Magazine Cuisine

3 jolis bouteilles : Sociando Mallet 90, Vosne Romanee Chaumes Rion 71 et Riesling Sommerberg 04 Boxler

Par Matlebat
Bonjour,
La venue de l'ami Nicolas pour un passage sur paris a été l'occasion de sortir 2 jolis bouteilles histoire de le consoler d'avoir raté la Turque il y a 15 jours ! Proposé en aveugle à l'apéro, Nico égal à lui même, reconnaitra le millésime 90 avec un beau Médoc, par contre sur la 2eme bouteille il voit plutôt un Volnay 85, faut dire que le vin est bluffant de jeunesse !
Pour l'entrée Nico a amené un Riesling GC Sommerberg 2004 de Boxler : Un nez puissant d'agrume mûr sur fond lébèrement terpénique et des notes de craie. La bouche attaque droite avec une matière qui s'installe pour donner un équilibre passant du sec vers plus de gras. La finale reprend du tranchant et persiste longuement sur les agrumes confit, la craie, le silex. Joli vin dans un style médian. Très Bien 89
Haut-Medoc Chateau Sociando Mallet 90 : un nez séduisant de cabernet mûr avec son fruit noir, ses notes de poivrons rotis mûr qui gagne en profondeur à l'aération avec des notes de havane sur fond de cèdre, de tabac. La bouche est corpulente avec une attaque suave qui se développe en longueur tandis que des tanins soyeux, amples, investissent le palais en délivrant du fruit noir mûr, du poivron grillé, du tabac. La finale reprend du peps bien enrobés des tanins, une lègère fraicheur qui persiste joliment sur les saveurs du nez, très élégant, de plus en plus salivant avec l'aération et très digeste, un excellent compagnon de repas ! Excellent 94
Vosne Romanée 1erCru Les Chaumes Armel et Bernard Rion 1971 : Un nez mûr au pointe kirchée, aux notes d'oranges confites, sur fond de champignon, de cerise à l'eau de vie et une poine fûmée. La bouche est charnue et se développant sur l'acidulée avec des tanins, pleins, denses, gourmands sur le fruit rouge à l'eau de vie, de l'orange sanguine, de la fraise acidulée jusque dans une finale pleine de peps, de vie, rebondissante et qui persiste longuement sur des saveurs acidulées de cerise kirchée, de champignon, d'agrume confit puis un léger fûmé mais le tout devient un poil écoerant ! Excellent quand même 93

Sur le boeuf bourguignon, si le Vosne est agréable sur le premier verre, son côté acidulé va se voir renforcer par le plat là ou le Sociando joue une partition sans faute de gorumandise !Aicalement, Matthieu

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Matlebat 1246 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines