Magazine Cuisine

Alsace : Domaine de l'Agapé : Riesling osterberg 2010 et Sauternes : Rabaud-Promis 2011

Par Daniel Sériot

Nous avons profité d’un saumon avec sa garniture de légumes pour ouvrir une bouteille de Riesling Osterberg 2010 du domaine de l’Agapé. L’accord a été satisfaisant. Le vin a été dégusté pour lui-même en bouteille, sur une durée de 48 heures, il s’est présenté à son meilleur niveau, lors de la deuxième et troisième dégustation. La bouche s’est allongée, en gagnant en densité ; alors qu’il perdait en gras et en opulence en attaque, la palette aromatique se complexifiait.

Les portes ouvertes de début novembre approchant, nous avons goûté une bouteille de Rabaud Promis 2011 pour savoir comment le vin évoluait sur plusieurs jours. La bouteille a été refermée et conservée au réfrigérateur entre chaque dégustation. Le vin n’a fait que se bonifier au fur et à mesure des dégustations, gagnant en complexité et en harmonie. Une très belle réussite de la propriété, avec le superbe millésime 2009.

P1000922

Alsace : Domaine de l’Agapé : Riesling : Osterberg 2010

P1000920

La robe or vif est brillante, le nez est net et ouvert, avec des aromes d’agrumes, de fruits exotiques, de fines épices douces, avec des notes florales et très légèrement naphtées. L’attaque est charnue, presque grasse, les sensations sont ascendantes, avec un corps fuselé, d’une bonne densité, très fruité, mise valeur par une acidité «  mûre » de bon aloi qui étire et allonge une finale fraîche, dynamique, bien dessinée, fruitée, bien dessinée, florale et saline. Note potentielle 16,5, note plaisir 15,5. A attendre au moins cinq ans.

Sauternes : Rabaud Promis 2011

P1000924

La robe offre une couleur or soutenu, avec des larmes bien dessinées au bord du verre. L’olfaction nette et intense évoque l’abricot (dominant), la mangue, les épices orientales, le miel fin, avec des notes d’oranges. L’attaque est onctueuse, la liqueur est pure et délicate, le milieu de bouche est concentré et dense, rehaussé d’intenses fruits rôtis. La finale est longue, très persistante, pleine, avec la sensation d’un grand raffinement du sucre bien contrebalancé par une fraicheur sous-jacente qui harmonise l’ensemble ; elle est soulignée par les saveurs très expressives décelées à l’olfaction. Noté 17,5, note plaisir 16,5. A Attendre au moins dix ans, sauf pour les gourmands, en toute sérénité

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines