Magazine Cuisine

Saint Emilion : La Voûte 2012 et Troplong Mondot 2001

Par Daniel Sériot

Les vins commentés dans ce billet ont été ouverts lors de circonstances différentes. Le château La Voûte 2012 (Saint Emilion) a été bu sur deux jours en bouteilles et évolue positivement. L'élevage s'est déjà bien fondu depuis notre dernière dégustation (il y a un an) et la palette aromatique fruitée et florale s'exprime nettement. Dans deux ou trois ans, le vin sera prêt à boire, avec juste une aération en carafe avant le service, tout en ayant un potentiel de garde d'une bonne quinzaine d'années depuis sa naissance.

Des occupants de notre chambre d'hôte originaires des Etats Unis ayant manifesté leur goût pour les vins de Saint Emilion, j'ai ouvert sans préparation une bouteille de Troplong Mondot 2001 que nous avons commentée, avec Isabelle et André qui était passé nous voir ce soir là. Le vin s'aborde bien, même si la finale est un peu marquée par des tannins sensibles, qui se sont amadoués davantage dans le restant de la bouteille le lendemain (date du commentaire). Il faudra encore attendre le vingtième anniversaire de ce vin pour en profiter pleinement s'il est conservé dans une cave fraîche.

Saint Emilion : Château La Voûte 2012

P1050857

La robe est assez profonde de teinte violine. Le nez est net et ouvert avec des arômes de cerises mûres et fraîches, de baies rouges sauvages ( fraises des bois ) de fines épices, avec des notes florales et un élevage (café en encens ) en arrière plan. L'attaque est veloutée le vin de développe dans un corps fuselé bien rempli, délicatement charnu et fruité. La finale est fraîche , d'une bonne allonge, élancée, et persistante. Noté 15,5, note plaisir 15.

Saint Emilion : Château Troplong Mondot 2001

P1050858

La robe de couleur sanguine à violine est profonde. Le bouquet expressif évoque les cerises légèrement kirschées, les épices douces (dont la cannelle) avec des notes de petites baies noires, de truffes noires et un élevage ( café et moka) pas encore fondu complètement. La bouche est veloutée, le milieu de bouche est puissant, ample, doté d'une chair bien formée et fruité. La finale est longue, bien tenue par des tannins au toucher crayeux, d'une bonne fraîcheur, persistante, et légèrement réglissée en ultime sensation. Note potentielle 16,5 note plaisir 15,5. A attendre 4 à 5 ans de plus pour un vin conservé dans une cave fraîche.

Posté par Daniel S à 00:01 - Bordeaux Rive Droite - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines