Magazine Cuisine

Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez Fabrice

Par Matlebat
Bonjour à tous,
Bon, tout est dans le titre concernant le thème demandé par Nicolas lors son passage à Paris pour un diner mémorable chez Fabrice qui nous a d'ailleurs régalé ! Le LineUp prestige :
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez Fabrice
Donc on commence une série de blancs 2008 avec consigne bourgogne :
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 1 : Très joli nez, expressif, classique, de fruit jaune mûr, note noisette, presque citron vert, puis plus beurre, brioche, fond plus fumé que grillé, classe. La bouche est droite, acidulée, belle matière concentrée, au toucher soyeux, donnant un côté gourmand. La finale est plus acidulée que fraiche, fruit jaune mûr, avec des notes grillées plus marquées, note noisette, beurre, fond fumé. Excellent 92 (16,5+) que ce Meursault, Antoine Jobard En la Barre 2008.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez Fabrice
Vin 2 : Un nez proche, mais plus brut, moins délié, sur le fruit jaune mûr, note tilleul, fond ou le bois se fait plus sentir, plus fumé, un peu moins complexe. La bouche est concentrée, ample, de la matière, c'est droit et plus serré, sur fruit jaune mûr, note plus marquée caramel puis tilleul, fond fumé boisé. La finale est entre fraicheur et puissance, moins précis que le précédent, persistance intéressante par contre sur le fruit jaune mûr, mais des notes un peu caramel, fond fumé. Un vin intéressant, mais un peu trop boisé pour moi, encore un peu serré et moins précis que le précédent. TB 90 (16) mais une petite déception quand même à la découverte de ce Meursault Buisson Charles Goutte d'Or 2008.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 3 : Un nez fleuri, chèvrefeuille, puis fruit jaune, plein, délicat, note frangipane, fond amande, craie, très élégant. La bouche est ample, large, belle matière soyeuse, précise, c'est plein, friand tout en restant très élégant, car ça se tend, c'est tonique sur le fruit jaune mûr, note frangipane, fond amande, craie et fûmé. La finale est ronde, droiute puissante, et belle persistance tout en friandise, mais gardant une grande élégance. ça se boit comme du opetit lait et le verre appelle un autre verre… Excellent 94 (17,5) que ce Chassagne Montrachet Germain Morgeot 2008.

Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 4 : Un nez de fruit blanc cette fois, mais marqué d'une note végétale pas très élégante, type gentiane, puis frangipane,; pointe de vanille, fond fumé grillé, un nez étrange. La bouche est ample, large, un côté lacté caramel, puis à l'aération de la poire William, mais toujours ce côté végétal étrange. La finale est ronde, plutôt souple, fruit blanc, poire William, note caramel puis presque réglissé, fond fumé. Petite déception pour mon apport B-TB 88 (15), en espérant que c'est un problème de bouteille pour ce Batard Montrachet Morey Coffinet 2011.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 5 : Un nez qui trompe peu, fruit blanc, mais cette fois belles notes classes de mousseron, d'herbe séchée, de foin, fond presque légèrement mentholé, avec une pointe tourbée, très grande classe. La bouche est superbe, ample, droite belle matière qui enrobe la fraicheur, donnant un côté légèrement acidulée, plus fruit jaune que blanc, mûr, note de mousseron, de foin, sur un fond d'herbe séchée avec une pointe crayeuse. La finale est ample, puissante, tendue, avec une pointe gourmande, et longue persisatance fruit jaune, menthol, foin, herbe séchée, fond mousseron. Superbe grand cru chablisien sans aucun doute, grande élégance pour ce Chablis Dauvissat Le Clos 2008, Excellent-Exceptionnel 95+ (18+)
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 6 : Un nez d'orange confite, très agrume, un côté évolué oxydé mais sans l'être, surprenant, note citron vert, noisette, fond entre oxydation, évolution, étonnant. La bouche est sèche, droite, voir vive, une lame acérée, puissante sur ces aromes d'orange confite, de thé bergamote, de citron vert, d'épice safran. La finale est droite, vive, tranchante, sur l'orange confite, la bergamote, le safran, le citron vert… Très étonnant, ça fait chenin vieux mais pas vieux… TB-Excellent 92 (17) pour les amateurs du genre et grosse surprise car ce Saumur Breze Clos Rougeard 2008 ne ressemble en rien à la précédente bue il y a 2 ans beaucoup plus marqué élevage et moins sur ces aromes type oxydation lente.
Puis on passe au rouge avec notre ordre classique, Bordeaux, Bourgogne, Rhone, avec un premier vin que je n'ai pas pris en photo, présentant un nez marqué animal, gibier, lièvre faisandé, trop fort pour moi même si le fruit noir mûr finit par ariver. La bouche est robuste, ample, tanins imposants ronds, sur le cassis, poins marqué gibier avec même une note fleurie agréable. La finale est ronde sur la grenadine, un, le cassis, le sureau mais le fond gibier animal revient. Pas mal B 86 (14,5) pour ce vin Corse, Fantine 2016, je crois.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 8 : Un nez de cassis, de poivron rouge grillé, note d'encre puis plus cèdre, fond fumé, tabac. La bouche est charpentée, tanins soyeux à l'attaque mais poudrant un oeu en finale, c'est dense, frais, structure un peu marqué, sur le cassis mûr, pointe gourmandise, note encre, graphite, cèdre et fond fumé. La finales est fraiche sur le cassis, toujours ce côté gourmand acidulé, et belle persistance sur des notes de cèdres, de graphite et fond fumé. Excellent 92 (17) pour ce Pessac Léognan Chateau Haut Brion 2002 qui mérite encore quelques années de garde pour gagner en harmonie.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 9 : Un nez très évolué, classe, de cuir, de cassis, de prune, note champignon noble, pointe de cinfit, fond fumé. La bouche est corpulente, fondue, tanins soyeux, c'est ample, gourmand car acidulée par une fraicheur qui tend l'ensemble, sur le cassis confit, très belles notes de cuir, de sous-bois, de champignon, fond tabac, fumé. La finale est gourmande, de belle persistance, cassis, champignon, sous bois, confit et fond de cuir, de tabac, de fumé. Excellent vin en pleine forme que Saint Julien, Chateau Léoville Poyferre 1983.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 10 : Un nez à nouveau très évolué mais encore plus fondu, complexe, harmonieux, et gardant cette gourmandise, de cassis confit, d'épice réglisse, de cèdre, note de cuir classe, de cèpe grillés, de tabac blond, fond fumé et balsamique. La bouche est magnifique, charpentée, fraiche, ample, aux tanins fondus veloutés, denses, enrobant, sur le cassis léger confit, note graphite, cèdre, puis plus réglisse, fond tabac blond, fumé, pointe balsamique gourmande. La finale est puissante, délicate, précise, quelle présence, quelle gourmandise, et magnifique persistance de cassis, de prune, note réglisse, puis cèpe grillé, pointe de cuir, fond tabac blond, fumé. Grandiose, Exceptionnel 96 (18,5) que ce Saint-Julien, Chateau Talbot 1966.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 11 : On change d'univers, avec mon apport, et ce nez de framboise, de groseille, d'épice réglisse, puis plus girofle, fond d'élevage classe, bien digéré, typé balsamique. La bouche est charpentée, ample, gourmande, tanins soyeux et précis, belle fraicheur qui tend l'ensemble, sur la framboise, la groseille, note épice réglisse, girofle, pointe fraiche ronce, fond noyau de cerise, balsamique. La finale est fraiche, acidulée, tonique, de belle persistance et tout en cohérence du nez et de la bouche. Beaucoup sur un grand chambolle (Bonnes Marres ou Amoureuses), Fabrice est sur un GC de Chambertin... Très joli vin Excellent 94 (17,5) que ce Charmes Chambertin, Amiot Servelle 2011
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 12 : A nouveau un nez évolué, plein, complexe, de groseille, de myrtille, note de cuir, puis plus cèpes grillées, sous-bois, pointe épice réglisse, fond moka assez typique. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, presque moelleux, pas très dense, mais précis, délicat, sur le fruit rouge acidulé, note de cèpes confits, de sous-bois humide, pointe d'épice réglisse,, fond moka. La finale est fraiche, tonique et superbe persistance tout en gourmandise, acidulée, fruit rouge, groseille, framboise, note plus épicée réglisse, pointe cèpes grillées, de sous bois et ce fond moka typique. Exceptionnel 95 (18) et certains ont vite identifié un vin de Jean Pierre, grand que ce Volnay Voillot Frémiet 1990.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 13 : Un nez moins évolué, de framboise, note réglisse, girofle, puis plus viande rôti, pointe de ronce, fond léger fumé. La bouche, corpulente, est droite, tendue, beaux tanins soyeux enrobant une fraicheur marquée, c'est plein, profond, un poil austère après le vin précédent, sur la framboise, note de ronce, puis d'épice girofle, réglisse, fond fumé. La finales est fraiche tonique, belle persistance de framboise, d'épice girofle, réglisse, fond fumé avec une pointe de cuir. Excellent vin 93 (17,5) que ce Vosne Romanée, Clavelier Beaumonts 2002.
Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 14 : Un nez de cassis, de pruneaux, note fumé, pointe fraiche ronce, fond moka. La bouche est charpentée, tanins fins, précis, soyeux, beaucoup de structure, encore jeune, sur le cassis, le pruneaux, note épice puis orange sanguine, fond moka. La finale est fraiche mais les tanins accrochent encore, belle persistance mais le vin est encore jeune, on sent le potentiel mais ça manque d'expression et de complexité. A attendre sereinement que cet Excellent 92-94 (16,5-17,5) Brunello di Montalcino, Tenuta Col d'Ordia, Pogio Al Vento 2004

Diner Chardonay 2018 et orgie de grosse quille en rouge chez FabriceVin 15 : Pour finir, un nez de mirabelle, de mandarine, de bergamote, fond pétrole et tourbé. La bouche est droite, profonde, matière soyeuse, dans une structure qui faut demi-sec, on ne sent presque plus le sucre, mais c'est très expressif, intense sur la mirabelle, l'agrume confit, le thè bergamote, fond pétrole et tourbée. La finales est fraiche et donne presque l'impression d'un vin sec, sur les arômes du nez avec ce fond pétrole et tourbée très classe. Excellent 93 (17) que ce Riesling Trimbach Frederic Emile VT 1983 
Merci à Fabrice (pour l'accueil) et aux compères pour toutes ces superbes bouteilles qui ont accompagné un délicieux diner !
Amicalement, Matthieu

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Matlebat 1246 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines