Magazine Cinéma

Albert à l'ouest - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Albert-A-L-Ouest-Banner-1280px

WILD WILD SETH !!!

Après le phénomène « Ted », la nouvelle comédie DE et AVEC Seth Macfarlane raconte l'histoire d'Albert un « sheepboy » qui tombe amoureux de la femme du hors-la-loi le plus cruel de l'ouest !
Albert-a-l-ouest-Photo-Charlize-Theron-Seth-MacFarlane-Photo-01
Le(s) plus

Ouverture grandiose sur Monument Valley et ses somptueux décors de western, le réalisateur de « Ted » vise très haut en transposant son univers comique-trash dans le noble genre qu'est le western.

Tourné entièrement en décor naturel à Santa Fe au Nouveau-Mexique, le réalisateur nous offre des décors magnifiques et une pure lumière de western digne des films de Ford (auquel le cinéaste souhaite rendre hommage) et où le spectateur retrouvera avec joie tous les archétypes et personnages du far-west : shérif ivrogne, ouvriers chinois, indiens fumeur de drogues hallucinogènes, prostituées... et au milieu de tout ça : Albert Stark éleveur de moutons qui vit encore chez ses parents et dont la fiancée le laisse tomber pour le moustachier de la ville...

Comédie ou Western ?

Comme pour « Ted », le film s'ancre pour sa première partie dans le genre de la comédie romantique avec ce « sheepboy » maladroit joué par le génie de l'humour Seth Macfarlane à la reconquête de l'être aimé interprétée par la jeune et jolie Amanda Seyfried.
Face à lui, un autre génie comique du petit écran : Neil Patrick Harris de « How i met your mother » qui joue à merveille le riche et arrogant moustachier de la ville.
Seuls amis en ville, un couple improbable interprété par Giovanni Ribisi en chrétien puceau et l'humoriste trash Sarah Silverman en prostituée complètement excentrique qui refuse le sexe avant mariage car contraire aux valeurs chrétiennes...

Albert-a-l-ouest-Photo-Neil-Patrick-Harris-Seth-MacFarlane-Photo-01La deuxième partie du film est consacrée au western pur et dur sur fond de vengeance.
Notre « héros » va cette fois-ci faire face à deux immenses acteurs contemporains, Charlize Theron qui s'essaye avec brio à la comédie et l'impassible et terrifiant Liam Neeson en hors la loi sans pitié !

L'audace et l'originalité de ce scénario repose sur sa structure en deux grandes parties, l'une consacrée à la « rom-com », l'autre au western classique le tout truffé d'humour et de gags trash (parfois scatophiles...) tout en conservant un esprit burlesque : c'est peut être ça la formule Macfarlane!

Seth Macfarlane étant derrière et devant la caméra, il innove dans le genre comédie en introduisant dans le scénario de longs monologues où il décrit avec humour et dérision l'ouest sauvage auquel il est confronté comme s'il voulait fusionner comédie classique et sketch dont il a le secret (souvenez-vous de la 85ème cérémonie des oscars qu'il a présenté avec brio !) pour créer une mutation de la comédie moderne un peu à la manière de Sacha Baron Cohen avec « The Dictator ».

Le(s) moins

La structure du scénario et le côté sketch de certaines séquences peut surprendre le spectateur non avisé mais c'est bien ce qui fait l'originalité du scénario !

Albert-a-l-ouest-Photo-Liam-Neeson-Photo-01
Conclusion

Si vous avez aimé « Ted » et que vous êtes un fan des « Griffin », montez votre cheval (ou votre mouton) et foncez voir la nouvelle comédie de Seth Macfarlane pour sa performance, son scénario, son casting en or, ses gags hilarants et ses nombreux caméos surprenants !

Ma note: 8.5/10


Albert à l'ouest

Albert-A-L-Ouest-Affiche-France

Synopsis : "La couardise d'Albert au cours d'une fusillade donne à sa fiancée volage la bonne excuse pour le quitter et partir avec un autre. Une belle et mystérieuse inconnue arrive alors en ville et aide le pauvre Albert à enfin trouver du courage. Des sentiments s'immiscent entre ces deux nouveaux alliés, jusqu'au jour où le mari de la belle, un hors-la-loi funestement célèbre, découvre le pot-aux-roses, et n'a plus qu'une idée en tête : se venger. Albert aura-t-il le courage nécessaire pour venir à bout du bandit ?"
Réalisé par: Seth MacFarlane / Avec: Seth MacFarlane, Neil Patrick Harris, Charlize Theron, Liam Neeson, Giovanni Ribisi, Neil Patrick Harris et Amanda Seyfried / Genre: Western, Comédie / Nationalité: Américain / Titre original: A Million Ways to Die in the West / Distributeur: Universal Pictures International France
Durée: 1h57min / Date de sortie: 2 juillet 2014

Plus d'informations !

  • Les Anecdotes !


    Un écriteau en ville sur lequel est inscrit "Windisch and Sons" est un clin d'oeil et hommage à Christopher Windisch, le chef constructeur du film, et à son fils qui était contremaître de l'équipe de construction sur le plateau.

    Lorsqu'il parle Cherokee, Seth McFarlane dit textuellement "Mi La Ku Nis, Mi La Ku Nis", ce qui est traduit en "fine, fine" sur les sous-titres. Or, Mila Kunis n'est autre que le premier rôle féminin du dernier film de McFarlane, Ted, ainsi que la voix de Meg dans sa série Family Guy. Les deux trublions sont par ailleurs de très bons amis, sur le plateau comme dans la vie courante.

    Seth McFarlane écrivit une nouvelle à partir du scénario du film. Il s'agit du premier ouvrage qu'il écrit dans sa carrière. C'est aussi la première fois qu'il se retrouve producteur, scénariste, réalisateur et acteur dans un film en prises de vues réelles. Il craignait non pas que la charge soit trop lourde mais qu'il ne puisse soutenir son rôle, ayant moins d'expérience dans le jeu physique que dans le jeu vocal, habitué qu'il est à doubler ses personnages animés.

    Pour introduire la bande-annonce de son film, Seth McFarlane tient à l'écran une discussion sur le fait qu'il s'agisse ou non d'un film grand public avec Ted, le héros de son précédent long métrage du même nom, qui avait justement amené beaucoup de critiques quant à la classification "tout public".

    Albert à l'ouest est le premier long-métrage dans lequel Seth McFarlane tient un rôle d'importance. Il avait auparavant joué dans Fée malgré lui, comédie de Michael Lembeck, mais il est surtout spécialisé dans le doublage et incarne la plupart des personnages principaux de ses séries animées. C'est également la voix de Ted dans le lucratif film éponyme. Albert à l'ouest marque aussi la première réalisation longue de McFarlane dans laquelle n'intervient aucun personnage animé.

    Le tournage eut lieu de mai à août 2013, au Nouveau-Mexique, notamment aux studios de Santa Fe. Pourtant, le film est censé se dérouler en Arizona. Les extérieurs furent également minutieusement choisis car peu de villes, dans ces deux états, conservent des bâtiments datant de l'époque du film (1882). L'équipe eut pourtant la chance de découvrir en divers endroits la ferme d'Albert, la maison de Louise et la grange où a lieu le bal. Le reste fut tourné en studio. Quant à la ville de Vieille Souche, elle fut reconstituée au ranch de Bonanza Creek, véritable ville de cinéma où plus de 130 films et publicités ont déjà été filmés.

    Seth McFarlane s'est inspiré de la comédie Le Shérif est en prison (1974), de Mel Brooks, pour écrire son propre pastiche du western. Il fut critiqué suite à cette annonce par certaines télévisions et associations américaines du fait que Brooks était d'origine juive et que certains gags de McFarlane, dans ses diverses séries et dans Ted, se basent sur un humour antisémite.

    Rien que dans la bande-annonce d'Albert à l'ouest, on peut dénombrer huit macchabés, morts plus ou moins violemment. On peut donc la comparer à d'autres bandes-annonces célèbres pour cette raison comme celles de Kill Bill et Kill Bill 2 où les morts se comptaient par dizaines.

    C'est en regardant un jour Pendez les haut et court (Ted Post 1968), que McFarlane et ses deux coscénaristes, Alec Sulkin et Wellesley Wild, eurent l'idée de dépeindre un Far West sans la romantisme nostalgique qui s'y trouve la plupart du temps. "Notre façon d'envisager la comédie consiste à insérer un élément délirant dans un cadre parfaitement réaliste et crédible. Ici, l'élément délirant tient au fait que l'histoire se déroule au Far West, mais tout est appréhendé du point de vue de la réalité actuelle", explique le réalisateur.

    Les trois scénaristes se sont basés sur un humour à la Jerry Seinfeld, jouant des petites choses du quotidien, pour construire Albert. Personnage moderne totalement hors de son élément, c'est un genre de nerd du Far West : "Albert n'est ni un macho ni un agité de la gâchette. Il ne cherche pas la bagarre, il ne se soûle pas au whisky tous les soirs au saloon", explique le producteur Scott Stuber. Le fait qu'il soit un éleveur de moutons en fait en plus une personne méprisée dans le Far West : ses bêtes, peu nobles et faciles à élever, abîmaient les pâturages en broutant trop profondément le sol.

    L'actrice Charlize Theron a plusieurs fois fait savoir qu'elle souhaiterait jouer dans une comédie, pour changer des rôles dramatiques qui la rendirent célèbres, comme ceux de Monster ou The Yards. C'est le ton décalé de la comédie de McFarlane qui l'a séduite, pensant qu'il serait plus aisé de changer de registre s'il ne s'agissait pas d'une comédie classique. Elle a par ailleurs dû porter une perruque pendant tout le tournage parce qu'elle s'était rasée le crâne lorsqu'elle jouait dans le reboot de Mad Max.

    McFarlane raconte avoir été étonné par les capacités de jeu d'Amanda Seyfried, qui elle-même était surprise qu'on lui offre un rôle comique : "lors du tournage de la scène dans laquelle elle rompt avec Albert, je me souviens avoir pensé, "La vache, cette elle assure, soit elle est la meilleure actrice du monde, soit elle a déjà largué une tonne de mecs comme ça". Charlize Theron eut même du mal à haïr le personnage joué par Seyfried, admirant la comédienne et ne pouvant être désagréable envers elle.

    Caméo ultime, Doc Brown, joué par le véritable Christopher Lloyd, de Retour vers le futur, est surpris, dans le film, par Albert, alors qu'il travaille sur la DeLorean afin de retourner dans son époque. Michael J. Fox ne fait cependant aucune apparition dans Albert à l'ouest.

    Dans une optique d'authenticité, une véritable locomotive et ses wagons datant des années 1880 fut empruntée au site touristique de la voie ferrée Cumbres & Toltec. Le tout était malheureusement hors d'usage et il fallut quatre mois de réparations pour de nouveau faire cracher la fumée de charbon au vieux train. C'est dans ce dernier que saute Albert, avec son cheval, quand il tente d'échapper à Clinch et ses hommes.

    Fin chanteur, comme il l'avait déjà prouvé lors de son show d'ouverture aux Oscars, McFarlane adapta, à l'aide de Alec Sulkin et Wellesley Wild, une vieille chanson datant de 1860 : "If You've Only Got a Moustache", de Stephen Foster. Féru de danse et de musique, le réalisateur ne pouvait imaginer son film sans un numéro chanté et dansé. C'est par ailleurs le célèbre chanteur de country Alan Jackson qui interpréta la chanson titre du film "A million ways to die".

Et vous qu'avez-vous pensé du film Albert à l'ouest ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Tonnerre - Critique

    Tonnerre Critique

    Coup de foudre à Tonnerre !Avec son nouveau film, Guillaume Brac nous livre une comédie sentimentale qui vire au thriller sombre sur la fin avec cette histoire... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • The Ryan Initiative - Critique

    Ryan Initiative Critique

    La mauvaise initiative !L'agent Jack Ryan reprend du service pour sa 5ème mission cinématographique, après À la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Dange... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • 12 Years A Slave - Critique

    Years Slave Critique

    Un des meilleurs films de ce début d'année !12 Years A Slave, drame de Steve McQueen qui a remporté le Golden Globe du meilleur film dramatique. Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE, DVD, SÉRIES
  • Dallas Buyers Club - Critique

    Dallas Buyers Club Critique

    Oscars Buyers Club !En 1986, à Dallas, un cowboy homophobe Ron Woodroof (Matthew McConaughey) est diagnostiqué séropositif, il ne lui reste plus que 30 jours à... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • American Bluff - Critique

    American Bluff Critique

    That 80's show !David O'Russel réunit les vedettes de ses deux précédents films Christian Bale et Amy Adams (The Fighter) , Bradley Cooper et Jennifer Lawrence... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • La Voleuse de livres - Critique

    Voleuse livres Critique

    Le pouvoir de l'imagination prend ici tout son sens !La voleuse de livres, c'est le récit initiatique de Liesel (Sophie Nélisse), jeune orpheline recueillie... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Un beau dimanche - Critique

    beau dimanche Critique

    Vivement lundi !Pour son septième film, Nicole Garcia met en scène son fils Pierre Rochefort pour son premier grand rôle, ainsi que l'ex-animatrice de Canal+... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE