Magazine Cinéma

[Dossier] St-Valentin : nos couples favoris du cinéma et de la TV !

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Dossier] St-Valentin : nos couples favoris du cinéma et de la TV !

C’est dans les allées du Toulouse Game Show, fin 2014, que Sacha nous a soumis l’idée d’un dossier pour la St-Valentin, qui ne s’intéressait pas nécessairement aux films, mais plus spécifiquement aux couples.

L’idée était donc de sortir du cadre strict des comédies romantiques, pour s’intéresser avant tout aux personnages et non à l’identité première d’une oeuvre. Se retrouvent donc dans les sélections de chaque chroniqueurs, des longs-métrages très différents les uns des autres. Au cinéma donc, mais aussi à la télévision, histoire de d’englober aussi nos séries préférés.

Sacha

CINÉMA

Élise & Didier – Alabama Monroe, de Félix Van Groeningen (2013)
Une histoire tragique sur fond de bluegrass, à laquelle on croit de bout en bout, grâce à l’incroyable justesse d’un magnifique duo d’acteurs. À vous fendre le cœur.

Daisy & Benjamin – L’Étrange Histoire de Benjamin Button, de David Fincher (2009)
Hors du temps et de l’espace, romantique en diable et bouleversante, elle sert de fil rouge au film le plus émouvant de Fincher. Elle est aussi portée par une des plus belle utilisation de SFX numériques à ce jour. Voir Brad Pitt et Kate Blanchet vieillir et rajeunir côte à côte laisse un pincement au cœur.

L’Inconnue & Adsio – Le Nom de la Rose, de Jean-Jacques Annaud (1986)
Singulière et brève, cette relation improbable entre un moine fils de noble et une paysanne, laissera un souvenir indélébile à ce dernier ainsi qu’aux spectateurs.

Sam & Charlie – Le Monde de Charlie, Stephen Chbosky (2012)
Une histoire qui réussit brillamment à dépasser les bluettes inconséquentes propres aux teenage movies pour atteindre un tout autre niveau par la grâce de deux jeunes acteurs au firmament.

Charlie Valentin gif

TÉLÉVISION

Tara & Jax, Sons Of Anarchy, (2008-2014)
Une affaire shakespearienne qui ne pouvait que se terminer tragiquement et causer nombre de meurtres et de passions. Son importance dans la série badass de Sutter a tour à tour représenté une lueur et un ombre tout au long de ses sept saisons.

Tyrion & Shae – Game Of Thrones (2011- )
Une des rares choses qui semblaient fonctionner dans ce monde chaotique et hautement dangereux.

Keith & David – Six Feet Under (2001-2005)
Improbable relation toujours. Un croque-mort introverti qui ne s’assume pas, un flic beau gosse et pleinement épanoui…voir ces deux-là évoluer durant les cinq saisons du chef-d’œuvre d’Alan Ball fut drôle passionnant et bien souvent émouvant.

Leela & Fry – Futurama (1999-2011)
Une mutante cyclope et un gentil couillon venu d’une autre époque. Avec se version adulte et SF de son univers satirique, Groening nous aura fait rire et souvent ému. Les deux énergumènes précédemment cités y sont pour beaucoup.

giphy SOA gif

Gilles

CINÉMA

Rocky & Adrian – Rocky, Rocky II, Rocky III, Rocky IV, Rocky V, de John G. Avildsen et Sylvester Stallone (1976 – 1990)
Vibrante parabole sur le rêve américain et sur l’histoire même de Sylvester Stallone, Rocky puise aussi sa force de la superbe histoire d’amour entre Rocky et Adrian. Le premier est cet outsider maladroit et attachant et la seconde, cette fille de la rue, timide et gauche. C’est en grande partie dans l’amour qu’il porte à sa femme que le boxeur puise son courage, elle qui sait le motiver et lui offrir ce que personne n’a jusqu’alors ne serait-ce que pensé à lui offrir, à savoir l’amour et la confiance.

Forrest & Jenny – Forrest Gump, de Robert Zemeckis (1994)
Quand l’amour d’un enfant marginal pour la plus belle fille de l’école devient avec les années, une vraie raison de vivre et de franchir les nombreux obstacles d’une incroyable destinée. Forrest Gump offre largement de quoi vibrer et pleurer. La love story, déchirante car à sens unique, de Forrest et de Jenny sert ainsi de fil rouge à un chef-d’œuvre intemporel, qui redéfinit à lui tout seul les contours de la romance classique au cinéma.

Theodore & Samantha – Her, de Spike Jonze (2014)
Sur le papier, cette histoire d’amour entre un homme seul et discret et un programme informatique intelligent parlant avec la voix de Scarlett Johansson, ne manquait pas de soulever quelques doutes. À l’écran, non seulement l’alchimie fonctionne merveilleusement bien, mais l’amour prend forme, au-delà du fossé qui sépare cet homme de chair et de sang et cette femme virtuelle. C’est notamment au détour de scènes parfaites que Jonze bâtit un amour bel et bien tangible, que l’on parle de cette balade à la fête foraine ou de cette scène vraiment sublime, dans laquelle Joaquim Phoenix et Scarlett Johansson entonnent un air au ukulélé. Tout bonnement exceptionnel.

Sailor & Lula – Sailor & Lula, de David Lynch (1990)
La love story rock and roll par excellence. Saupoudré d’un nihilisme punk qui annihile tout ce qui ne se trouve pas dans la bulle d’amour de ces deux êtres déchirés par la vie, Sailor & Lula réinvente le mythe de Roméo et Juliette en le replaçant dans une dynamique contemporaine arrosée d’hémoglobine, de whisky et de heavy metal. Nicolas Cage, avatar post-moderne d’Elvis et Laura Dern, déclinaison trash de Cendrillon, composent un couple mythique du septième-art et défoncent à grands coups de pompes les clichés et les lieux communs. Au final, Sailor & Lula, authentique romance américaine, s’impose comme l’une des plus vibrantes et des plus viscérales vues sur grand écran.

Clarence & Alabama – True Romance, de Tony Scott (1993)
True Romance, écrit par un Quentin Tarantino débutant, façonne les contours de la love story rock par excellence. Celle qui se moque des codes et de la bienséance et qui fait la part belle aux émotions fulgurantes et aux débordements. L’amour qui sert de moteur à True Romance peut franchir des montagnes, quitte à y laisser des plumes. Le film illustre son pouvoir et sa propension à réécrire le destin de ceux qui acceptent de jouer selon les règles. Sans aucune retenue ni demi-mesure.

David & Sofia – Vanilla Sky, de Cameron Crowe (2001)
Certes, on parle ici d’un remake (celui de Ouvre les Yeux, d’Alejandro Amenábar). Le truc, c’est que la complicité entre Tom Cruise et Penelope Cruz offre au film une magie véritablement intense, grandement responsable de cette acuité si particulière, quand il s’agit de rendre justice à la force des sentiments amoureux. La dynamique pop rock du réalisateur mélomane Cameron Crowe offrant un écrin de choix à cette love story qui, à l’écran, ne dure finalement que le temps d’une chaste nuit.

Rocky Valentingif

TÉLÉVISION

Rachel & Ross – Friends (1994 – 2004)
Ce n’est probablement pas très original, mais en même temps… Comment passer outre la love story qui a tenu en haleine des millions de fans durant une décennie ? Comment de pas saluer l’évidence remarquablement illustrée de ce couple auquel il est aisé de s’identifier ? Comment de pas reconnaître là, l’un des arcs narratifs les plus passionnants de la fin des années 90 ?

Doug & Carol – Urgences (1994 – 2009)
Nombreuses sont les histoires de cœur notables dans ce monument de la télévision américaine. Pourtant, une seule semble avoir réussi à rester ancrée dans les esprits : celle du Docteur Ross, incarné par George Clooney, et de l’infirmière Carol Hatahway, jouée quant à elle par Julianna Margulies. Une romance qui permettait au show de faire une entrée fracassante dès le premier épisode. Jouissant de la remarquable alchimie entre deux acteurs au diapason, cette love story est probablement l’une des plus belles que la télévision nous ait offert.

Friends Valentin gif

Audrey

CINÉMA

Joel & Clementine – Eternal Sunshine of the Spotless Mind, de Michel Gondry  (2004)
Ce long-métrage est véritablement révolutionnaire parce qu’il parvient à inscrire les thématiques de la monotonie et de la lassitude au sein du couple, dans une dimension fantastique et poétique. Profondément original, magnifiquement interprété et remarquablement mis en scène, Eternal Sunshine of the Spotless Mind est un film d’une grande beauté qui brille par son authenticité.

Frédérique (bébé) & Johnny – Dirty Dancing, de Emile Ardolino (1987)
Immense classique du genre, Dirty Dancing garde son statut de film culte malgré le temps qui passe, et sans prendre une ride. Toujours aussi apprécié du public, il est l’un des films romantiques les plus cités dans les tops. Il faut dire que la thématique des deux personnages qu’à la base tout semble opposer et qui tombent amoureux est assez séduisante. Une histoire sympathique baignant dans une ambiance ultra rythmée par une bande-son absolument mémorable.

Jane & Edward – Jane Eyre, de Cary Fukunaga (2011)
L’histoire inventée par la romancière anglaise Charlotte Brontë a été adaptée de nombreuses fois au cinéma et à la télévision. Parmi ces adaptations il y en a de très réussies, mais la version de Cary Fukunaga (la dernière en date) inscrit cette histoire dans une modernité qui touche un plus vaste public. Porté par les solides interprétations de Mia Wasikowska et Michael Fassbender, et une photographie somptueuse, le film est empreint d’un lyrisme magnifique de bout en bout.

Jerry & Dorothy – Jerry Maguire, de Cameron Crowe (1997)
Jerry Maguire et Dorothy Boyd n’ont de prime abord, rien en commun. Jerry est du genre hyperactif et un peu prétentieux alors que Dorothy manque de confiance et se fait discrète. Le film de Cameron Crowe qui connu un grand succès et qui fait partie des classiques de certains, retrace une histoire d’amour pas facile, de longue haleine mais débordant de sincérité. Servi sur un plateau d’argent par des acteurs au sommet de leur forme.

Tristan & Susannah – Légendes d’automne, de Edward Zwick (1994)
Un grand film dramatique qui narre une histoire d’amour impossible commençant dans les années 20. Légendes d’automne transporte, fait rêver, mais est extrêmement difficile à la fois. Brad Pitt y est au summum de sa beauté et à l’aube de sa carrière.

Emily & Victor – Les Noces Funèbres, de Tim Burton (2005)
Dans la noirceur des mœurs de son époque Victor rencontre Emily, et sa vie bascule. Victor passe de la noirceur à la couleur, d’un seul coup. Et si son cœur bat pour Victoria, ce dernier va tout de même développer une affection certaine pour l’étrange jeune mariée venue de l’au-delà.
Les Noces Funèbres est un petit bijou du film d’animation réalisé en stop-motion, débordant de poésie, d’humour et de joie. Revigorant !

Dirty Dancing Valentin gif

TÉLÉVISION

Tobias & Christopher – Oz (1997 – 2003)
L’histoire amoureuse entre « Beecher » et « Keller » dans Oz constitue l’une des lignes conductrices de la série phare. Passant de l’amour à la haine et du tragique au comique, les deux principaux acteurs sont absolument formidables. Se déroulant dans une prison de haute sécurité, cette histoire improbable est une bouffée d’air pur au milieu de la violence notoire de cette série remarquable. Le tout en insufflant un message de tolérance et d’espoir dans un lieu où la compassion n’existe pas.

Hannah & Adam – Girls (2012 –    )
Deux personnages atypiques pour une série qui l’est tout autant ! L’évolution de la relation entre Hannah et Adam est tout à fait étonnante. Et pourtant ce n’était pas tout à fait gagné au départ, mais le tournant qu’a pris la saison 3 a permis d’asseoir une belle complexité chez les personnages. Un couple si particulier et si attachant de part sa sincérité, mais aussi en plein dans son époque.

Girls Valentin gif

Nicolas Cliet-Marrel

CINÉMA

Robert & Francesca – Sur la Route de Madison, de Clint Eastwood (1995)
Dans les gestes, dans les regards. Chaque plan, chaque image. Une leçon de cinéma.

Lucius & Ivy – Le Village, de M. Night Shyamalan (2004)
La confiance absolue. Sur le perron, le bras tendu dans l’attente d’être secourue. Puis le sauvetage au ralenti. Tout est là.

Justin & Tessa - The Constant Gardener, de Fernando Meirelles (2005)
Un amour inconditionnel à rebours. À partir de ce moment où il apprend sa disparition. La petite feuille de cette plante qu’il écrase entre ses doigts. Et ce très léger tremblement de lèvre. Déchirant.

M. Cho & Mme Chan – In the Mood for Love, de Wong Kar-wai (2000)
L’amour n’a jamais été aussi beau à l’écran.

Neil & Eady – Heat, de Michael Mann (1995)
Je me souviendrais toujours ce cette scène. Quand il la regarde une dernière fois avant de s’enfuir. Avec tout ce que ça signifie pour lui. Malade.

Harold & Maude – Harold et Maude, de Hal Ashby (1971)
L’amour au-delà des conventions sociales. La liberté d’abord. L’idéal recherché. Et la mort omniprésente.

Harry & Sally – Quand Harry rencontre Sally, de Rob Reiner (1989)
S’il n’y avait qu’une seule comédie romantique moderne. Archi-copié, jamais égalé.

Barry & Lena – Punch Drunk-Love, de Paul Thomas Anderson (2002)
L’amour qui fait sortir de sa bulle. Décalé mais délicat. Et surtout grand film.

Harry Sally Valtnin gif

Nicolas Cambon

CINÉMA

Robert & Francesca – Sur la Route de Madison, de Clint Eastwood (1995)
La plus marquante. Car de toutes les histoires d’amour impossibles, celle-ci fera date. Le temps de quelques jours, une relation extra-conjugale entre une femme mariée et un photographe, portés par les monuments du cinéma Meryl Streep et Clint Eastwood. Il y a eu un avant et un après Sur la Route de Madison.

Theodore & Samantha – Her, de Spike Jonze (2014)
La plus connectée. Probablement la plus originale. Il n’y avait qu’un génie comme Spike Jonze pour imaginer, dans un futur proche, l’histoire d’amour entre un homme esseulé et un système d’exploitation doté d’une intelligence artificielle conçue pour s’adapter et évoluer. Au final, c’est une histoire douloureuse, car elle n’est pas un être humain et en souffre comme lui souffre de son absence et de sa propre solitude. Joaquin Phoenix est formidable et moustachu, Scarlett Johansson est magnifique, envoûtante même si elle n’est qu’une voix, et la musique des Arcade Fire est à mettre au rang des meilleures B.O..

Ennis & Jack – Le Secret de Brokeback Mountain, d’Ang Lee (2005)
La plus masculine. Car Ang Lee a eu l’audace d’adapter la nouvelle d’Annie Proulx, à savoir l’idylle impossible entre un berger et un responsable de camp, tous deux assignés au même élevage de moutons. Un amour homosexuel dans le milieu très conservateur de l’Amérique rurale à une époque où l’homosexualité était à peine tolérée dans les villes. Un milieu social qui les poussera à se marier chacun de leurs côtés, avant de se retrouver quatre ans plus tard. Comme dans Sur la Route de Madison, ce court idylle sera le plus marquant qu’ils aient connu. L’un des plus grands rôles d’Heath Ledger, aux côtés d’un Jake Gyllenhaal très talentueux, le tout porté par la superbe musique de Gustavo Santaolalla.

Zack & Miri – Zack et Miri font un porno, de Kevin Smith (2008)
La plus « on-fait-les-choses-à-l’envers ». Certes, ce film, qui est avant tout une bonne comédie potache, n’est pas un classique du cinéma. Mais, pour la St-Valentin, évoquer deux potes qui tombent amoureux en tournant un film X, soit l’antithèse du romantique, j’avoue que ça ne manquait pas de sel. Le très cool Seth Rogen et la bombesque Elizabeth Banks inventent la romance porno.

Francesco & Elle, ainsi que Gnaghi & une zombie – Dellamorte Dell’amore de Michele Soavi (1994)
Les plus bizarres. Dans cette comédie d’horreur italienne autour du thème des zombies, on ne pouvait pas se douter que ce cadre prêterait à Cupidon l’envie de décocher des flèches. Et pourtant.. Francesco est un gardien de cimetière (et tueur de zombies). Un soir, une veuve vient se recueillir sur la tombe de son mari et tombe amoureuse de Francesco. Après sa mort brutale, Francesco n’aura de cesse que de l’apercevoir dans toutes les femmes qu’il rencontrera et basculera dans une folie meurtrière. La deuxième histoire lie l’assistant simplet du gardien, Gnaghi, et une jeune mort-vivante (enfin, sa tête).

Her Valentin gif

TÉLÉVISION

Ross & Rachel – Friends (1994 – 2004)
La plus culte. Parce qu’il s’agit de LA sitcom culte des années 90 au début des années 2000. Ross et Rachel, c’est l’essence même de l’idylle qui sert de fil rouge à une sitcom. Lui court après elle mais elle ne le sait pas, elle court après lui mais il est en couple, jusqu’à ce qu’ils finissent ensemble. À leur rupture, un autre couple se forme entre deux amis de longue date (mon rêve, personnellement), lequel évolue de manière naturelle tandis que Rachel et Ross essaient, chacun de leur côté, de faire leur vie, et ils se retrouvent enfin à nouveau ensemble à la toute fin du dernier épisode, fin. Un classique calqué maintes fois depuis, mais ça marche.

Ted & la Mère – How I Met Your Mother (2005 – 2014)
La plus « tout-ça-pour-ça ». HIMYM, c’est l’histoire racontée par Ted Mosby à ses enfants de sa rencontre avec leur mère. Durant neuf saisons, deux histoires extrêmement importantes se nouent entre Ted, architecte romantique, et Robin Scherbatsky, journaliste plutôt indépendante (elle sera l’amour sur 9 saisons de Ted) puis entre Barney Stinson, meilleur ami de Ted, et la même Robin. Mais le fil rouge, la raison de vivre de la série, c’est celle entre Ted et la mère, qu’on ne verra que très peu, à la toute fin de la série. Neuf ans d’attente pour tous les fans pour un final (que je ne spoilerai pas mais) qui a fait enrager tout le monde.

Leonard & Penny – The Big Bang Theory (2007 –     )
« Le geek et la girl next door ». Celle-là, je la cite parce que je me retrouve dans le personnage de Leonard Hofstadter, un scientifique geek, asthmatique à lunettes et maladroit avec les femmes, bref le stéreotype du geek. Penny, sous ses airs un peu nunuche (au début) et ses manières parfois garçon manqué, reste quand le fantasme de la voisine qu’on aimerait tous avoir, nous les hommes. Certes c’est classique, certes c’est cliché, et comme d’habitude, au début elle ne le remarque pas et après, ils finissent ensemble, se séparent puis se retrouvent (comme d’habituuuudeeeeee), mais ça marche, et à ce jour, ils sont toujours ensemble.

Big Bang Valentin Gif

Daniel

CINÉMA

Rocky & Adrian – Rocky, de John G. Avildsen (1976)
Rocky n’est pas seulement un film sur la boxe et le rêve américain, c’est aussi une grande histoire d’amour. Oubliez les suites stéroïdiennes et regardez comment ce type ordinaire tombe raide-dingue amoureux de la vendeuse de l’animalerie du coin, la timide Adrian. Ils sont tous les deux isolés aux coins du cadre, occupant une place de plus en plus importante au fil du film. Même après ce dernier combat, il est inquiet parce qu’elle a perdu son chapeau.

Céline & Jesse – Before Sunrise/Before Sunset/Before Midnight, de Richard Linklater (1995, 2004, 2013)
Deux romantiques étonnamment expressifs se rencontrent et passent le temps à marcher, parler et tomber amoureux. La trilogie magistrale de Richard Linklater sépare chaque retrouvaille avec neuf ans d’écart, et les ravages du temps prennent le dessus. Des fantasmes illusoires à Vienne aux romantismes regrettés à Paris, pour enfin s’achever en Grèce avec l’arrivée des rancunes et l’ombre de la vieillesse, c’est une histoire qui nous montre que les happy end sont difficiles et le véritable amour exige du compromis et de la négociation.

Jack & Karen – Hors d’atteinte, de Steven Soderbergh (1998)
Une adaptation pas-tout-à-fait-linéaire d’un polar d’Elmore Leonard qui restera dans les annales comme l’un des meilleurs rôles de Jennifer Lopez. L’histoire fracturée de Steven Soderbergh met en scène la relation d’un criminel et une agente fédérale qui font étroitement et intimement connaissance dans le coffre d’une voiture (avec George Clooney, c’est le rêve !). S’ensuit alors un jeu séducteur du chat et de la souris, culminant en l’une des plus belles scènes de sexe au cinéma qui, ironiquement, se déroule à l’intérieur d’une « boule de neige ».

Peter et Mary Jane – Spider-Man/Spider-Man 2, de Sam Raimi (2002/2004)
Comprenant mieux que tous que les thèmes classiques de l’aliénation adolescente et l’amour éconduit se trouvent au cœur des meilleures histoires de comics, les deux excellents premiers volets de la saga Spider-Man signés Sam Raimi racontent la bravoure d’un monsieur-tout-le-monde pour la fille de ses rêves, et le résultat serait peut être la meilleure aventure romantique depuis L’Empire Contre-Attaque. Qui peut oublier la fin impossiblement mélancolique du premier volet, ou la profondeur psychologique du second ? Et ce baiser à l’envers sous la pluie est juste immortel.

Bob & Charlotte – Lost in Translation, de Sofia Coppola (2003)
La relation inerte entre Bill Murray et Scarlett Johansson à Tokyo n’est pas tout à fait amoureuse et pourtant pas tout à fait amicale, et elle se trouve au cœur de l’œuvre follement drôle et horriblement mélancolique de Sofia Coppola. Une communion d’âmes perdues qui trouvent le réconfort ensemble dans les bars et l’inaction, le rapport émouvant qu’ils partagent aurait très bien pu se passer à New York ou ailleurs. C’est un film fait pour ceux qui se sont déjà sentis seuls dans une foule. Ou ceux qui se sont déjà sentis seuls, tout court.

Joel & Clémentine – Eternal Sunshine of the Spotless Mind, de Michel Gondry (2004)
Les paroles finales d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind, murmurées par Jim Carrey à Kate Winslet lors d’un dernier moment d’acceptation, sont les mots les plus romantiques jamais écrits par Charlie Kaufman. Grâce à son scénario bouleversant et à la dextérité brillamment artisanale de Michel Gondry, on sait déjà que les deux amoureux sont destinés à un avenir douloureux – et eux aussi le savent. Mais l’argument convaincant du film est que nous sommes définis par la tristesse et les cœurs brisés, et cet ultime échange signifie qu’en fin de compte, ça valait la peine.

Dean & Cindy – Blue Valentine, de Derek Cianfrance (2010)
Il était charmant, maintenant il est exaspérant. Elle le trouvait adorable, maintenant c’est celle qui doit prendre toutes les décisions. L’ombre de John Cassavetes plane sur ce métrage déchirant qui chronique parallèlement les débuts magnifiques et la fin misérable d’une relation entre Ryan Gosling et Michelle Williams avec une émotion tellement brutale que c’est parfois impossible à regarder. Oui, ça compte comme une recommandation.

Spidey Valentin gif

@ La Rédaction

Cupidon love story romance St-Valentin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines