Magazine Cuisine

Grappillages 2011 (18) (encore trop long)

Par Mauss

C'est lors des primeurs et en fin d'année que les forums et blogs sont le plus actifs. LPV annonce une fréquentation dépassant quotidiennement les 14.000 visites ! Plus qu'impressionnant. Je sais aussi que le site du Figaro dédié au vin est un succès auquel personne ne s'attendait. Tout cela montre à quel point le vin reste "moteur" malgré les messages étatiques lourdement financés qui veulent nous rendre coupables d'une passion pourtant si légitime. On va arriver à un anniversaire malencontreux : celui de la loi Evin, et gageons que ce sera l'occasion de dire son fait à ce monsieur qui n'a vu, dans sa petite lorgnette, que la dimension alcool, alors qu'on a là, avec le vin, une preuve vivante et splendide de notre culture, de notre histoire, de notre économie, de notre savoir-faire.

Ici, on est tout content avec une bonne moyenne de 300+ et Nicolas de Rouyn s'attaque à la dernière étape pour arriver en haut du classement machin-chose des blogs vins. 

LECTURES

On n'oubliera pas d'acheter le numéro double du POINT qui traite, dans son supplément, de l'existence ou non de Dieu. Plus de 80 pages présentant le pour et le contre, avec de très belles signatures comme Michael Lonsdale, d'Ormesson. Dommage qu'on ne cite pas le livre fondamental de Victor Stenger : "Dieu, l'hypothèse erronée".

Quelques pages rigolotes aussi sur 30 listes de 10 choses rapicotantes, comme les dix meilleurs films de l'année (merci d'y avoir mis Mélancholia et The Artist), les 10 mots de l'année, les 10 boulettes, les 10 lapsus, etc. Bon, pourquoi n'a t'on pas laissé Monsieur Dupont lister ses 10 vins de l'année et Monsieur Pudlowski ses 10 meilleurs repas ?

Pub : très heureux d'avoir lu un intelligent compte-rendu du WWS à Villa d'Este, hier, dans le Figaro, sous la signature de Bernard Burtschy. Cette page régulière qui est la sienne tous les jeudis a un réel retentissement (et merci de lire celle de jeudi prochain et autres à venir) : comme quoi, parler de vin hors revues professionnelles reste essentiel pour ce vaste secteur économique.

GASTRONOMIE

Remercions Pudlo, cette signature quasi immortelle de remettre en place ces classements bien trop "scoop" de quelques britons boutonneux qui veulent nous dire quels sont les meilleurs restaurants du monde, en demandant au Michelin d'enfin mettre **** à Troisgros. Ce ne serait que justice ! Bon, comme c'est un peu triste d'être seul au sommet, on laissera à chacun le droit de rajouter quelques noms dans cette catégorie qui pourrait exister. S'il est facile d'y rajouter des chefs disposant de moyens illimités comme Yannick Alleno ou Eric Fréchon, je suis certain qu'il y a quelques bistrots faisant à la perfection le pot-au-feu ou le bollito misto (un des chefs d'oeuvre de l'art culinaire transalpin) qui méritent tout autant notre éloge.

On sait naturellement que nous mettrons dans ces moments d'émotion de l'année plusieurs passages au Laurent où Alain Pégouret fait des merveilles sous la direction cultivée de Philippe Bourguignon et Patrick Lair, ainsi que ce déjeuner unique chez Lasserre avec mon pote Oliv. On citera aussi Paul Bert (cave passionnante), La Ciau del Tornavento et le Chambard à Kaysersberg. Qu'il me soit permis aussi de mentionner le chef Parolari de la Villa d'Este capable de servir chaud 250 risotto de grande qualité : il a enthousiasmé tous les participants à cette troisième édition du Davos du Vin (WWS), asiatiques, argentins, américains, israëliens, européens. D'autant plus qu'il y a dans cet hôtel unique au monde une qualité de service manquant cruellement dans bien des maisons bénéficiant d'éloges un peu trop marqués. On va rester gentil : on ne donnera pas de noms en cette période de fêtes.

ECONOMIE & POLITIQUE

Entre un Perico Legasse qui, chez Calvi "C dans l'air" réclame haut et fort un retour au franc et un paquet de signatures d'économistes annonçant des catastrophes si cela se faisait, entre un monde politique ayant un mal fou à reprendre en mains ce que la finance mondiale a volé, entre des pays BIRC (Brésil, Inde, Russie, Chine) qui veulent connaître l'abondance occidentale en continuant à nous vendre leurs biens à prix doux, voilà une année 2012 qui annonce un lot inhabituel d'incertitudes. Des élections majeures en France, USA et plus tard Allemagne, des états européens devant trouver à un taux d'intérêt le plus bas possible plus de 700 milliards d'euros, juste pour entretenir une dette abyssale, une société manquant singulièrement de solidarité malgré les actions essentielles de tant d'ONG, des pays voisins méditerranéens à la recherche de nouveaux équilibres où des chefs religieux veulent être prioritairement au pouvoir, on a un ensemble assez explosif qui ne va pas être facile à gérer : c'est le moins qu'on puisse dire. Où sont et qui sont de nos jours les Adenauer, De Gaulle, Churchill ?

LE MONDE DU VIN

Revenons prosaïquement à l'une de nos passions, sujet majeur de ce blog, le VIN. Gageons que nous allons assister quelque part à une petite révolution où bien des appellations européennes vont se pousser du coude pour bien dire qu'il y a autre chose que les cabernets-merlots-chardonnays, et encore à des prix particulièrement attractifs. Oui, il y a pléthore de très bons vins en-dessous de € 20, et on ne m'en voudra pas de citer encore les noms des Marionnet, Burgaud, Borgeot, Bouland, Belluard (tiens : beaucoup de noms commençant par la lettre "B" : un lien à faire avec les grands musiciens que sont les Beethoven, Berlioz, Bruckner, Brahms, Bach, Bizet, Busoni, Britten, Bartok, Bellini ?) dont nous avons évoqué ici à plusieurs reprises les bonheurs qu'ils apportent à la convivialité de réunions amicales sans façon, sans se sentir obligé de les disséquer dans de vaines analyses (à la laurentg ? :-), alors qu'il suffit de dire qu'ils sont bons ?

Et quel contraste ! Je reçois à l'instant le dernier catalogue (XIX : superbement illustré, comme d'habitude) de la prochaine vente d'Acker-Merrall à Hong-Kong où une caisse "assortiment" de la DRC est estimée, pour le millésime 2005 entre $ 40.000 et $ 60.000 ! Bon, il y a 1 Montrachet et 1 Romanée-Conti voisinant avec les La Tâche, Richebourg, Romanée St Vivant, Echezeaux et Grands Echézeaux. Gageons qu'on atteindra des sommets : comme quoi, là où il y a de l'argent, il n'y a plus de limites :-) ou :-(

Les lots proposés sont si prestigieux qu'on arrivera probablement à un prix de vente moyen à la bouteille qui dépassera les $ 1.000. C'est assez dingue, quand on y pense !

INTERNET

Comme toutes les nouveautés majeures, on y côtoie le pire et le meilleur. Steve Jobs restera un héros pour beaucoup alors que d'autres lui dresseront la palme de la création d'objets inutiles. La multiplication des forums, blogs, sites va fatalement nécessiter une sélection de plus en plus sévère où se posera encore et encore la question de l'anonymat permettant des horreurs impunies : bref, il va falloir être attentif à tout cela.

Mais je retiendrai deux points fondamentaux sur ce monde du web, outre le besoin fascinant de se faire entendre : l'expression de vanités permanentes et un côté éphémère qui relativisera beaucoup de choses. Oui, il y a des pages majeures qui ont été écrites, des commentaires de Michel Bettane et autres méritant de plus longs développements : mais il faudrait qu'un fou du vin, travaillant comme Bertrand Le Guern lors des primeurs, crée une base de données contenant véritablement la crème de la crème de ce qui aura été dit d'important sur le vin pendant l'année écoulée. On a une jeune plume pour cela dans les environs ? En tous cas, les générations futures d'étudiants "web-vin" le remercieraient à haute voix !

A L'ECOUTE

La version DVD Gheorghiu-Alagna-Raimondi de Tosca. Si je ne m'abuse, dans le cadre des transmissions internationales, cet ouvrage majeur de la musique classique devrait passer prochainement dans les cinémas UGC. A vérifier et y aller si vous avez le temps. Non, prenez le temps !

LA MAUVAISE NOUVELLE

La melanosporum millésimée 2011 est rare, pas très bonne (faut faire des choix rigoureux) et donc très chère : on approche du prix des truffes blanches ! Faudra attendre fin janvier et début février. 

Rappel : à la fin du XIXème, la France en produisait autour de 2000 tonnes. Vous enlevez un 0 pour avoir le chiffre actuel : mais que fait donc la police ?

LA BONNE NOUVELLE

De jeunes copains sont devenus papa. C'est l'essentiel. Le reste n'est qu'accessoire. Transmettre, voilà l'essentiel !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mauss 1569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines