Magazine Cuisine

Sancerre : Gérard Boulay : Clos de Beaujeu 2001 et Francs-Côtes de Bordeaux : Les Charmes-Godard 2011

Par Daniel Sériot

Pour accompagner des pavés de saumon sauvage, nous avons ouvert une bouteille de Sancerre de Gérard Bouley : Clos de Beaujeu 2011. Nous dégustons toujours le vin pour lui-même avant de le servir avec le mets. Je fais très souvent goûter à mon épouse le vin à l'aveugle, pour savoir si elle l'apprécie, et ensuite je lui demande si elle a une idée de l'origine du vin.

Le cépage lui a paru évident, mais pour l'origine elle a hésité entre Bordeaux et Sancerre, avec une orientation plutôt bordelaise. Comme il restait un tiers de vin dans la bouteille, j'ai proposé de comparer avec un vin du Bordelais pour voir où nous pourrions situer les différences.

J'ai donc servi Les Charmes Godard 2011. Le vignoble est planté sur des sous-sols argilo-calcaires, d'argiles limoneuses, et de sables argileux avec une dominante de sémillon dans l'encépagement . Le sous sols du Clos de Beaujeu ( 100% Sauvignon) est constitué des marnes du kimméridgiens supérieur et des calcaires à Astartes ( fossiles bivalves) du kimméridgien moyen (avec ses fameuses « caillottes ») . Cette comparaison ne vaut bien sûr que sur les vins dégustés, et n'a pas vocation à être généralisée, mais pourrait être une piste de réflexion en l'élargissant et en choisissant des vins du bordelais élaborés en 100% sauvignon (ou s'en approchant). D 'un point de vue aromatique on note quelques différences, mais c'est surtout dans la sensation en bouche que les vins diffèrent, comme le lecteur pourra le lire dans les commentaires ci dessous. Nous essaierons dans une séance de notre club de dégustation d'approfondir cette question.

P1010732

Sancerre : Gérard Boulay : Clos de Beaujeu 2011

P1010733

La robe de teinte jaune pâle offre des reflets or fin. Le nez bien ouvert et séduisant évoque les fruits mûrs (mandarine et pamplemousse), les épices "florales" (pistil de safran) , les fleurs séchées (camomille), avec des notes fumées. L'attaque est charnue, presque grasse, le vin se développe en offrant une sensation tactile rappelant le talc et la craie, avec une légère impression tannique, dans un centre consistant et très fruitée, puis le vin s'allonge dans une finale droite bien dessinée, persistante ( fruits, fines épices, notes florales et légèrement anisées ) saline dans son ultime expression. Noté 16,5, note plaisir 16

P1010735

Francs-Côtes de Bordeaux : Les Charmes Godard 2011

P1010736

La robe présente une couleur quasiment identique à celle du Clos de Beaujeu, L'olfaction est expressive , avec des arômes de menthe fraîche, des fruits exotiques ( fruits de la passion et pamplemousse), de tilleul, et des notes de noisettes (élevage). La bouche est très veloutée, dotée d'une chair délicate et bien formée, le jus est lisse et glissant, d'une agréable douceur tactile, bien tenu par une colonne vertébrale acide mûre, qui met en exergue les fruits et allonge une finale, fraîche, soutenue, persistante portée par les saveurs décelées à l'olfaction et des notes épicées un peu plus intenses. Noté 16, note plaisir 15,5

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines