Magazine Cuisine

Repas entre amis : Jacquesson 2002, Josmeyer Cuvée Samain 2007 et Domaine de Chevalier 2001

Par Daniel Sériot

Saint Emilion est un lieu de passage obligé pour nos amis lors des séjours ou départs en vacances.

Ce début de mois a déjà été l'occasion d'en voir certains et les réjouissances se poursuivent avec l'arrivée de Pascal et Isabelle, des passionnés de vins, d'une grande générosité de coeur et d'esprit. Leur gentillesse n'a pas d'équivalent et nous pouvons être fiers de compter parmi leurs amis.

Le menu choisi pour accompagner les vins décrits ci-après est le suivante

Mises en bouche

Sucettes de foie gras aux graines de pavot

Coquillages grillés au curry

Brochettes de noix de Saint Jacques au pamplemousse et ananas, feuille coriandre et mayonnaise à l'orange.

Gelée d'orange à la crème de fenouil et tuile de parmesan

***

Ballotine de langoustine sur un émincé de radis noir sauce soja

***

Crème brûlée aux artichauts et quenelles de légumes glacés

***

Joues de porc confites et purée de patates douces à la pistache

***

Saint Nectaire, tomme de brebis, et mimolette

***

Roquefort pané aux poires rôties

***

Sabayon aux fruits rouges

Les trois vins commentés ce jour ont accompagné les mises en bouche et les deux premiers plats.

P1020824

P1020827

P1020828

Champagne : Jacquesson 2002

P1020836

La robe de couleur légèrement dorée, laisse entrevoir un cordon de bulles fines. Le nez net et bien ouvert évoque les viennoiseries (dont la brioche) , les fruits jaunes, avec des notes d'épices douces. La bouche est veloutée, charnue, vineuse, mûre, fruitée, tonifiée par une élégante effervescence de bon aloi qui étire une finale pure, aromatique, allongée, et saline. Noté 17, même note plaisir

Alsace : Josmeyer : Riesling Hengst cuvée Samain 2007

P1020837

bouteille mise en carafe deux heures avant la dégustation

La robe de teinte or soutenue est brillante. L'olfaction est intense avec au premier plan des arômes de naphte, qui font place à l'aération à ceux de fruits jaunes ( mirabelles dominantes), d'épices orientales, et une touche d'agrumes. La bouche est charnue, grasse, d'un avenant velouté de texture, ample, puissante, dotée de fruits expressifs. La finale est longue, riche, harmonieuse, bien tenue par une acidité mûre, et saline. Note potentielle 18,5, note plaisir 17. A attendre 5 ans pour l'apprécier à son meilleur niveau

Pessac-Léognan : Domaine de Chevalier : blanc 2001

carafé deux heures avant la dégustation

La robe offre une teinte or. Le bouquet est intense, avec des arômes de truffe blanche, puis à l'agitation de fruits exotiques ( orange et fruits de la passion) et de belles épices orientales (safran, muscade, et cannelle). La bouche est très charnue exprimant bien la richesse du millésime, ample, pleine, dense, d'une bonne complexité. La finale est longue, fraîche, affirmé, fruitée, épicée, et truffée. Noté 17,5, note plaisir 17. Le reste de la carafe redégusté le lendemain montre une palette aromatique un peu moins dominée par la truffe blanche, plus complexe et plus fruitée. Un vin qui mérite d'être encore attendu, s'il est stocké dans une bonne cave fraîche

P1020835

Posté par Daniel S à 00:02 - Accords mets/vins - Commentaires [0] - Permalien [#]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines