Magazine Cuisine

Pessac Léognan : Larrivet Haut-Brion

Par Daniel Sériot

Les lecteurs anglophones pourront lire les chroniques du blog en anglais, avec 72 heures de décalage, ici ( http://www.webflakes.com/diary-of-a-lover-of-the-right-bank.html)

En consultant mes carnets de notes de la fin de l’année 2012, je me suis aperçu que j’avais omis de rendre compte de la dégustation des vins du château Larrivet Haut Brion, faite lors des Portes Ouvertes du mois de décembre dernier.

Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 047

Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 048
Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 049

Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 051
Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 050

La dégustation du vin blanc 2009 n’a fait que confirmer mon manque d’appétence pour ce millésime, pour une grande majorité des vins blancs de cette appellation, comme ce fut le cas pour la dégustation des vins en primeurs. Ce manque de tension ne me convient pas, même s’il peut plaire à certains critiques.

La bouteille proposée pour le vin rouge, Larrivet Haut Brion 2006 ne m’a pas  enthousiasmé, mais je me garderai bien de porter un jugement global sur les qualités du vin, dans ce millésime, et dans cette propriété, en tenant compte de cette seule dégustation.

 

Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 055
Portes ouvertes de Pessac et Photos pour LBC 056

Pessac Léognan : Larrivet Haut-Brion (blanc) 2009

La robe est de couleur jaune assez pale, le nez, net et ouvert, évoque les fruits jaunes, la citronnelle, avec des notes d’agrumes et d’élevage discret. L’attaque est veloutée, assez charnue, le centre fruité est plein, sans beaucoup de tonicité. La finale est persistante, un peu lascive et nonchalante, avec des fruits expressifs, et des saveurs d’élevage qui participent ce manque de pep. Espérons que le vieillissement donnera de l’équilibre à ce vin…

Pessac Léognan : Larrivet Haut-Brion (rouge) 2006

La robe de couleur grenat est très légèrement évoluée au bord du disque, l’olfaction est ouverte, avec des arômes de cassis, de cerises d’épices douces, et des notes fumées ; l’élevage est assez soutenu. La bouche laisse entrevoir des tannins fins enrobés par une chair délicate dans une construction longiligne, les fruits manquent un peu de fraîcheur, et font penser à un vin plus âgé. La finale, de longueur normale, est un peu astringente, avec des saveurs fruitées et épicées à l’expression modérée, et un élevage qui n’est pas fondu. Une bouteille défectueuse ? A revoir


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines