Magazine Cuisine

Des vins de Bourgogne : Vincent Girardin et Vaudoisey-Creusefond

Par Daniel Sériot


Les lecteurs anglophones pourront lire la traduction sur webflakes (Diary of Lover of right bank), avec quelques billets de décalage... Lire ICI

Lors d’un déjeuner chez des amis à Bordeaux, nous avons dégusté, à l’aveugle, Le Puligny-Montrachet «  les Levrons » 2008 de Vincent Girardin. Le vin a été mis en carafe (environ deux heures) avant la dégustation, ce vin s’est fort bien comporté, avec une grande fraîcheur, malgré la chaleur caniculaire qui régnait sur la ville ce jour-là.

J’ai ouvert et dégusté sur trois jours en bouteille le Volnay 2005 du Domaine Vaudoisey- Creusefond pour voir s’il était déjà abordable maintenant, si le premier verre s’est révélé être d’une grande séduction aromatique, le vin s’est un peu refermé lors de la deuxième dégustation, laissant entrevoir des tannins plus fermes, et de légères amertumes en finale, et redevient plus plaisant le troisième jour. Il faudra attendre que le vieillissement sous verre ait fait son oeuvre pour le boire à son meilleur niveau de plaisir.

Bourgogne : Vincent Girardin : Puligny-Montrachet : « Les Levrons » 2008

IMGA8771

La robe légèrement dorée est brillante, l’olfaction est nette et ouverte, avec des arômes de poire, d’agrumes, de fleurs blanches, de noisettes, et une très légère note de truffe blanche. La bouche est pleine, veloutée, charnue dans un centre mis en exergue par une acidité gustative de bon aloi et des fruits expressifs. La finale est fraîche, étirée, soutenue, avec des saveurs avenantes rappelant celles décelées à l’olfaction, et des notes d’élevage pas encore fondu. Noté 15,5, même note plaisir

Bourgogne : Vaudoisey-Creusefond : Volnay 2005

IMGA9006

La robe est soutenue de couleur pourpre, le nez net et avenant évoque les fruits noirs (cerises noires et léger cassis), les épices douces, avec des notes florales (pivoines et violettes). L’attaque est soyeuse, le vin se développe avec des tannins fins et mûrs, un peu plus fermes, tramés serrés dans un centre délicatement charnu, d’une bonne densité et fruité. La finale est allongée, un peu plus tannique, pleine, fruitée et épicée, avec de légers amers le deuxième jour, qui s’estompe lors de la dernière dégustation. Note potentielle 15,5/16, note plaisir 15. A attendre pour en profiter pleinement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines