Magazine Cuisine

Restaurant Miroir

Par Toinard

Miroir. 3 Miam sur 5.

Allez hop, encore un nouveau troquet ! Allez hop encore dans le 18e ! On y va mollement parce que l’on sait ce qui nous attend, le carrelage d’époque, les chaises bistrot, la porte légèrement déglinguée, le vin au verre et les plats écrits à la craie sur l’ardoise qui circule de table en table. En montant péniblement cette rue des Martyrs, on sait que l’on va hésiter entre l’œuf mayo et la terrine du chef, la blanquette de veau et les rognons sauce moutarde et pour finir, entre la mousse au chocolat et le clafoutis du moment. Et puis, ça ne se passe pas du tout comme ça. Le décor est certes comme on l’avait imaginé, la porte ferme mal, mais alors pour ce qui est de la carte, pardon, mais le registre monte d’un cran. On s’interroge, on questionne et l’on finit par apprendre que le trio arrive de chez Lavinia, de la Tour d’Argent et du bistrot Aux Lyonnais d’Alain Ducasse. Tout de suite, on comprend mieux la tartine aux artichauts poivrade, la concassée de tomates et courgettes aux coquillages et la crème de champignons et andouillette poêlée. Coupée en petits morceaux, elle patiente dans le fond d’une assiette creuse en compagnie de croûtons jusqu’à ce que le maître des lieux la recouvre. Dehors, il se met à grêler. Les touristes qui montaient vers Montmartre courent dans tous les sens à la recherche d’un abri et nous, on se réchauffe l’âme et le cœur avec cette plaisante crème de champignons avant d’attaquer un filet de bar poêlé qui manque cruellement de générosité malgré la présence de la purée. Alors, on se concentre sur le bœuf braisé aux cèpes préparé à partir des basses – côtes. Un peu comme ses voisins, le paleron et la macreuse, ces morceaux peuvent rapidement devenir secs et la mastication douloureuse. Il n’aura jamais le fondant d’une joue de bœuf mais le chef a su l’attendrir avec un jus que l’on sauce allègrement. Demain, vous me mettrez, un caviar d’aubergines et saumon mariné, une échine de porc Ibaïona, chanterelles, potiron et un pot de crème vanille. Et oui, je prendrais un café pour le plaisir de dévorer cette madeleine tiède qui l’accompagne.

94, rue des Martyrs. 18e. 01 46 06 50 73. Formules et menus : de 18 à 32 €. Brunch le dimanche : 26 €. Fermé le dimanche soir. M° : Abbesses.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toinard 575 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte