Magazine Cuisine

Dégustation à l'aveugle de vins du Languedoc (fin)

Par Daniel Sériot

Deuxième série

 La deuxième série est également d’excellent niveau.

dégustation des languedocs 035

Les conditions de dégustation ont été exposées hier, je n’y reviendrai pas. Deux vins se sont révélés défectueux lors de cette dégustation, ils n’ont pas été évalués. Le plaisir a été au rendez-vous, avec des vins très abordables, après une mise en carafe. Certains vins qui ont été regoûtés le lendemain, après avoir été conservés dans une cave à 13° dans leur carafe ont gardé toutes leurs qualités (La Grange des Pères 2005 et Montcalmès 2007, notamment), Les Bastides d’Alquier était logiquement fatigué. Un seul s’est montré meilleur le lendemain La Tina 2010 ; La Tina 2009 avait perdu une partie de son charme. Capion le Juge 2007 avait été terminé lors du casse croûte qui a suivi la dégustation, je le reverrai, en bouteille sur une durée de 72 heures. Il faut garder à l’esprit que la température de service est un élément incontournable pour pouvoir apprécier les vins de cette région.

dégustation des languedocs 032

dégustation des languedocs 036

dégustation des languedocs 037

 

Coteaux du Languedoc : Mas Jullien 2004

dégustation des languedocs 016

La robe est profonde, de couleur rubis, le nez est fortement marqué par la réduction, la bouche est mutique, avec des tannins durs. Le vin regoûté 24 heures plus tard, parait déviant. Non Noté

Vin de pays de l’ Hérault : La Grange des Pères 2005

dégustation des languedocs 026

La robe est soutenue, de couleur rubis vers le disque qui présente des nuances légèrement orangées. L’olfaction, nette et intense, évoque les petites baies noires, les épices variées, les herbes aromatiques, avec des notes fumées et de légère tapenade. L’attaque est soyeuse, avec une matière pure, des tannins fins et racés enrobés par une chair serré et sensuelle, le milieu de bouche associe une texture fine et une puissance sous jacente, sans outrecuidance qui donne de la densité et de la plénitude au vin, rehaussé de fruits purs et expressifs. La finale est très persistante, élégante, très velouté, fraîche, complexe, fruitées (prunes et pruneaux dominants), épicées, avec des notes de garrigue, et de léger goudron. Noté 17, moyenne du groupe 17. La bouteille me parait être un cran en dessous de celle dégustée, il y a 10 mois. La légère évolution du disque va dans ce sens.

Corbières La Voulte Gasparets : Romain Pauc 2007

 

La robe est profonde, de teinte pourpre à sanguine, le nez est ouvert et expressif, avec des arômes de cassis, de mûres écrasées, d’épices (dont le poivre) d’herbes aromatiques, avec des notes florales. L’attaque est soutenue, le vin développe une belle puissance, un peu fougueuse, avec des tannins fins au cœur plus ferme, enrobés par une chair bien formée, rehaussés de fruits séduisants. La finale est très persistante, dynamique, fraîche, avec une palette aromatique complexe et avenante (fruits noirs, olives noires, épices, garrigue). Noté 16,5, moyenne du groupe 16,4

Faugères : Les Bastides d’Alquier 2000

dégustation des languedocs 038

Le vin a été mis en carafe, au moment de la dégustation

La robe est très soutenue, de couleur grenat légèrement évoluée au bord du disque. La nez, un peu réduit, s’ouvre après aération sur des arômes d’une belle jeunesse ; fruits noirs variés, boite à épices (dont le poivre), avec des notes de violettes, de léger goudron, et de fumée La bouche est veloutée, avec des tannins enrobés, puissante, corsée, une fraîcheur sous-jacente donne une belle allonge à une finale bien équilibrée, solide dans sa constitution, fruitée, très épicée, avec des notes de tapenade, et de garrigue. Noté 16,5, moyenne du groupe 16,1. Un vin qui a fort bien vieilli

Terrasses du Larzac : Capion ; Le Juge 2007

dégustation des languedocs 024
dégustation des languedocs 022

La robe est très soutenue à profonde de couleur sanguine, l’olfaction est nette et intense, après agitation dans le verre ( légère réduction), avec des arômes de soupe de fruits noirs ( cassis et mûres dominantes), d’épices variées ( dont le poivre), d’herbes aromatiques ( laurier et thym), des notes florales, fumées et d’olives noires. L’attaque est soyeuse, les tannins sont fins et élégants, habillés par une chair serrée pulpeuse, le milieu de bouche est finement texturé, dense, plein, avec des fruits intenses. La finale est longue, d’une grande douceur tactile, pure, fraîche, complexe avec des saveurs rappelant celles perçues à l’olfaction. Noté 17,5, moyenne du groupe 17,2

La dernière photo donne le classement des vins, dans l’ordre décroissant de gauche à droite, les deux derniers vins n’ont pas été notés (défectueux)

dégustation des languedocs 028
dégustation des languedocs 029


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines