Magazine Cuisine

Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle

Par Bobosse92
La vie réserve parfois de (très) belles surprises. Lors du dernier « Davos du vin » organisé à la Villa d’Este, l’ami Oliv rencontre Philippe Chambriard, coutelier à Thiers. Connaissant ma passion (immodérée) pour les couteaux, la conversation s’engage, des liens se tissent et un RDV informel est pris. Malgré les aléas de la vie et les mois qui passent, un point d’entente est trouvé pour une visite sur Thiers en ce samedi bien pluvieux de juin. Un peu de tourisme pour commencer, avec une balade dans les ruelles médiévales de la ville ponctuée par la visite - que je recommande très fortement - du Musée de coutellerie et ses espaces dédiés notamment à des démonstrations de montage de couteaux : très enrichissant pour le béotien que je suis.
Puis retour au magasin / atelier de la famille, au grand complet pour nous accueillir, et le terme n’est pas usurpé. J’ai ainsi appris à reconnaître les signes d’un couteau artisanal, à différencier un Damas industriel d’un artisanal, à comprendre les subtilités du montage, du polissage et de l’affutage des lames (et quelques secrets des hommes qui pilotent les machines), … Une véritable éducation à la mécanique appliquée, laissant transpirer tout l’amour du travail bien fait : « derrière le mot artisan, il y a le mot art » (© : Bobosse 2017). Quelques beaux bijoux / couteaux plus tard, dont un qui vient enrichir ma collection, nous voilà donc dans la maison de Philippe et Brigitte pour un repas ... qui se révèlera être anthologique.
Un immense merci à toute la famille Chambriard qui nous a reçu en toute amitié, comme si nous nous connaissions depuis toujours. C’est sans doute cela la substantifique moelle de l’esprit et de notre mode de vie, que nous chérissons plus que tout. Passons maintenant aux choses sérieuses (tous les vins ont été servis à l’aveugle complète).
En apéritif Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Champagne, Brut Grand Cru 2006, Egly-Ouriet: un champagne plutôt riche, gras, sur un équilibre semi-oxydatif très élégant, avec une minéralité traçante. J’ai beaucoup aimé. Très Bien + (+)
Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Notez sous la bouteille, un monument de magnificence avec ce couteau de Henri Viallon, (qui a notamment mis au point, pour les besoins de la télévision, le Sauveterre à partir dun modèle de couteau aveyronnais du XIX° siècle) : manche en ivoire de mammouth, lame damas à motifs (dont une grappe de raisins). La photo n’est pas nette certes, mais quel beau travail !
Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Champagne, La Grande Année 2002, Bollinger: un nez étonnant, sur les fruits rouges pour moi. Belle acidité et petite amertume fine sur la finale. Très Bien + Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Chassagne-Montrachet, premier cru Grandes Ruchottes 2002, Bernard Moreau: c’est gras, grillé, très opulent. Pataud et manque de longueur. Problème de bouteille ?
Avec une tartine de pieds de cochon grillés Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Pessac-Léognan Grand Cru Classé de Graves, domaine de Chevalier 1989 : nez malté du plus bel effet. Belle acidité en bouche, complexe, gras et gourmand tout en restant élégant. Finale fine, mentholée et fraîche, peut-être un léger déficit de longueur. Très Bien + (+) Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Bienvenues-Batard-Montrachet Grand Cru 2008, domaine Louis Carillon : servi en duo avec le Pessac, le vin montre une plus grande opulence au nez, sur des notes terpéniques légères (Riesling ?!). Bouche traçante, finement poudrée, ultra-longue. Pointe vanillée sur la finale bâtie sur l’élégance. Excellent Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Côtes de Jura, Les Chalasses Vieilles Vignes 2013, Jean-François Ganevat : assez perlant au nez, sur des notes de pomme verte. Grande acidité en bouche, une sensation un peu « décharnée ». Pointe jurassienne très discrète. Clairement très jeune aujourd’hui, avec un potentielle de vieillissement important. Non noté en l’état. Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle
Avec une viande de bœuf d’anthologie, ses petits légumes et sa sauce aux champignons (de St Bonnet le Froid) Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Châteauneuf du Pape, château Rayas 1998 : nez explosif de fruits bien murs et très aromatiques (fraises écrasées / roses), avec une composante méridionale et une touche d’épices douces. Superlatif en bouche, un véritable bonbon aromatique ! Excellent (+) Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Gevrey-Chambertin, premier cru 2001, domaine Denis Mortet : un vrai pinot, plutôt viril mais bien équilibré. Fruits noirs, grillé élégant, épices douces et réglisse. Se goute vraiment bien (et est plus près que son grand frère bu récemment ICI). Excellent Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Volnay, premier cru les Caillerets 2001, domaine d’Angerville : le grain tannique des Caillerets, la douceur et la subtilité du pinot, le fruité sur les fruits rouges, de la véritable soie en bouche. Excellent + Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Pessac-Léognan Grand Cru Classé, château Haut-Bailly 1978 : un nez fumé / smocké digne des grands malt, sur une base encore clairement fruitée. En bouche, suavité extrême, une pointe de kirsch, totalement fondu sans aucune mollesse. Le (premier) vin de la soirée. Exceptionnel (merci Oliv). Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle
Avec les fromages locaux
Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle St Estèphe, Grand Cru Classé, château Cos d’Estournel vs 1995 Pauillac Grand Cru Classé, château Lafitte-Rothschild 1995: les deux « voisins » juste séparés par la Jalle du Breuil ont été servis en battle. Le premier présente un équilibre typiquement cabernet « vieux », réglissé, épice élégante, notes tertiaires associées à une belle structure acide encore vaillante. Peut-être (pour les chichiteux) une très légère sous-concentration, mais je chipote ! Excellent Le second est plus « rond », avec une acidité magnifique, apportant fraîcheur et longueur sur un substrat secondaire. Des notes de menthe poivrée apportent une classe supplémentaire. Finalement, c’est plus fin, plus profond et plus complexe. Avec un peau d’aération (en fait, un deuxième verre), la complexité est décuplée, sur les terpènes, le bois de cèdre et la menthe fraîche (j’allais dire mouillée). Le (second) vin de la soirée. Exceptionnel (Merci Philippe). Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle St Joseph, la Gloriette 2013, Lionel Faury: pour le fun parce que passer après quelques monstres, c’est toujours difficile. Une syrah jeune, franche et fraîche. Epices, violette et quelques notes d’élevage. Très bien Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Condrieu, Coteau de Vernon 2010, domaine Georges Vernay : nez complexe, notes grasses alliées à une tension acide bien présente, aromaticité plus complexe que variétale, sur l’abricot évidemment, mais pas que (!), une pointe vanillée. J’adore. Excellent

Avec le dessert : tarte à la rhubarbe et fraises du jardin Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Quart de Chaumes, château du Breuil 1990 : antinomie avec la description de ce nez que je qualifie de « chimique magnifique », liqueur fraîche en bouche, douce, sur la pâte de coings. Puissance et douceur, sucrosité mesurée. Excellent Repas d'anthologie sur les bords de la Durolle Porto, vintage 2000, maison Fonseca : cerise sur le gâteau, nous revoilà dans l’une de mes régions de prédilection avec un nez possédant un grain tellurique magique, combinant puissance et élégance, fruité et sensation d’alcool juste. Bouche traçante, sur une même élégance. Ultra-jeune certes, mais quelle promesse. Viril, de la granulosité, une sucrosité tip-top, du fruit, tout y est. Exceptionnel en puissance
Voilà, en conclusion, une soirée exceptionnelle à plus d’un titre : des hôtes charmants, une cuisine au top (la cuisson du bœuf était une pure merveille), des fromages régionaux à faire pâlir un cholestéroleux et une cave d’anthologie (j’en oublie sans doute).


Merci à toute la famille Chambriard pour votre accueil et votre sens de l’hospitalité (et les couteaux !). A très vite sans nul doute. Bruno

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bobosse92 1455 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines