Magazine Cuisine

Dégustation à l’aveugle de rieslings alsaciens des millésimes 2007 et 2008 (2)

Par Daniel Sériot

Cette dégustation, à l’aveugle n’est, comme toujours, qu’une image à un instant t. Parmi les amateurs présents à cette séance, un tiers environ  n’avait que peu approché régulièrement  les Rieslings alsaciens. De plus certains notent les vins, avec un système de notation assez bas, ce qui donne des moyennes de groupe, inférieures à celles des dégustations précédentes, et peut laisser penser, au lecteur, que la qualité des vins est moindre. L’approche des vins du millésime 2008 est difficile, même après une longue aération. Les vins restent souvent fermés (aromatiquement et structurellement), ce qui a pour effet d’amplifier l’acidité gustative, d’un cépage qui en est naturellement bien doté. Nous verrons demain, lors de la fin des commentaires, les différences perçues sur les rieslings 2008 en fonction des choix de maturité des raisins selon les producteurs.

 

dégustation des Riesling + repas chez émile 1482
dégustation des Riesling + repas chez émile 1486

Vin n° 4 : Paul Blanck : Furstentum 2005

dégustation des Riesling + repas chez émile 1508

La robe de teinte or est assez soutenue, le nez ouvert est naphté, puis apparaissent à l’aération des arômes d’oranges de pamplemousse, avec des notes miellées . L’attaque est bien en chair presque grasse, le milieu de bouche est rond et bien construit, avec des saveurs fruitées avenantes. La finale est persistante, légèrement acidulée, fruitée, finement miellée et épicée. Noté 16, moyenne du groupe : 15,62

Vin n° 5 : Josmeyer : Les Pierrets 2007

dégustation des Riesling + repas chez émile 1508

La robe offre une couleur jaune clair, le nez, élégant et expressif, évoque les agrumes variés, (dont le pamplemousse), nuancés de notes florales. La bouche est allongée, veloutée, avec une texture assez serrée, agrémentée de fruits plaisants. La finale est étirée, aérienne, fraîche, avec des saveurs de fruits et de safran, ponctuée de notes salines, et de légers amers (peau d’agrumes). Noté 15,5, moyenne du groupe 14,5

Vin n ° 6 : Louis Sipp : Kirchberg de Ribeauvillé 2007

dégustation des Riesling + repas chez émile 1512

 

Une teinte or assez soutenue caractérise la robe, l’olfaction est nette et d’une bonne intensité, avec des arômes d’oranges, de mirabelles, de cumin et des notes terpéniques et fumées, L’attaque est fraîche, le vin se construit de façon longiligne, porté par une acidité gustative mûre qui donne du pep et met en valeur les fruits. La finale est persistante, tendue, bien dessinée fruitée, finement miellée, avec des notes salines et fumées. Noté 15,5, moyenne du groupe 14,12

Vin n° 7 : Zind Humbrecht : Riseling Turckeim 2008

dégustation des Riesling + repas chez émile 1513

La robe offre une teinte or soutenue, le nez évoque, avec intensité, les fruits bien mûrs (mirabelles, pêches jaunes) les épices variées, avec des notes miellées. La bouche est très charnue, grasse, le vin se développe avec de la puissance dans un centre presque sphérique et fruité. La finale persistante et soutenue est tenue par une acidité de bon aloi, mais moins vive que celle des vins du même millésime, avec des saveurs avenantes de fruits mûrs d’épices variées et de miel (bonbon des Vosges). Noté 16, moyenne du groupe : 14,37


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines