Magazine Cuisine

Domaine de l'A 2008 et Corbin 2008

Par Daniel Sériot


Les lecteurs anglophones pourront lire la traduction sur webflakes (Diary of Lover of right bank), avec quelques billets de décalage... Lire ICI

J’évoque aujourd’hui deux vins rouges bordelais qui ont été dégustés et bus, avant l’épisode caniculaire qui s’est installé dans le bordelais depuis une quinzaine de jours.
J’ai ouvert un Domaine de l’A du millésime 2008, pour voir comment le vin de ce millésime évoluait depuis sa naissance. J’avais bien apprécié ce cru en primeur et après la mise, il me parait avoir besoin d’être encore attendu pour en profiter pleinement. Pour des dégustateurs impatients, il est nécessaire de le préparer en carafe, avant de le boire.

Le château Corbin 2008 (Saint Emilion), de facture plus classique, est réussi. Il faudra l’attendre au moins cinq ans, pour le boire avec grand plaisir.

Les vins ont été bus, en bouteille, sur une durée de trois jours, avec une expression aromatique plus intense, 24 heures après l’ouverture des flacons.

Castillon-Côtes de Bordeaux : Domaine de l’A 2008

IMGA8725

La robe est profonde, avec un liseré de couleur violine, le nez élégant et expressif évoque les cerises, les épices douces, nuancées de notes florales (pivoine et violettes), de mûres, avec un élevage quasiment intégré. L’attaque est veloutée, les tannins mûrs et tramés serrés, mais au coeur du grain encore un peu ferme, sont enrobés par une chair de bon aloi, le centre est plein et sphérique, rehaussé de fruits gourmands et expressifs. La finale est très persistante, soutenue, fraîche, avec des tannins qui demandent encore à se fondre, très fruitée, florale et délicatement épicée. Note potentielle 16,5, note plaisir 15,5.

Saint Emilion : Corbin 2008


IMGA8687

La robe est assez profonde, de couleur pourpre à sanguine. L’olfaction est élégante et d’une bonne intensité, avec des arômes de violettes, de roses, de cerises fraîches, et de groseilles avec quelques notes épicées et un élevage en retrait. La bouche est svelte et soyeuse en attaque, le vin prend de la consistance et de la rondeur dans un milieu de bouche agrémenté de fruits frais. La finale est élancée un peu plus tannique, fraîche, aérienne, fruitée et légèrement épicées. Note potentielle 15,5, note plaisir 14,5. A attendre au moins cinq années pour davantage de plaisir.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines