Magazine Cuisine

Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)

Par Bobosse92
Point d’orgue de notre semaine périgourdine, un dîner au restaurant « le 1862 » de l’Hôtel des Glycines, situé à deux pas de l’abri Cro-Magnon, trois pas de l’abri Pataud et cinq pas des abris de Laugerie-Haute. Le décor minéral et préhistorique est planté. Deuxième jour de réouverture du restaurant gastronomique, que nous avons « privatisé » puisque seule notre table était occupée. Les absents ont toujours tort dit-on. Là encore, l’adage s’est vérifié. Cocktail maison sur une base de champagne pour débuter, avec son lot d’amuse-bouche de très belle facture. Mise en appétit assurée tant par l’assiette que par l’accueil décontracté et précis. Cerise sur le gâteau pour deux fêlés, la carte des vins recèle de pépites à prix très doux. Mais chut, il ne faut pas dévoiler ses coins à champignons.
Côté menu, nous faisons confiance au chef Pascal Lombard pour une valse à 6 temps nommée « Le Printemps ». Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Amuse-bouche (flou : merci Pampo !) sur le thème du tourain
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Le foie gras du Périgord, confit au torchon, comme une périgourdine, rhubarbe du jardin
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Les asperges vertes, crues et cuites, oeuf bio, Caviar des Eyzies, ail des ours et brioche feuilletée
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Le bar de latlantique confit aux algues, jus de crevettes grises au Curcuma, Fregola sarde aux asperges blanches
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Le veau fermier du Périgord, carré clouté au lard Colonnata, les premiers petits pois à la Gauloise, oignons doux
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24)  Quelques fromages dici
Le 1862, restaurant de l'Hôtel des Glycines aux Eyzies de Tayac (24) La noisette, croustillante, crémeuse, glacée, Chocolat Dulcey et Pin Douglas du jardin
Côté vins, nous avons choisi (sans prise de notes ni photos) : Saumur, Clos David 2012, château de Brézé (Arnaud Lambert) : très grand nez bâti sur la minéralité, une touche de gras et une aromatique apportée par les quelques années en bouteille. Belle bouche sérieuse, construite à la fois sur une sorte de rondeur et de traçant minéral. Grande persistance sur une aromatique élégante et fraîche. Excellent Rully, premier cru Meix Cadot 2014, Vincent Dureuil-Janthial : un vrai nez de Chardonnay sur la vivacité de sa jeunesse. Belle notes grillées délevage et variétales, une impression de puissance et dexubérance mesurée. En bouche, même constat de puissance, damers nobles et de fraîcheur presque mentholée. Bel accord avec le bar. Très Bien ++ Volnay, premier cru Clos des Ducs 2011, domaine du Marquis d’Angerville : la claque de la soirée. Un trèèèèèès grand pinot. Corbeille de fruits, notes réglissées (damers nobles) et fumées, impression de zénitude au nez avec un grain superlatif. Belle évolution au bout de (seulement) 7 ans. En bouche, cest déjà fondu, mais le vin sait composer (et se complexifier) sur un registre de fruits rouges et noirs, de tension acide, damers salivants, et surtout un toucher de tannins digne des plus beaux amortis de Mc Enroe. Accord parfait avec le veau. Magnifique persistance. Deuxième pinot exceptionnel / Panthéonique-2018 depuis janvier (vite, je fais le compte de mes Angerville 2011 ...). Une belle soirée avec des amis préhistoriens, partage et souvenirs de grottes et de fouilles, en Provence comme en Périgord, une belle table et une magnifique carte des vins à prix très doux. Très belle découverte de ce restaurant que je conseille chaleureusement. Bruno

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bobosse92 1455 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines