Magazine Cuisine

Debrief

Par Bobosse92

Troisième repas de cette trilogie pascale, en famille et dans l’un de nos fiefs normands. Repas maison, vins maisons, tout était réuni pour passer une belle journée. Au menu : salade composée, gigot et ses garnitures, plateau de fromages et Paris-Brest.
Debrief Saumur, Coulée de St Cyr 2009, domaine de St Just : un magnum au sommet de sa forme … et pour longtemps. C’est le grand frère de celui bu deux jours auparavant, avec sans doute une impression plus marquée liée au millésime. C’est bien un vin de Loire et c’est bien un chenin, le substrat minéral et les notes florales variétales sont bien présentes, mais avec une corpulence et un gras plus affirmé. En bouche, le vin est à la fois jeune (grande et noble acidité, amertume vibrante) et déjà bien prêt à boire (miellé élégant, bouche traçante). Superbe finale à l’avenant de l’ensemble, plus sur l’opulence que sur des notes semi-oxydatives « salines ». On touche la quasi-perfection
Chinon, cuvée Stanislas 2008, Pierre Sourdais (magnum) : c’est un cabernet franc bien né. Nez très vineux, sur un équilibre assez rustique, mais sans défaut. Bouche qui oscille entre une charge tannique bien marquée, qui a du caractère, une acidité non mordante et une corbeille de fruits mûrs. Pas de notes d’évolution. Touches fumées et réglissées des plus agréables. Très persistant en finale, sur des notes de type « zan ». Excellent.
Debrief Debrief Intermezzo, une sorte de « trou normand » revisité. Un vin servi en dehors de tout plat, et juste avant le fromage. Pauillac, premier grand cru classé du Médoc, château Lafite-Rotschild 1970 : cette bouteille avait été offerte à mon beau-père pour ses 70 ans. Les circonstances de la vie ont fait qu’il n’a pas pu en profiter. Nous avons eu une pensée toute émue en sa mémoire. Comment décrire un vin pour lequel je n’ai aucun repère. C’est mon premier (et sans doute seul) 1° GCC de Bordeaux. C’est mon plus vieux Bordeaux dégusté. Alors soyons modeste : essayons de rester un impressionniste du vin et ne cherchons pas à copier les spécialistes. J’ai été surpris par la jeunesse, la fraîcheur et l’élégance du vin. Le fruité est encore bien présent, sans ces notes de poivrons que l’on rencontre trop souvent en Gironde. De la soie liquide en bouche, une évolution légère (quand même), qui apporte un supplément d’âme au vin, une sorte de force tranquille. Finale en queue de paon qui ne s’arrête pas de continuer ! J’ai encore ce souvenir gravé en moi. En paraphrasant certains amis vignerons : une anthologie de cabernet.
Justement, les Delesvaux, parlons-en. Parce qu’évidemment avec les Paris-Brest, il nous fallait une petite douceur. Et hop, un Coteaux du Layon, les Clos 2011 : il faut une bonne confiance en soi pour passer après une telle empreinte. Et bien le « petit » de la famille a réussi son examen. Equilibre entre les sucres, la structure acide et les fragrances. Un rôti noble, presque charbonné, laissant une sensation presque tannique quoique douce. Finale à la fois tendue, fraîche et vivifiante, solide et mentholée. Le temps n’a pas d’importance, seul le plaisir compte. Excellent S’il fallait tirer un bilan de ce week-end de trois jours : positif, positif et positif. Bruno

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bobosse92 1312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines