, parvenu maintenant sur son plateau de maturité. Les vins ont été dégustés sur une durée de 48 heures, en bouteille, sans signe notable d’évolution.

Saint Emilion Mangot Quintessence 2003

009

La robe est profonde, de couleur rubis, sans signe d’évolution. L’olfaction est nette et intense avec des arômes de burlat, de mûre, d’épices douces, avec des notes de zan. L’attaque est très veloutée, les tannins sont fins et mûrs, le milieu de bouche est ample, avec du volume, et une texture fine, rehaussé de fruits avenants. La finale est très persistante, d’une bonne fraîcheur, soutenue par de beaux tannins « crayeux », fruitée, épicée, finement réglissée, avec des notes de truffes noires. Noté 16,5, note plaisir 17

Saint Emilion Pavie Macquin 2001

Pavie_Macquin_2001

La robe est profonde, de couleur grenat, avec un bord du disque légèrement orangé. Le nez, net et expressif, évoque les cerises «  burlat », les prunes noires, avec des notes d’épices orientales, de réglisse et de truffes noires. La bouche est veloutée, en attaque, le vin prend de la puissance (sans outrecuidance) et du volume dans un centre bien tenu par des tannins mûrs enrobés par une chair de bon aloi. La finale est longue, étirée, fraîche, pleine, les fruits sont un peu dominés par des saveurs épicées, réglissées, et truffées, avec des notes salines. Une bouteille plus évoluée que celles bues, il y a quelques mois. Noté 16,5, même note plaisir 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines