Magazine Cuisine

Saint Emilion : Lynsolence 2005 et Francs-Côtes de Bordeaux : Puygueraud 2008

Par Daniel Sériot

Après la dégustation des Gravières et de Lynsolence des millésimes 2012 et 2013, Denis Barraud nous propose de goûter Lynsolence 2005, un vin que nous avions fort apprécié en bouteille lors d’une dégustation à l’aveugle du millésime 2005, dans une séance d’un précédent club de dégustation. Le vin a été épaulé en fin de matinée et dégusté vers 16 heures. Il est déjà bien ouvert et excellent, il sera encore meilleur le soir, avec le reste de la bouteille que Denis nous a offert. Un vin à carafer pour ceux qui voudraient ouvrir une bouteille dès maintenant, et une très belle bouteille, pour les amateurs patients, dans quelques années.

Nous avons ouvert un Puygueraud 2008, qui s’est bien goûté dès le premier jour (voir le commentaire), la bouteille a été épaulée deux heures avant la dégustation. Le deuxième jour l’élevage s’est montré plus présent, ainsi que 24 heures plus tard. Un vin qui devrait être à point pour son dixième anniversaire

IMGA9816
IMGA9827

Saint Emilion : Lynsolence 2005

IMGA9819

La robe est profonde presque saturée, avec des reflets de teinte sanguine, le nez, net, intense, et séduisant évoque les cerises noires, les épices douces, avec des notes de mûres, de violettes, et de truffes noires, l’élevage parfaitement intégré est pratiquement fondu. L’attaque est pleine, les tannins sont mûrs et tramés serrés, le centre est corsé, dense, sphérique, d’un délicat velouté de texture, rehaussé de fruits épicés expressifs et purs. La finale est longue, énergique, intense, d’une agréable douceur tactile, savoureuse (fruits noirs, épices, très légères réglisse) harmonieuse grâce à la fraîcheur inhérente au millésime. Noté 17, même note plaisir

Francs-Côtes de Bordeaux : Puygueraud 2008

IMGA9814

La robe est assez profonde, de couleur sanguine, l’olfaction est élégante et ouverte, avec des arômes de cerises mûres et fraîches, de fleurs (roses et notes de violette), de très légères notes épicées et un élevage de qualité bien en retrait. La bouche est veloutée, les tannins mûrs sont enrobés par une chair de bon aloi, le vin s’installe progressivement dans un milieu de bouche, bien charpenté et plein, agrémenté de fruits nets et avenants. La finale est très persistante, élancée, avec des tannins un peu plus fermes, fraîche, mise en valeur par les saveurs décelées à l’olfaction. Noté 15,5, même note plaisir.

IMGA9823


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines